Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    Voici le nouveau premier ministre de France    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Enseignement à distance: ce qu'en pensent les candidats au bac (VIDEO)    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Démission du gouvernement français: ce que l'on sait    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Edouard Philippe présente sa démission    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Edito : Bac    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bolivie: La crise sanitaire n'éteint pas la crise politique
Publié dans Albayane le 04 - 05 - 2020

Si, lors de son apparition en Bolivie, la pandémie du coronavirus avait éclipsé les tensions politiques opposant les partisans de l'ancien président Evo Morales au gouvernement transitoire de Jeanine Anez, celles-ci n'ont pas tardé à refaire surface; les premiers reprochant au nouveau pouvoir sa mauvaise gestion de la crise sanitaire et les seconds accusant leurs prédécesseurs de leur avoir légué un système de santé défaillant extrêmement précaire.
Contraint le 10 novembre dernier de se dessaisir du pouvoir et de s'exiler en Argentine, l'ancien président Evo Morales dénonce fortement «l'improvisation» dont font preuve les nouvelles autorités de La Paz qui, pour enrayer la propagation du Covid-19 sur leur territoire, seraient les seules à combattre «la pandémie avec des fusils et des tanks de guerre». Or avec à peine 1.167 contaminations et 62 morts, la Bolivie qui compte 11 millions d'habitants, reste, pour l'heure, le pays d'Amérique latine le moins touché par le nouveau coronavirus. Déplorant, toutefois, l'insuffisance des tests de dépistage effectués – moins de 500 pour un million d'habitants – et le manque de matériel médico-sanitaire, les nouvelles autorités boliviennes tentent, tant bien que mal, de rattraper ce retard en lançant une commande de 250.000 tests.
En outre, à en croire Virgilio Prieto, le chef de l'unité épidémiologique au Ministère de la Santé, les mesures «radicales» de confinement prises très tôt, dès le 23 mars, ont permis de contenir la propagation du virus. Interrogé sur l'insuffisance des tests de dépistage, ce dernier répondra que «tous les cas suspects» présentant des symptômes sont systématiquement testés.
Mais cette crise sanitaire qui s'est rapidement transformée en un règlement de compte politique est venue bouleverser l'agenda des élections mis en place à l'effet de sortir le pays de la crise post-électorale qui le secoue depuis Octobre dernier. Si donc la majorité des huit candidats à l'élection présidentielle avaient suggéré de les reporter, faute de pouvoir faire campagne en pleine pandémie, Luis Arce, le candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS) de l'ancien président, et Carlos Mesa, le candidat de centre-droit – tous deux donnés favoris par différents sondages – se sont élevés contre tout report.
Ce profond désaccord a été à l'origine des heurts qui ont éclaté ce jeudi soir à El Alto et dans d'autres localités non loin de la capitale. Aussi, ce n'est que très tard dans la nuit de jeudi à vendredi 1er mai que, lors d'une session d'urgence, l'Assemblée a approuvé l'ajournement du scrutin et sa tenue dans un délai maximum de 90 jours.
L'adoption de ce nouvel agenda va-t-elle «calmer le jeu» et permettre aux autorités boliviennes de s'atteler, pour l'heure et comme il se doit, à enrayer la propagation du coronavirus ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.