Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Fonction publique : 400 postes dédiés aux personnes en situation de handicap    TPME : L'Observatoire et le Ministère de l'Industrie renforcent leur partenariat    Soutien aux TPME : AWB conforte sa position de premier contributeur    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    L'inflation augmente de 0,7% en 2020    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    UM6P/EPFL : Vers la promotion de l'éducation digitale en Afrique    Se déplacer rapidement dans l'espace : Bientôt ce sera possible    Meknès : 6 ans de prison pour le violeur d'un enfant de 7 ans    Al Aroui : Vol d'un coffre-fort renfermant une arme à feu et de l'argent    Vaccins anti-Covid-19 : L'Afrique oubliée ? (vidéo)    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Le vaccin indien arrive. El Othmani toujours dans le brouillard    La RAM achemine le vaccin anti-covid à Casablanca (photo)    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    CRI : Crise sanitaire ? Connais pas !    L'humanisme, unique héritage indestructible    BMCE Capital Asset Management certifiée ISO 9001 Version 2015    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Joe Biden marque la rupture avec Trump à son arrivée à la Maison Blanche    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Botola Pro D2: Le RAC et le TAS se neutralisent    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les belles Lettres et les rythmes de l'amour
Publié dans Albayane le 08 - 10 - 2020


Par Noureddine Mhakkak
Amin Zaouiest écrivain bilingue (français et arabe) et professeur de littérature comparée et de littérature Africaine – Université d'Alger. Doctorat d'Etat en Littératures Maghrébines comparées. Directeur de plusieurs colloques internationaux.
Amin Zaoui a publié de nombreux livres en français et en arabe .Parmi eux, on peut citer à titre d'exemple les œuvres suivantes: «Sommeil du Mimosa» (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris 1997. «La Soumission» (roman) (prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France), édition le Serpent à Plumes, Paris 1998, «La Razzia» (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris 1999. 6- Festin de mensonges (roman) Editions Fayard Paris 2007, La chambre de la vierge impure (roman) Editions Fayard Paris 2009 «L'Enfant de l'œuf» (roman) éditions Le Serpent à Plumes Paris -aux éditions Barzah -Alger 2017.
Son dernier roman intitulé «Canicule Glaciale» vient de sortir ces jours-ci aux éditions Dalimen Alger 2020... Et bien d'autres.
Les romans d'Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues, entre autres: anglais, allemand, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, roumain, persan, turque, arabe, suédois, grec...
Que représentent les arts et les lettres pour vous?
Je suis né dans les arts et les belles lettres, entouré des livres et des contes, un père lettré et une mère conteuse et sept sœurs. Je continue cette vie livresque et artistique en douceur et appétit !
Je ne peux pas m'imaginer loin ou hors de ce monde fantastique. Et je ne peux imaginer la vie vide des bibliothèques, des salles de cinéma, le théâtre, la musique et les galeries d'arts plastiques.
Souvent je dis : Les arts faits en mots, en couleurs, en partitions musicales, en rythmes sont notre peau ! Les arts nous rassemblent, nous rapprochent. Les arts cultivent l'amour et soignent le vivre ensemble ! On lit Hemingway et on l'imagine comme un enfant du bled, on lit Dos Passos est on sent qu'il est de notre farine, on lit Omar Khiyyam ou Jallal Eddine El Roumi et on sent que leurs mots sont les nôtres. On écoute Mozart et on déguste ses notes, on regarde le ballet du Bolchoï et en sent notre amazighité et notre africanité, ce sont nos corps et nos mouvements!
Seuls les nobles arts et les belles lettres sont capables de faire face à la haine, au racisme, au colonialisme et à l'esclavagisme.
Sans les arts le monde serait aride, pauvre et ensauvagé.
Que représente l'écriture pour vous?
Ecrire c'est respirer! L'écriture me purifie! L'écriture c'est la trace et le témoin de mon passage dans cette vie! L'écriture c'est ma deuxième ombre! L'écriture est combat pour la liberté, pour l'égalité et pour la justice.
Mais il n'y a pas d'écriture sans la lecture. La lecture est la sœur jumelle de l'écriture. Elles sont la porte de la liberté individuelle et collective! L'écriture est aussi la sœur jumelle de la liberté!
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours artistique.
Oran et Tlemcen, ce sont les deux villes qui m'ont marqué le plus ! Dans tous mes romans en français comme en arabe ces deux villes ont une forte présence directe ou indirecte. Les villes ne sont pas des murs ou des morts, elles sont nous en d'autres performances! Les villes ne sont pas des cimetières, elles sont des forêts vivantes !
À Tlemcen, j'ai grandi. Une ville avec un urbanisme spécifique et un mode de vie avec des traditions andalouses musicales, culinaires et vestimentaires. Dans cette ville, j'ai vécu mon enfance et mon adolescence.
Dans cette ville j'ai publié ma première nouvelle de mon parcours littéraire, alors que je n'étais que collégien ! C'est à Tlemcen où j'ai choppé le virus de la lecture. Nous avions une bibliothèque municipale bien fournie en livres classiques en français et en arabe, et un bibliothécaire Aït Abdelkader passionné du livre qui me guidait et m'orientait dans ce monde magique. Je n'exagère pas si je vous dis que j'ai dévoré intégralement cette bibliothèque-là!
À l'université d'Oran, j'ai aimé une belle jeune fille devenue mon épouse, Rabia Djelti poétesse et romancière elle aussi. Oran est une ville exceptionnelle, rien à voir avec Tlemcen! Une ville métropolitaine, de la chanson Raï, où cohabitent plus de soixante-dix nationalités. Une ville où les gens croquent à pleines dents la pomme de la vie ! Des fêtards!
Il y'a une troisième ville que j'ai construite moi-même, elle ne ressemble pas aux autres. Je l'ai faite des mots, et à chaque fois que les autres villes que j'ai adorées me fermaient la porte, j'ouvre celle de ma ville imaginaire. Elle ressemble tantôt à ma femme Rabia, tantôt à ma fille Lina chanteuse et musicienne, tantôt à ma mère Rabha ! Enfin de compte les villes qui habitent notre peau ne sont que des belles femmes!
Que représente la beauté pour vous ?
J'adore la beauté physique et naturelle. J'adore le jumelage entre la beauté et l'intelligence. La beauté c'est le chant éternel de la vie et pour la vie. Je pense que la belle littérature n'émane que des belles créatures et des belles âmes! La beauté est la source du bien ! L'abjection est la source du mal.
Parlez-nous des livres que vous avez déjà lus et qui ont marqué vos pensées.
Adolescent encore, j'ai «mangé» la bibliothèque municipale de Tlemcen, les classiques en français et en arabe ! Il y'en a des livres qui sont comme le tatouage, on n'arrive jamais à effacer leur trace de notre peau, leur effets sur nous est interminable. Ils se prolongent et traversent notre vie.
Le livre majeur, qui m'a bouleversé et continue à le faire, c'est «les mille et une nuits» ! Maître de tous les livres. D'ailleurs mon nouveau roman «Canicule Glaciale» sorti cette semaine est imprégné de cette belle narration des «mille et une nuits» !
Je ne peux imaginer ma vie d'écrivain et de lecteur sans «l'étranger» de Camus, «le vieil homme et la mer» d'Hemingway, «A la recherche du temps perdu» de Proust, «Le Prophète» de Gibran Khalil Gibran, «Voyage au bout de la nuit» de Céline... les romans de Julien Gracq, Philip Roth, Henry Muller.
Des livres en arabe m'ont marqué à l'instar de el imataê wa el mouanassa (le plaisir et la compagnie) de Tawhidi, Rassaïl al qiyyane (lettres des femmes de joie) de el Jahiz, Rissalat al Ghoufrane (Epitre du Pardon) d'abu al Ala al Maari, la poésie de Bachchar Ibn Bourd, Miramar de Naguib Mahfouz, la répudiation de Rachid Boudjedra, le pain nu de Chokri…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.