Reconfinement: la France s'attend à une récession de 11% en 2020 (ministre)    Radical. Les menaces à peine voilées de Benkirane    Dernière plongée pour Sindika Dokolo    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    PSG: Neymar forfait jusqu'à la trêve internationale    Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Casablanca: mini-tsunami à Ain Diab    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence
Publié dans Albayane le 21 - 09 - 2020

La Bolivie traverse une sérieuse crise depuis la proclamation des résultats controversés du scrutin présidentiel d'Octobre 2019 au terme duquel Evo Morales, sorti vainqueur, devait rempiler pour un quatrième mandat après avoir remporté les trois élections consécutives qui lui avaient permis de présider aux destinées de la Bolivie de 2006 à 2019.
Mais ce résultat avait été vivement dénoncé par une opposition qui était descendu dans la rue manifester sa colère et crier à la fraude si bien qu'après avoir été lâché par sa police et par son armée, le président Evo Morales avait été acculé à la démission. Ayant pris le chemin de l'exil celui-ci cherchera refuge, dans un premier temps au Mexique avant de s'installer en Argentine. S'étant proclamée présidente par intérim après avoir obtenu le soutien de ses pairs, la Sénatrice Jeanine Anez qui prit ses nouvelles fonctions le 12 Novembre 2019 s'était engagée à diriger un gouvernement de transition jusqu'à la tenue d'élections présidentielles en 2020.
Aussi, l'annonce de sa candidature au scrutin présidentiel du 18 Octobre prochain alors même qu'au moment de sa prestation de serment, elle s'était donné pour mission d'assurer une transition et d'organiser une nouvelle élection présidentielle transparente tout en promettant «de ne pas influer sur le processus ni d'essayer de se maintenir au pouvoir», est venue brouiller les cartes ; ce qui a été vivement critiquée aussi bien par ses adversaires que par certains de ses alliés.
En conséquence, ce jeudi 17 Septembre, aux premiers jours de la campagne et un mois avant le scrutin, Jeanine Anez, la présidente par intérim de la Bolivie, soucieuse de «veiller à la démocratie» et craignant « de voir le vote démocratique divisé entre plusieurs candidats» et un retour du MAS – le «Mouvement pour le socialisme» de l'ancien président Morales – a annoncé son retrait de la course à la magistrature suprême. Accompagnée de l'homme d'affaire Samuel Doria Medina, son candidat à la vice-présidence, et d'autres alliés politiques, Jeanine Anez, a déclaré sur les ondes de la télévision nationale : «aujourd'hui, au nom de la démocratie, je mets de côté ma candidature à la présidence de la Bolivie». Sans dévoiler le nom du candidat qu'elle compte soutenir, la présidente par intérim a exhorté ses compatriotes à l'unité car, leur a-t-elle dit, «Si nous ne nous unissons pas, Morales revient ; si nous ne nous unissons pas, la démocratie perd ; si nous ne nous unissons pas, la dictature l'emporte !».
Or, il convient de préciser, toutefois, que ce repli de dernière minute de la présidente par intérim de Bolivie n'est pas fortuit puisqu'il est intervenu au lendemain de la publication, par la Jubilee Catholic Foundation, d'un sondage qui, en lui attribuant 7% des intentions de vote, lui a conféré la 4ème place derrière Luis Arce (29,2%) le candidat du MAS et dauphin d'Evo Morales suivi de Carlos Mesa, l'ancien président (19%) puis de Luis Fernando Camacho, un responsable régional qui pourrait recueillir 10,4% des suffrages.
Si donc ce n'est qu'après avoir été convaincue que son combat pour la présidence du pays est perdu d'avance que Jeanine Anez s'est retirée de la course à la magistrature suprême de Bolivie, le retrait de cette dernière va-t-il pousser les boliviens à s'unir autour de l'ancien président Carlos Mesa pour barrer la voie au «Mouvement pour le socialisme» d'Evo Morales ? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.