Subventions aux associations : Les collectivités territoriales mises hors jeu    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Volailles : les raisons de la flambée des prix du poulet    Santé : la TGR s'intéresse à la problématique du financement    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    La vieille rengaine du polisario    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Dakhla : Lancement d'un programme de plaidoyer des jeunes sur la marocanité du Sahara    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La FMEJ tire la sonnette d'alarme et réitère son projet    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    Sofac, nouveau sponsor du Raja    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Agadir : la nouvelle identité visuelle fait polémique (photo)    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Khalid Aït Taleb aurait-il pu mieux faire ?    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Hicham Lasri signe son comeback au court métrage avec une triologie baptisée «Murroc»    «Notre filière a amorcés des résultats manifestement positifs»    Malgré les reports, l'UEM tient à organiser son prochain congrès extraordinaire    Le nouveau clip de Saad Lamjarred dans le Top des tendances YouTube    Entre Adnane et Naïma, l'intolérable discrimination sociale    Morts dus au Covid-19 : le Maroc fait, désormais, partie des 40 pays les plus endeuillés au monde    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Allthenticate: Une arme marocaine contre la cyber insécurité    BVC : le marché reste fébrile et bascule dans le rouge    Confessions dominicales : Abu Wael al-Rifi révèle des scandales pesant des milliards    Liga: Barca, Real, Atletico... Résumé de la 3ème journée (VIDEOS)    On connaît le premier relégué de la Botola    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    Météo: temps stable et ciel clair ce lundi au Maroc    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil
Publié dans Albayane le 05 - 08 - 2020

«Juan Carlos 1er quitte l'Espagne» titraient en Une, ce lundi matin, tous les grands journaux espagnols et, dans son éditorial, «El Pais» a tenu, de son côté, à préciser que «le roi émérite quitte l'Espagne pour empêcher ses affaires personnelles d'affecter la monarchie».
Ainsi, dans une lettre transmise à son fils, l'actuel roi Felipe VI et publiée ce lundi 3 Août sur le site officiel de la monarchie, le vieux monarque espagnol qui avait abdiqué au profit de ce dernier en 2014, se disant «guidé par la conviction de rendre le meilleur service aux Espagnols, à leurs institutions» et à leur roi, a informé ce dernier de sa «décision de s'exiler» et de lui laisser ainsi, le soin de restaurer une monarchie marquée par moult scandales.
Saluant le geste par lequel l'ancien monarque espagnol, qui a déjà connu «la déchirure de l'exil» après l'avènement de la Seconde République en 1931, «a facilité les choses pour son fils et successeur en acceptant, avec sérénité, le départ de la résidence qu'il occupe depuis 1960», le journal de droite «El Mundo» évoque, pour sa part, «un geste douloureux en défense de la Couronne» sans s'empêcher, par ailleurs, de pointer du doigt le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez et de l'accuser d'avoir fait pression sur Felipe VI pour que son père quitte le palais de la Zarzuela.
«La Razon», un journal éminemment «royaliste» revenant, pour sa part, sur le travail fortement louable accompli par l'ancien monarque après la dictature franquiste écrira: «Pour ceux qui ont vécu ces années fébriles (...) il y a peu à expliquer sur le travail décisif de Don Juan Carlos. Aux générations nées dans la liberté et donc moins conscientes de sa valeur et de l'effort continu que sa défense exige, il suffira de rappeler que le vieux Roi, aujourd'hui cible d'insultes et de calomnies, a affronté tous les obstacles que les forces du passé, fortes et nombreuses, ont dressées contre l'ambition de faire de l'Espagne une nation libre».
Tout en reconnaissant ignorer, pour le moment, la destination choisie par l'ancien roi d'Espagne, «La Vanguardia» regrette, de son côté, une décision qui est un nouvel exil fut-il « volontaire ou forcé par les circonstances (car) c'est un autre roi qui se met en route vers l'exil».
Sans vouloir nier les écarts de la fin de règne du vieux monarque espagnol mais en essayant, tout de même, d'arrondir les angles, «ABC», un média conservateur favorable à la monarchie, rappelant que «l'être humain est faillible», évoque, quant à lui, un roi qui, à l'âge de 82 ans, serait « devenu un personnage à deux visages» à savoir, celui qu'il avait lorsqu'il «a aidé l'Espagne à marcher sur les voies des libertés d'une démocratie parlementaire» et celui qu'il avait affiché en partant chasser l'éléphant au Botswana au moment où, en 2012, l'Espagne vivait une crise économique sans précédent.
«Publico», une publication gauchisante, reste, de son côté, beaucoup moins indulgente envers un roi qui aurait «fui» l'Espagne, après avoir été «acculé par la justice» car de nombreux détails portant sur «l'opacité» de sa fortune opaque commençaient à voir le jour.
C'est donc en étant poussé par l'important tourbillon médiatique afférent au rôle joué par l'ancien souverain espagnol dans l'attribution du marché du TGV reliant La Mecque à Médine et par l'enquête diligentée par la Cour Suprême sur l'éventuelle rétro-commission de 100 millions de dollars que ce dernier aurait perçu de la part des dirigeants saoudiens et qu'il aurait dissimulé au fisc espagnol au lieu de la reverser au Trésor Public, que Juan Carlos aurait choisi l'exil. Interrogé par le quotidien «20 minutos», l'avocat du vieux monarque a tenu à affirmer, par ailleurs, que son client entend rester à la disposition de la justice espagnole même en étant hors du pays.
Quelles vont être les suites de ce nouveau feuilleton dont le héros principal est l'ancien roi d'Espagne?
Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.