Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement
Publié dans Albayane le 14 - 07 - 2020

Le secrétaire général du Parti du Progrès et du Socialisme, Mohammed Nabil Benabdallah, accompagné de Rachid Roukbane et Azzouz Senhaji, membres du bureau politique, a reçu, lundi au siège national du parti à Rabat, les dirigeants de huit organisations de jeunesses relevant des partis politiques représentés au parlement, qui lui ont exposé la teneur d'un mémorandum de concertation au sujet de la participation des jeunes lors des prochaines échéances électorales, et ce à la veille de la remise de la contribution des partis politiques aux préparatifs des prochaines élections aux autorités compétentes.
Faisaient partie de cette délégation de « la coalition des jeunes», qui poursuit ses contacts politiques pour défendre leur dossier axé sur la représentation des jeunes dans la vie politique à travers notamment le maintien de la liste nationale et leur représentation dans tous les conseils élus à l'échelle régionale et locale, Younès Siraj (Jeunesse socialiste du PPS), Abdellah Sibari (Jeunesse Ittihadia-USFP), Youssef Tadrini (Union Constitutionnelle), Othmane Tarmounia (Istiqlal), Ayoub Lyoussi (Mouvement Populaire), Said Moumni (PJD), Najoua Coucouss (PAM) et Lahcen Saâdi (RNI).
Dans leurs exposés successifs, les huit représentants des organisations des jeunesses ont souligné la nécessité d'assurer aux jeunes une plus grande représentation dans les conseils élus dans le but de leur permettre de mieux servir leur pays aux niveaux local et national. Selon eux, la liste nationale des jeunes est un acquis à maintenir et à renforcer par d'autres mesures visant à encourager la participation des jeunes dans la vie politique et en particulier lors des prochaines élections nationales et locales.
L'expérience de la liste nationale lancée en 2011 a en effet permis à de nombreux jeunes d'être élus comme députés à la Chambre des représentants et de participer de manière dynamique et hautement positive à la vie parlementaire. En dépit de cela, cette mesure est sévèrement critiquée par d'aucuns, qui estiment qu'elle fasse partie de ces pratiques discriminatoires et de ces privilèges qui faussent le jeu démocratique.
En cette période de post-corona, selon eux, il est impératif de préparer les conditions nécessaires à une plus grande participation, lors des prochaines élections et à éviter les scénarii d'absentéisme massif, phénomène auquel plusieurs pays à travers le monde sont désormais confrontés (France, Etats Unis et ailleurs).
Réagissant à leurs observations, Nabil Benabdallah leur a fait remarquer qu'il y a effectivement beaucoup à faire pour assurer aux prochaines élections toutes les conditions de succès, rappelant que les premiers contacts avec les pouvoirs publics sont encourageants.
Pour lui, il s'agit avant tout de rétablir un climat de confiance en cette période de post-corona, au cours de laquelle tout ce qui a été gagné au début de la crise de la pandémie en termes de mobilisation, d'enthousiasme, de fierté et de sentiment patriotique, vient d'être perdu du fait de certains comportements. Les partis politiques, comme les collectivités territoriales ont été tout simplement ignorés au cours de la pandémie dans les médias publics.
Pour la réussite des prochaines échéances, il est donc nécessaire de rétablir la confiance, a souligné le SG du PPS, qui a rappelé avoir toujours évoqué cette question lors des rencontres avec les responsables. Il a également insisté sur l'impératif de promouvoir un climat d'apaisement dans le pays et de restaurer les éléments de confiance et de crédibilité dans le but d'assurer aux prochaines échéances électorales de meilleures conditions d'organisation et éviter qu'elles ne soient massivement boudées par les électeurs.
Ce qui posera un problème de crédibilité et de légitimité du scrutin et des élus qui représenteront les populations et dont sortira le gouvernement. Il est également nécessaire de cesser les campagnes de dévalorisation des partis politiques, en tant qu'institutions d'intermédiation et d'encadrement et d'arrêter de faire planer la menace de formation d'un gouvernement de technocrates, à l'approche des élections, d'où devra sortir le prochain gouvernement.
Pour ce faire, il est nécessaire de réactualiser les listes électorales avec tout le risque et l'effort que cela comporte ainsi que tout l'arsenal juridique nécessaire, a-t-il dit, rappelant qu'il s'agit avant tout pour les partis politiques nationaux d'épargner au Maroc des scénarii que connaissent des pays voisins, où les rues sont devenues le théâtre d'expressions spontanées, marquées par une totale absence des partis politiques.
Et ce n'est pas à l'Etat de tout faire au profit, a-t-il martelé, estimant qu'il ne faut pas toujours lui attribuer la responsabilité de ce qui se passe. Les partis politiques doivent œuvrer de concert pour mieux jouer leur rôle d'encadrement et d'éducation civique des citoyens. Ils doivent prendre conscience de leur destin commun, a-t-il affirmé.
Ils doivent pour ce faire renforcer leurs rangs par le recrutement de jeunes, de femmes et de cadres, tout en cherchant le moyen de les propulser pour y jouer des rôles importants et accéder à des postes de responsabilité, selon lui, estimant que c'est à travers cette vision globale qu'il convient de renforcer la représentation des femmes et des jeunes, mais également des cadres et des Marocains du monde, qui doivent être représentés au Parlement, comme c'est le cas dans d'autres pays voisins.
En termes plus clairs, la question de la représentation doit être plutôt traitée, dans le cadre d'une vision globale visant à préserver d'un côté les acquis et à tenir compte de la nécessité d'intégrer les cadres et à rechercher une formule intelligente de représentation des Marocains du monde, a expliqué Mohammed Nabil Benabdallah, qui a appelé les jeunes à prendre conscience de la nécessité de redoubler d'efforts pour préserver et renforcer les acquis démocratiques du pays, à travers une plus grande implication dans les actions d'encadrement, de sensibilisation et de mobilisation des jeunes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.