Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…
Publié dans Albayane le 23 - 01 - 2020

Après que le gouvernement transitoire de Bolivie, emmenée par la sénatrice conservatrice Jeanine Anez, ait convoqué une élection présidentielle pour le 3 Mai 2020, Evo Morales, qui a présidé aux destinées du pays, durant quatorze années jusqu'à sa démission le 10 novembre dernier, sous la pression de l'armée après sa victoire contestée au scrutin du 20 Octobre mais qui a toujours dit qu'il «ne lâcherait pas son pays», a annoncé, depuis son exil argentin lors d'une conférence de presse donnée ce dimanche 19 janvier à Buenos Aires, qu'il désignait Luis Arce Catacora pour représenter le Mouvement pour le socialisme (MAS) à l'élection présidentielle.
Et si cette désignation est intervenue à l'issue de sept heures de débat «avec quelques soixante-dix dirigeants du parti» si l'on en croit le quotidien «Los Tiempos», il convient de préciser que les sondages effectués, dès la fixation de la date du scrutin, avaient crédité le parti d'Evo Morales de 20,7% des intentions de vote et attribué 13,8% à son premier poursuivant, l'ex-président centriste Carlos Mesa.
Ancien ministre de l'Economie et des Finances publiques, de 2006 à 2017 et de Janvier à Novembre 2019, Luis Arce, âgé de 56 ans et originaire de La Paz, restera toujours, aux yeux d'une grande partie de ses compatriotes, comme étant «le père du miracle économique bolivien fondé sur un modèle de développement social, communautaire et productif».
Pour rappel, après la nationalisation des hydrocarbures en 2006 et la flambée du prix du pétrole, l'économie bolivienne avait commencé à croître à un taux annuel de 4,9% ; ce qui, selon les chiffres officiels, avait contribué à faire chuter la pauvreté de 38,2% en 2005 à 17,1% en 2018.
Aussi, Luis Arce constitue-t-il, pour l'ancien président, « une garantie pour l'économie nationale (et) un pont entre la ville et la campagne pour poursuivre le processus de changement (sans) exclure ni rejeter personne». Il sera secondé, à la vice-présidence, par David Choquehuanca, l'ex-ministre des Relations extérieures (Affaires étrangères) de 2006 à 2017 et sera soutenu à la fois par le MAS, le parti de l'ancien président et par des syndicats.
Les deux hommes se sont rendus à Buenos-Aires où une cinquantaine de dirigeants du MAS, de certains syndicats et de diverses organisations étaient venus débattre de la prochaine élection présidentielle mais aucun d'entre eux n'a assisté à la conférence de presse de dimanche.
Or, l'annonce faite par l'ancien président Morales qui a choisi un tandem qui «fait le lien entre les intellectuels amérindiens et les ‘Blancs sains' des zones urbaines» c'est-à-dire ceux qui, pour l'ancien chef de l'Etat ont «joué le jeu de l'émancipation et de l'intégration des Amérindiens à la société et à l'économie du pays», n'a pas été du goût de tous les militants du MAS puisque les «cocaleros» (cultivateurs des feuilles de coca), qui représentent le «ciment historique du parti», aimeraient bien qu'Andronico Rodriguez, un des leurs, soit désigné comme candidat.
Enfin, si le tandem désigné, ce dimanche, par Evo Morales, pour montrer que même depuis son exil il garde la main sur les affaires du pays, diffère du binôme annoncé vendredi par des représentants du MAS à La Paz et comprenant l'ancien ministre des Relations extérieures David Choquehuanca et Andronico Rodriguez comme colistier, rien ne sera arrêté avant mercredi. Alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.