L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Le festival d'Angoulême en mars    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Chine : La croissance du PIB atteint 8,1% en 2021    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    CAN 2021 : La voiture de service de Samuel Eto'o impliquée dans un accident mortel    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Les ventes mondiales de Renault Group en baisse de 4,5% en 2021    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Agression mortelle d'une ressortissante française : Les habitants de Tiznit sous le choc après le drame (vidéo)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    La série phare «Salamat Abu Al Banat» revient pour une 4ème saison    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Thaïlande: Un mouvement pro-démocratie en marche
Publié dans Albayane le 18 - 08 - 2020

La Thaïlande, pays de l'Asie du Sud-Est comptant près de 70 millions d'habitants, est quotidiennement secouée, depuis le mois dernier, par des manifestations organisées par de jeunes étudiants qui, en n'étant guidés par aucun leader, s'inspirent des méthodes adoptées par les militants pro-démocratie hongkongais et s'appuient sur les réseaux sociaux pour relayer leurs appels à manifester.
Et si lundi dernier, ils étaient quelques 4.000 à réclamer, depuis le campus de l'Université de Bangkok, une profonde réforme de la monarchie, brisant ainsi l'un des tabous les plus profonds de la société hongkongaise, la tension est montée d'un cran après l'arrestation, par les autorités de trois militants qui, après avoir été libérés sous caution restent, tout de même, poursuivis pour une dizaine de motifs parmi lesquels la sédition et la violation de l'état d'urgence sanitaire. Aussi, ce dimanche après-midi, ce sont plus de 10.000 manifestants, parmi lesquels Parit Chiwarak alias «Penguin», dirigeant du Syndicat des étudiants de Thaïlande et l'un des trois militants récemment libérés, qui ont occupé l'un des carrefours les plus importants de la capitale, en scandant, à l'unisson, «à bas la dictature!» et en agitant, au bout des bras, des colombes en papier symbolisant la paix. Le pays bn'avait pas connu une telle mobilisation depuis le coup d'Etat de 2014 qui avait porté au pouvoir l'actuel Premier ministre.
Prenant la parole du haut de la tribune installée à cet effet, l'activiste Tattep Ruangprapaikitseree, qui se fait aussi appeler Ford, a déclaré que le rêve des manifestants est de vivre sous une monarchie constitutionnelle et une nouvelle constitution.
Pour rappel, après son accession au trône, en 2016, Maha Vajiralongkorn devenu, depuis lors «Rama X», avait apporté quelques réformes au système en place en prenant le contrôle direct des actifs royaux et en plaçant, sous son commandement, certaines unités de l'armée.
Mais même s'ils entendent réformer la monarchie par la suppression du fameux article 112 aux termes duquel toute personne reconnue coupable de « crime de lèse-majesté» pour avoir «diffamé, insulté ou menacé le roi ou un membre de sa famille» encourt jusqu'à quinze années d'emprisonnement, la principale cible des manifestants reste, incontestablement, le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha, cet ancien chef de l'armée, arrivé au pouvoir en 2014 à la faveur d'un coup d'Etat et qui s'y est maintenu en dépit des élections contestées de l'année dernière.
Or, outre la démission de ce dernier, les thaïlandais réclament l'arrêt des menaces contre le peuple, la dissolution du Parlement et la promulgation d'un nouveau texte constitutionnel en remplacement de la Constitution de 2017 qui confère d'importants pouvoirs aux 250 sénateurs choisis par l'armée.
Aussi, après avoir considéré que ces manifestations étaient «inacceptables» et «très risquées», le premier ministre a fini par changer son fusil d'épaule, ce jeudi lors d'un discours télévisé, en appelant à l'unité et en allant même jusqu'à déclarer que «le futur appartient aux jeunes». Prayut Chan-O-Cha essaie, par-là, d'arrondir les angles en ce moment où le pays connaît l'une de ses pires crises économiques depuis 1997 car, en envoyant au chômage des millions de thaïlandais, la pandémie du coronavirus a mis à nu les inégalités d'une économie dont bénéficie, avant tout, l'élite pro-militaire.
La jeunesse thaïlandaise parviendra-t-elle, enfin, à mettre un terme à la « dictature » des galonnés qui gouvernent le pays ou, au moins, à contraindre ces derniers à se dessaisir d'une partie de leurs pouvoirs ? Attendons pour voir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.