Bourita: la résolution de l'ONU est porteuse de messages «de clarté, de fermeté et de constance    Relance progressive du tourisme : Essaouira accueille un premier groupe de touristes en provenance de Belgique    Caricatures: ce qu'a dit Emmanuel Macron sur Al-Jazeera (VIDEO)    Caricatures du prophète Sidna Mohamed : Jacques Chirac avait bien déclaré que « la liberté d'expression doit s'exercer dans un esprit de responsabilité »    Covid-19 : la vaccination contre la grippe saisonnière augmenterait le risque de mortalité du covid-19 chez les personnes âgées [Etude]    Evolution du coronavirus au Maroc : 3790 nouveaux cas, 219.084 au total, samedi 31 octobre à 18 heures    Attentat : un prêtre blessé à Lyon    Le Maroc est devenu un partenaire "indispensable" pour le Rwanda    Un prêtre grièvement blessé par balle à Lyon, l'auteur en fuite    La 8è édition du Tour international des motos de la Marche Verte aura lieu du 3 au 8 novembre    Décès de Sean Connery à l'âge de 90 ans    Béni Mellal-Khénifra : Première zone logistique pour le renforcement de l'attractivité économique de la région    Mobilisation de l'épargne: Voici ce que proposent les sociétés de Bourse    Justice : 52 établissements pénitentiaires dotés d'un réseau internet à haut débit    Ilham Kadri : cette franco-marocaine qui fait partie des femmes les plus puissantes du monde    Etude marocaine : La détection des anticorps dans les échantillons de sérum est plus importante que celle de l'ARN viral    Le premier interprète de James Bond, Sean Connery, est décédé    Marocains du monde : des concertations pour étudier les moyens de fournir un logement    Taxe de solidarité. Elle est où la justice sociale?    Média algérien : Abdelmadjid Tebboune souffrirait de sérieux problèmes cérébraux    Rabat: la police tire sur un individu qui semait la panique    Chefchaouen: le covid-19 emporte un responsable communal (PHOTO)    PLF2021: Budgets sectoriels, démarrage de la valse des ministères    Fitch ratings. El Othmani prend pour (son Investment) grade    Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    ONU : Le Maroc, désigné membre du Groupe Consultatif du Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Le Maroc signe deux accords de coopération avec le Rwanda    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan
Publié dans Albayane le 30 - 09 - 2020

Un témoignage exceptionnel sur un patrimoine qui mérite d'être préservé
Par Jalila Ajaja
«Les Gnawa de Lalla Mimouna» ou «Ignaoun N Lalla Mimouna» est l'intitulé d'un ouvrage qui vient de sortir aux Editions l'Harmattan à Paris, co-écrit par M'bark El Haouzi, chef des Gnawa du Todgha, et Erwan Delon, socio-anthropologue français.
Cet ouvrage vient rapprocher les lecteurs des spécificités des Gnawa du sud-est du Maroc et donner une image claire du patrimoine Gnawa et de leur relation avec leur compagne Lalla Mimouna dont ils sont des adeptes.
L'ouvrage est un témoignage exceptionnel sur un patrimoine qui mérite d'être préservé pour les générations futures.
«Que signifie être Gnawa au 21e siècle ? Dans cet essai, les auteurs exposent les rituels, croyances et pratiques des adeptes de Lalla Mimouna. Y sont abordés un grand nombre de thèmes, allant du global au local, de l'histoire des Gnawa à l'histoire des Gnawa du Todgha, en mettant en avant les spécificités des instruments, des danses, chants et transes effectués par ceux que l'on appelle «les Gnawa de la compagne».
Les auteurs dévoilent la vision des adeptes de Lalla Mimouna, en montrant comment ces Gnawa se représentent leur sainte et vivent dans le respect des «valeurs tagnaouites».
Cet ouvrage est né d'une rencontre entre M'bark El Haouzi, chef des Gnawa du Todgha, diplômé en langue et littérature françaises de l'université Ibn Zohr d'Agadir, et Erwan Delon, socio-anthropologue qui a entrepris des travaux sur les populations amazighes du Maroc comme chercheur associé au centre Jacques-Berque de Rabat.
Deux études s'y sont mêlées: la littérature et la socio-anthropologie. Le pèlerinage à Lalla Mimouna, considéré comme un temps fort de la vie des Gnawa, représentatif de leur état d'esprit y est largement décrit. Les spectacles et les jeux mis en place par les Gnawa lors des festivals sont également analysés de même que leur insertion dans l'africanité et l'amazighité.
L'ouvrage, agrémenté de nombreuses photos en couleur qui constituent «un témoignage exceptionnel», vient ainsi combler «un manque» concernant les études à propos des Gnawa de Lalla Mimouna, confie M'barek El Haouzi, chef des Gnawa du Todgha, dans un entretien à la MAP.
La grande majorité des études ayant été faites sur les Gnawa de Sidna Bilal, il était tout à fait logique, selon lui, d'écrire un livre sur les Gnawa de Lalla Mimouna «qui sont moins connus médiatiquement que ceux de Sidna Bilal».
«Mais cela ne s'arrête pas là. Dans cette étude, les Gnawa de Lalla Mimouna se disent eux-mêmes, se racontent. C'est sans doute l'une des premières fois», revendique-t-il.
Selon ce grand défendeur des Gnawas, l'ouvrage participe assurément à la préservation d'un patrimoine désormais inscrit au patrimoine culturel de l'Humanité de l'Unesco.
Il se veut une contribution à la préservation des danses et musiques propres au sud-est marocain et particulièrement aux Gnawa. «En décrivant minutieusement et en mettant en lumière ces formes d'art, ce livre aura été l'occasion de montrer et confirmer la diversité culturelle au Maroc et «graver dans le marbre» et transmettre cet héritage, ce Patrimoine culturel immatériel», affirme M'barek El Haouzi qui ne cache pas sa fierté d'avoir participé à la Rencontre consultative sur le projet de candidature «des Arts Gnawa» sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel auprès de l'UNESCO le 10 juin 2014 à Essaouira.
Selon lui, ce nouvel ouvrage émane de sa conviction de la nécessité de donner de la visibilité aux Gnawa de Lalla Mimouna, longtemps éclipsés médiatiquement par les Gnawa de Sidna Bilal et de braquer les projecteurs sur des régions du Maroc détentrices elles aussi de ce patrimoine.
L'essai vient ainsi leur rendre justice, affirme l'auteur pour qui les responsables locaux doivent aussi prendre conscience de «la formidable chance» d'avoir des groupes Gnawa dans leur région, d'œuvrer pour la sauvegarde de ce patrimoine et de valoriser cette culture, en l'inscrivant dans des événements culturels locaux.
Mais si M'barek El Haouzi tient à sauvegarder ce patrimoine oral marocain, il s'élève avant tout contre toute «marchandisation du phénomène Gnawa».
«Certains en profitent pour faire du business par le biais de la Tagnaouite perdant ainsi la pertinence et la ligne de conduite indispensables aux «vrais Gnawa»«, regrette-t-il.
«C'est un affront fait aux valeurs tagnaouites dont les trois essentielles que sont le respect de soi et d'autrui, la décence entre les sexes et les générations et le mérou qui se résume en une entraide et une union au sein du douar», affirme-t-il.
«C'est aussi ce que nous voulions expliquer dans ce livre en montrant ce que signifie être Gnawa au vingt et unième siècle, ce que cela implique de spirituel, au delà du folklore et du commercial», revendique M'barek El Haouzi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.