Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le lieu de soi: Un roman qui fait parler le silence
Publié dans Albayane le 13 - 09 - 2020

M'hammed Mellouki, Le lieu de soi. Rabat : Editions Marsam, 2019
Par Tijania Fertat
L'enfant assiégé
Dans L'enfant assiégé, la première partie du roman concernée par cette note critique, Fadi le narrateur qui n'est autre que l'auteur lui-même mène une quête pour trouver un apaisement à son âme tourmentée.
Fadi est un homme qui a réussi sur le plan social et professionnel, mais souffre d'un mal-être qui l'empêche de goûter aux joies de la vie. Il avait trouvé vingt ans plus tôt refuge au Canada croyant pouvoir se défaire de son passé gros de souffrance. En vain. Il décide donc de faire un retour au Maroc, son pays d'origine, dans l'espoir de trouver une explication à «des tonnes de souvenirs acides, de pensées négatives, de sentiments corrosifs...» qu'il traîne en lui depuis son plus jeune âge.
Au long des péripéties de ce voyage, l'auteur nous livre une fine analyse d'une société où se côtoient tradition et modernité, religion et obscurantisme, pauvreté et analphabétisme, un pays où pendant que la majorité des citoyens souffre l'injustice, la faim et la maladie, une petite minorité se la coule douce peu soucieuse de l'infamie qui frappe les plus démunis, un système politique qui réprime la liberté d'opinion et craint le pouvoir de la raison.
Dans cette quête rien n'est laissé au hasard. Les moindres détails, les souvenirs les plus infimes, les personnes que Fadi a connues, aimées ou détestées, les lieux qu'il a fréquentés, le monde onirique avec ses symboles, son hermétisme, tout est analysé et prend un sens une fois placé dans le puzzle d'une vie meurtrie par la violence sous ses formes les plus dégradantes et par le déni. Il s'évertue à tout passer sous l'œil vigilant et savant de Fadi l'adulte qui possède les outils intellectuels lui permettant de se saisir de «La nature du venin qui lui empoisonne la vie».
Dans cette recherche minutieuse, Fadi nous plonge dans une autre réalité souterraine dont personne ne parle. Celle qu'on blanchit en gardant le silence, fermant les yeux ou détournant le regard. Il nous entraîne dans le monde terrifiant dans lequel vivent des enfants soumis à la brutalité et à la perversion des hommes. Deux éléments constituent la trame de fond des deux parties du roman.
Fadi ne se rappelle pas un jour de son enfance où il n'a pas été battu par son père. «Un dressage» à l'obéissance qui laisse ses traces sur le corps et sur l'âme. Une peur permanente qui s'incruste dans son cœur, ligote sa parole et marque à jamais sa personnalité. Malgré la haine qu'il voue à son père, Fadi a réalisé le «désir» obsessionnel de ce dernier qui voulait coûte que coûte que son fils fasse des études et accomplisse son rêve. Chose inimaginable pour un enfant qui a vécu la misère extrême.
De ce père Fadi retiendra l'image d'un tyran aux idées arrêtées. Il est vrai que comme le dit Jean d'Ormesson, «il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents dans la mémoire des présents». Fadi ne se souvient pas de son père, il est hanté par lui. Notre mémoire sélectionne les bons souvenirs qui nous rappellent nos morts. Dans le cas de Fadi, le père vit en lui et le persécute même dans ses rêves. Le père est lié dans ses souvenirs à cette main qui s'abat sur lui, au solide rameau d'olivier, à une corde mouillée ou tout autre objet qui pouvait servir à punir un enfant sans défense.
Frapper un enfant pour le corriger faisait partie de la vision que les anciens avaient de l'éducation. Ne dit-on pas que le bâton est sorti du paradis? Mais un père qui n'a pas vu ou su deviner la détresse de son fils ni essuyer ses larmes d'enfant écorché vif, dépasse tout entendement.
Fadi a connu l'expérience la plus scandaleuse qui puisse arriver à un enfant: des abus sexuels répétés perpétrés par le fkih et les élèves plus âgés de l'école coranique et même en famille par un cousin. Parce qu'illicite, renvoyant à la dépravation de l'agresseur tout en qualifiant l'humiliation que subit la victime, l'acte pédophile est relégué au domine du secret et du honteux.
Une autre forme de pédophilie institutionnalisée révolte l'auteur. Celle que subissent Fadéla sa sœur et Chama sa tante mariées très jeunes à des hommes beaucoup plus âgés qu'elles. Des fillettes qui ne savaient rien de l'institution maritale et n'avaient aucune idée des attentes des hommes à leur endroit. Des fillettes qui durent faire un passage brutal et traumatisant à la vie d'adulte. Elles se refusèrent autant qu'elles purent mais finirent par capituler devant les assauts nocturnes, les coups et les chantages orchestrés.
Le roman de Mellouki est une œuvre grave et bouleversante où s'alternent les moments de grande violence et les éclaircies d'une infinie tendresse. Le lecteur y est tenu en haleine du début à la fin. Avec des mots justes et forts l'auteur nous donne accès à ses secrets les plus intimes et laisse s'exprimer des émotions qu'on n'envisage même pas d'avouer à soi-même. L'enfant assiégé étale au grand jour des crimes rarement punis auxquels sont exposés des enfants sans défense au Maroc.
L'âme de Fadi se trouve-elle apaisée à ce stade de sa quête ? L'histoire se poursuit dans Le chant de la huppe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.