Bourita : la PEV est plus que nécessaire en ces temps de crise    Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des Fédérations interprofessionnelles    Tout savoir sur le budget sectoriel 2021    Black Friday. Orange casse les prix    Ligue des Champions de la CAF : Al Ahly et le Zamalek SC s'affrontent dans la finale du siècle    Diego Maradona enterré dans un cimetière de Buenos Aires    Affaire de la fillette torturée par sa mère à Larache: ce qu'a décidé la justice    Erreur de dosage pour le vaccin AstraZeneca : les précisions du Dr Samir Machour    Covid-19 au Maroc: voici la date des premières vaccinations    Sida Maroc : 73% des cas savent qu'ils sont atteints    La CGEM et l'IFC s'engagent pour l'employabilité des femmes    Guergarat. L'appui du batonnier Jean-Claude Muyambo et l'alliance des amitiés Congo-Maroc    UM6P : quatre chercheurs distingués par l'Université de Stanford    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 27 novembre    Covid-19 : La Russie promeut «Sputnik» au Maroc    Ce que coûtent les violences physiques et sexuelles par victime (HCP)    El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Le bel hommage des joueurs de Naples à Maradona    Rencontre    L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    La RAM renforce son programme de vols internationaux    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Belle opération de la Marine royale à Nador    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'émergence du cinéma digital
Publié dans Albayane le 14 - 07 - 2020


Par Sofia El Aouni (MAP)
Aux temps du coronavirus, l'activité cinématographique au Maroc a plongé dans une crise sans précédent, suscitée par un arrêt brusque de toutes les activités et une obsession d'actualité brûlante liée à cette pandémie.
Le confinement a, quant à lui, mis la conscience humaine à rude épreuve. Une mélancolie a pris place, instaurant un sentiment méconnu qui invite à aspirer au temps des libertés. Les émotions procurées par le 7éme art ont dû s'adapter à ce bouleversement et franchir les portes des salles de cinéma pour se glisser à l'intérieur des maisons, forçant l'intimité à assouvir un besoin culturel et ainsi porter un regard plus libéré sur cette nouvelle réalité.
Durant cette période, les télévisions et écrans de tous genres ont remplacé les salles obscures, alors que la fascination de l'image issue de cet art "total", a apaisé les esprits les plus irrités. C'est dans cette perspective que le Centre cinématographique marocain (CCM), a proposé à travers son site web, depuis l'entrée en vigueur de l'état d'urgence sanitaire au Royaume, une série de longs métrages marocains "qui se veut éclectique et multi-publics".
Connaissant un "grand succès", cette programmation a été reconduite 3 fois, faisant suite aux mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la pandémie du covid-19. L'initiative cinéphile du CCM a "permis aux amateurs du septième art, de voir et de revoir une cinquantaine de films marocains", avec « près de 600.000 chargements, dans 101 pays ». Suite à ce succès, le Centre a décidé de mettre en ligne "un nouveau programme à partir du 14 juillet 2020, avec plus de 30 courts métrages de fiction et une dizaine de longs métrages documentaires".
La créativité artistique a resurgi de ses cendres, profitant de la révolution numérique pour reconquérir les esprits et accroître l'importance de la culture dans l'adoucissement de l'impact de cette crise et créer ainsi une échappatoire. C'est ainsi que l'Association des rencontres méditerranéennes du cinéma et des droits de l'Homme (ARMCDH) a décidé de se tourner vers le numérique, pour honorer son rendez-vous annuel et organiser la 9éme édition de la nuit blanche du cinéma, consacrée au droit à l'environnement. Programmée les 17 et 18 juillet prochain, cette édition "dématérialisée" se tiendra virtuellement et gratuitement sur la plateforme en ligne de l'ARMCDH, en partenariat avec la délégation de l'Union européenne au Maroc, la fondation Heinrich Böll, l'ambassade des Pays-Bas au Maroc et l'ONU Femmes.
Pour la présidente de l'association, Fadoua Maroub l'objectif de la digitalisation de cette "Nuit blanche" est de tirer profit de cette transformation numérique, en reproduisant un environnement "déjà apprécié par le public", mais qui est toutefois assez "original" pour les surprendre et rendre cet "événement exceptionnel". Des films documentaires et de fictions, courts et longs métrages, seront projetés en plus de la présence d'une pléiade de réalisateurs/trices, expert/es et militant/es pour partager leurs expériences et débattre avec le public en ligne, a-t-elle précisé. La pandémie mondiale du coronavirus a éveillé une « sagesse » culturelle qui vise à percevoir cette nouvelle réalité comme une occasion pour reconsidérer la place de la culture en général et du cinéma en particulier, comme un élément vital pour l'épanouissement de l'être.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.