Club Med et Madaëf investissent plus de 274 millions de dirhams en projets touristiques    Le PLF 2021 propose la création de près de 21.000 nouveaux postes    Météo: le temps prévu ce mardi au Maroc    Coopération sécuritaire: Rabat et Washington affichent leur volonté commune de renforcer leur partenariat stratégique    3ème session CAFRAD : Formation des élites de demain    Africa Security Forum : L'adéquation difficile entre climat, sécurité et population    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    PLF2021 : Voici l'intégralité des mesures approuvées en Conseil de gouvernement [Document]    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Installation des membres de la Commission régionale des droits de l'Homme dans l'Oriental    Interpellation de quatre individus à Dakhla    Agadir : Un premier groupe de touristes britanniques    Expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste    El Otmani: « Des négociations en cours avec trois nouvelles sociétés pour un vaccin »    Examens de la 1ère année Bac: avis aux candidats qui s'étaient absentés    Usine de PSA au Maroc : Barid Al-Maghrib passe commande de 225 Citroën Ami    La Tunisienne des Arts et des Lettres    «Relégation logique, politique et sport ne vont pas de pair»    Casablanca: le Barcelo Anfa organise son premier Afterwork post-covid !    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Coronavirus : Badr Hari testé positif    El Arabi signe un magnifique hat-trick !    Couvre-feu, cafés, commerces…le gouvernement prolonge les mesures à Casablanca    Mettre en place une véritable culture du don    Tannane voit rouge !    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Amina Agueznay, Joana Choumali et Ghizlane Sahli explorent le Jardin en soi    Les artistes de la halqa: les oubliés!    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    Alerte météo: fortes rafales de vent attendues au Maroc    Pêche. Le Brexit rapproche le Maroc et l'UE    Le Financial Times accorde une place importante à Tanger-Med    Notre jeunesse s'entre-tue…    Privé de revenus importants, Maroc Telecom s'adapte à la crise (Résultat)    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Festival d'El Gouna. « Mica » d'Ismail Ferroukhi sélectionné en compétition officielle    USFP. Le grand fleuve déborde à Marrakech    2021 l'année de tous les télescopages    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    Demi-finale de la Ligue des Champions / Raja-Zamalek (0-1) : L'arbitrage injustement décisif !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»
Publié dans Albayane le 28 - 09 - 2020

L'emprunt obligataire de 1 milliard d'euros sur le marché financier international (MFI), émis le 24 septembre par le Maroc, va se traduire par une économie de près de 300 millions de dirhams (MDH) par an, au niveau de la charge des intérêts, a indiqué le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration, Mohamed Benchaâboun.
Cette sortie à l'international va permettre également de remplacer une ancienne dette, d'un même montant, qui était assortie d'un taux d'intérêt de 4,5% par une nouvelle dette assortie d'un taux d'intérêt moyen de près de 1,7%, a fait savoir M. Benchaâboun dans un entretien publié lundi sur les colonnes de « l'Economiste ».
Le ministre a souligné que cette opération qui a consisté à lever 1 milliard d'euros sur 2 tranches de 5 ans et demi et 10 ans avec des coupons de 1,375% et 2% respectivement, soit un coût moyen de 1,69%, est « une excellente opération pour notre pays », notant qu'il ne faut pas comparer les conditions actuelles avec celles de la sortie de 2019, car le monde de l'ère d'avant Covid-19 est totalement différent de celui d'aujourd'hui, qui est « très complexe et plein d'incertitudes ».
Le timing de cette sortie permet de réaliser une économie de plus de 100 points de base par rapport à une sortie en mai dernier, a-t-il relevé, notant que « si nous étions sortis au mois de mai dernier, nous aurions payé un coupon 3,10% pour une maturité de 10 ans, contre un coupon de 2% pour l'actuelle émission ».
Interrogé sur l'impact attendu de cette émission, le ministre a fait savoir qu'elle servira d'abord à refinancer la tombée d'octobre 2020 du même montant, et permettra d'éviter de puiser sur les avoirs extérieurs pour la rembourser et ainsi pouvoir maintenir une marge suffisante au niveau de ces avoirs dans le contexte de crise actuelle.
De plus, ce refinancement de la tombée de 2020 évitera de pomper sur la liquidité intérieure qui aurait ainsi aggravé davantage la situation de déficit important de la liquidité bancaire, cela aidera en conséquence à éviter un durcissement des conditions du financement intérieur aussi bien pour le Trésor que pour le reste de l'économie, a-t-il ajouté.
Revenant sur les contours de cette émission de dette souveraine à l'internationale, M. Benchaâboun a souligné qu'un suivi très rapproché du marché en concertation avec les quatre banques conseil (ndlr. Barclays, BNP Paribas, Natixis et JP Morgan) a été effectué, pour finalement choisir cette fenêtre pour sortir et être assurés d'avoir des conditions aussi favorables que celles que obtenues.
Malgré le contexte difficile, a-t-il poursuivi, ce crédit a reçu, comme par le passé, un accueil très favorable de la part des investisseurs internationaux en raison de ses atouts incontestables, à savoir sa stabilité politique, un track record confirmé en matière de réformes structurelles et de stratégies sectorielles ambitieuses qui permettent de renforcer la résilience de l'économie marocaine et sa diversification pour un meilleur ancrage dans les chaînes de valeurs internationales.
Ce constat est également partagé par les agences de notation dans la mesure où le Maroc est l'un des rares pays d'Afrique et de la région MENA à avoir pu maintenir son investment grade, depuis plus de 10 ans malgré les grandes turbulences qui ont secoué le monde et la région durant cette dernière décennie, a-t-il souligné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.