Coronavirus : 826 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 34.063 cas cumulés lundi 10 août à 18 heures    Maigre salaire et grosse déconvenue    Covid-19 : 826 nouveaux cas, 18 décès et 1.177 guérisons en 24H    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Louis Tripard ou les souvenirs d'un colon exproprié    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Alerte météo: averses orageuses ce lundi au Maroc    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Le Conseil National des Droits de l'Homme plaide pour un nouveau contrat social    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger au pied du mur
Publié dans Albayane le 14 - 07 - 2020


Camps de Tindouf: la crainte d'un recensement
Sous le titre «le Maroc tente d'éluder la possibilité d'une résolution du conflit au Sahara Occidental», l'agence algérienne officielle rapporte les propos tenus par le Chargé d'affaires, Mehdi Litim, lors d'une réunion, à Genève, du Comité permanent du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR).
Il a tenté de répondre à la délégation marocaine qui a centré son action sur la question des séquestrés sahraouis, qui vivent l'enfer dans les camps de Tindouf, depuis presque un demi siècle, sans que la communauté internationale ne parvienne efficacement à les libérer du joug des généraux et des sécuritaires algériens.
Dans sa réponse, tirée par les cheveux, le triste Litim (Ah le pauvre !) use de toute une gymnastique intellectuelle pour diluer le débat et l'éloigner de son objectif et des attentes de la réunion. Il tente de conférer au HCR une mission politique, alors que sa raison d'être est purement humanitaire. Et le chargé d'affaires, comme l'indique son titre, cherche à se tirer d'affaires en dévoyant la discussion sur des thématiques et concepts dignes de la guerre froide mais encore servis, en repas réchauffés, par les tenants du pouvoir au palais de la Moradia et des casernes des généraux.
La fuite en avant
Le Maroc, et avec lui les pays sérieux, n'a jamais cessé de montrer la problématique. Ceux qu'Alger présente comme des réfugiés sont constitués d'une petite partie d'originaires du Sahara marocain que les sbires d'Alger et du «polisario» avaient kidnappés ou sommés de regagner les leurs, séquestrés, au milieu de la décennie 1970. Exception faite pour une vingtaine de «révolutionnaires» la grande majorité des premiers locataires des camps de la honte étaient des otages, souvent des familles, qui avaient rejoint les leurs, sentimentalement et par crainte pour la vie de leurs proches.
Mais depuis la décennie 1990, le calvaire bien ressenti et face au développement harmonieux de nos provinces du sud, nos compatriotes ont rejoint, massivement, la mère patrie, au point qu'il ne reste que peu de dirigeants de l'époque du «polisario», dont l'écrasante majorité, notamment sa direction «historique» vit dans son pays, le reste étant éparpillé entre l'Espagne, l'Europe et l'Amérique latine.
Et pourtant Alger n'avait cessé de présenter la population des camps de Lahmada comme des «réfugiés», alors que la population est bondée de Touaregs du Mali, du Niger, de nomades mauritaniens et des Rguibates Accharkya (d'origine algérienne). C'est cela le fameux «peuple sahraoui» dont Alger se réclame (sic).
Et, quand des délégations étrangères s'invitent à Tindouf, c'est le triste spectacle des figurants qui a lieu, puisque les personnes présentées font partie des nomades subsahariens, généreusement payés par quelques aides alimentaires humanitaire. Mais c'est mieux que rien, face à l'inoccupation et à la misère...
C'est ce vase clos que l'Algérie veut maintenir sans possibilité d'ouverture, malgré l'insistance de l'ONU et du Haut Commissariat aux Réfugiés, qui réclament un recensement sérieux et pointu.
Voilà pourquoi Alger évite et refuse tout recensement, sachant qu'elle ressort encore ses vieux chiffres des années 1970, jamais actualisés depuis, destinés à la cause humanitaire et fortement exagérés pour faire augmenter l'aide alimentaire.
L'Algérie, en optant, en 1975, pour la séquestration de populations entières de sahraouis dans ses camps de la honte, en paie aujourd'hui les conséquences. Elle n'est pas en mesure de les entretenir, matériellement et financièrement, surtout à la suite de la dèche pétrolière. Elle se rabat sur leur transformation en moyens de propagande pour le séparatisme et le mensonge politique, et les camps en espace de la contrebande de tous genres (drogues et armes, notamment) dont jouissent les chefs militaires et sécuritaires.
C'est une réalité que la communauté internationale connait parfaitement. Et ce ne sont pas les détournements (je ne parle pas de l'aide alimentaire) du sujet auquel s'adonne la délégation algérienne à Genève qui fera changer les Nations Unies et le HCR de sa revendication principale qui consiste en l'organisation d'un recensement crédible des populations prétendues comme réfugiées.
Alger veut noyer son poisson
Dans ses tentatives d'évasion, le «diplomate» algérien ressort le «plan de 1991» déjà enterré par l'ONU pour laisser la place au «plan d'autonomie» présenté par le Maroc et jouissant du consensus général de la communauté des Nations.
Or, si pour Alger, la question de l'enregistrement «constitue une simple opération technique» qui «donnerait un faux espoir de la fin de leur exil forcé» (sic), il est clair qu'elle cherche à noyer son poisson alors que l'ONU réclame un recensement crédible.
Messieurs d'Alger, personne ne vous a demandé d'assurer «l'essentiel du fardeau de l'accueil de ces réfugiés» ou de «les protéger». C'est un acte et une faute historique que vous devez assumer. Vous avez encore le temps de vous rattraper. Laissez les sahraouis marocains rentrer chez eux». Vous allez vous retrouver avec une grande majorité de nomades qui n'ont rien à voir avec nos provinces du sud ni avec votre conflit éternel avec le Maroc.
Triste spectacle à la commission permanente du HCR de constater que Alger et ses représentants dans les organismes internationaux sont en retard de plusieurs guerres. La question du référendum est devenue caduque depuis l'échec de l'inscription crédible du corps électoral, à cause du blocage d'Alger, par le biais de ses sbires polisariens.
L'ONU, son Conseil de sécurité et son Assemblée générale ont dépassé ce stade et cherchent l'implication réelle d'Alger dans la résolution d'un conflit artificiel vieux de cinq décennies.
Un recensement crédible, organisé par le HCR, est craint par Alger, de peur que sa stratégie expansionniste ne s'effondre comme un château de cartes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.