Provinces du Sud : 70% des projets de développement exécutés    Crise libyenne : nouveau round de pourparlers à Tanger    Tennis : Adam Moumar...révélation et sensation    Diego Maradona : « El Pibe de Oro » ne brillera plus    Hausse du crédit bancaire en octobre (BAM)    Supercoupe d'Afrique: Berkane refuse d'affronter Al-Ahly en Egypte    Une personne interpellée à Dakhla : Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine de 38 candidats    Semaine de solidarité pour les personnes handicapées du 22 au 26 décembre    Rabat, zone interdite aux Casablancais et vis versa    Youssef Chiheb : Le Maroc a agi selon le droit international qui interdit l' entrave à la circulation de flux commerciaux entre deux Etats souverains    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président burkinabé    Maroc/Covid-19: 2.533 nouveaux cas et 57 décès ces dernières 24h    Man Stop Man...    Nouveau coup dur pour le Real    Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Source gouvernementale)    Relance économique. CDM se penche sur la santé    Al Moutmir semis-direct : OCP lance la deuxième phase du programme    Listes électorales : L'Intérieur apporte des précisions sur les mises à jour    La CGEM et l'IFC font cause commune    «Restore Africa Soils», un dispositif scientifique dédié au suivi de la cartographie des sols    Rabat : Gal'Rue, une exposition en espace ouvert dans la capitale    Mehdi Qotbi : "Nous continuerons à faire vivre l'art et la culture"    Après inwi, Nadia Fassi-Fehri intègre l'OCP    La série « The Crown » salirait-elle l'image de la couronne britannique ?    Suisse : Le Réseau international des journalistes arabes et africains salue l'action pacifique du Maroc à El Guerguarat    Deux commissaires européens attendus mardi au Maroc    SM le Roi: La Cause palestinienne est la «clé de voûte» de toute solution Juste au Moyen-Orient    Enjeux sanitaires et économiques    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    Cambodge: L'opposition appelée à la barre    Aspirer à la synchronie nationale!    ASHA, 3è à l'Eurovision Junior 2020 à Varsovie    «Le mouvement culturel amazigh est un projet de société basé sur le repensé»    Exposition. « CASARCHIVES », la mémoire historique de Casablanca    Le Sahara marocain se métamorphose    Plus de 15 000 élèves d'Espagne et du Maroc participent à l'Espace Ecole du FCAT    Tottenham reprend la tête, Cavani et Manchester prêts pour Paris    Un Marocain désigné SG de l'Union des avocats arabes    Maradona victime de négligence médicale?    Botola: pour une véritable nouvelle saison    Un démarrage sous le spectre du Covid, la programmation émerge du lot    Sarah Perles et Jaime Lorente, dans la cour des grands    Lydec annonce une baisse de son chiffre d'affaires    Abdelhak Khiame n'est plus à la tête du BCIJ    La province de Taza face à une intense vague de froid    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté d'une image culturelle à une autre
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2020


Par Noureddine Mhakkak
Khémais Khayati est né le 10/12/1946 au Ksour (nord-ouest tunisien). Diplôme de l'Ecole normale d'Instituteurs à Tunis. Licence en Sociologie (Paris X Nanterre). Certificat en Ethnologie (Paris X Nanterre). Licence en lettres et civilisation arabe (Paris 3 Sorbonne nouvelle). Maitrise en sociologie de la culture à Paris X Nanterre sur le sujet : « La nouvelle littéraire et le socialisme in la revue al-Fikr» sous la direction d'Albert Memmi. Thèse de Doctorat en Civilisation et lettres arabes à l'Université de Paris 3 Sorbonne nouvelle sur le sujet : « Cinéma et société dans l'œuvre de Salah Abu Seif» sous la direction de Nada Tomiche. Président : Mohamed Arkoun, Jurés : Enrico Fulchignonni, Tahar Chériaa. Invité : Salah Abu Seif.
Khémais Khayati est critique de cinéma au quotidien «L'ACTION». Chroniqueur au Panorama de France-Culture. Chargé de cours à l'Université de Paris 3 Censier. Fondateur de la revue bimestrielle «CinemArabe». Critique de cinéma in «al-Yom Assabi». Responsable du Bureau de Presse à l'Institut du Monde Arabe. Membre du comité de sélection de la semaine de la critique à Cannes. Collaborateur régulier à FR3 (Mosaïque). Journaliste à RFI (arabe). Vice-Président du Conseil International du Cinéma et de la Télévision (UNESCO). Animateur d'émissions de cinéma à la télévision tunisienne. Rédacteur en chef culture au quotidien al-Sabah
Khémais Khayati a publié de nombreux livres : «Palestine au Cinéma». Français. Direction. Collectif. 1976. «De la critique cinématographie». Arabe. Dar el Mararif. Caire 1983. «Salah Abu Seif. Cinéaste égyptien ». Français. Ed Sindbad 1995. «Salah Abu Seif. Cinéaste égyptien». Arabe. Ed Dar el Maarif 1995. «Problématique du cinéma palestinien». Livret Arabe/anglais 1995. «Cinémas arabes». Français. Ed L'Harmattan1996. «Ces stars qui vous guident». Arabe. Tunis 1998.« En désespoir d'image ». Français. Ed Sahar 2001. «De mon pays». Français. Ed ACA. 2005. «La culture une douce addiction». Arabe. Ed Sahar. 2016. Et bien d'autres.
Voici une interview avec lui. Bonne lecture.
Que représentent les arts et les lettres pour vous?
Dès mon jeune âge, au nord-ouest de la Tunisie, j'ai vécu et évolué dans un monde où les arts et des lettres dans le sens large des termes, à savoir un mode de vie agnatique dans le village ou tout le monde est parent de tout le monde, les adultes sont les éducateurs des enfants et où les événements sont exprimés par des locutions populaires, des légendes, de la musique, du tatouage...mon enfance a été bercée par les épopées de Antar ben Chaddad, Seif ibn Dhy Yazin, Hamza al-Bahlawan ou les légendes orales des ogresses... Littérature orale et écrite se sont mariées dès ma jeune enfance.
Que représente l'écriture pour vous?
L'écriture est une libération. Libération de son quotidien car on s'exile entre les mots, libération de son passé car on le couche dans les mots et absorption du futur car on le charge de tant d'espoir qu'on insuffle dans les mots. L'écriture est un rite. Seul face à la blancheur immaculée du papier, aujourd'hui celle de l'écran de ton ordinateur, vous êtes face à vous-même, vous pouvez mentir mais vous savez que vous mentez en échafaudant du bric-à-brac auquel d'autres vont croire tellement vous avez un pouvoir sur les mots grâce aux mots. Mais vous dites la vérité sur vous-même et votre monde. J'aime écrire, en langue arabe comme en français. Autant j'ai deux jambes pour me tenir en équilibre et avancer, autant j'ai deux langues pour être et m'exprimer. J'aime l'écriture comme on aime la vie.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours littéraire/artistique.
J'ai visité plusieurs villes tant arabes qu'européennes, un tantinet nord-américaines. Mais jamais une ville sub-saharienne. Les occasions se sont présentées, mais il y a toujours eu des empêchements, comme pour Beyrouth, je ne l'ai jamais visitée ni même le Liban. Les occasions se sont présentées mais il y a eu un empêchement. Dommage ! Par contre j'aime le Caire... Je peux y trainer de jour comme de nuit, je ne m'en lasse jamais. J'aime Paris, une ville qui a assisté à ma renaissance. J'y respire. J'aime Casablanca, j'y ai trainé mes semelles...J'aime les villes nordiques. Elles ont une lumière à part. Ceci sans parler de la ville du Kef, la belle ville tunisienne.
Que représente la beauté pour vous?
Tout ce qui vous réconcilie avec vous-même et le monde.
5-Parlez-nous des livres que vous avez déjà lus et qui ont marqué vos pensées.
Plusieurs livres ont marqué mon parcours d'autant plus que mon travail à France Culture de 1975 à 1996 me met quotidiennement en contact avec «le livre». Déjà le jour de mon départ de mon pays un certain 23 juillet 1969, j'ai emmené un pyjama bleu, une brosse à dent et trois livres : «Les Chants de Maldoror » de Lautréamont, «la société su spectacle» de Guy Debord et «Traité du désespoir» de Kierkegaard. Le livre d'Emile Habibi « Said le peptimiste», Al-Tawhidi avec «al-Imtaa wal Muanassa» etc., etc., etc... Quand on dit en arabe que le livre est le meilleur des compagnons, on ne se trompe jamais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.