La défense de l'intégrité territoriale fait partie intégrante des valeurs professionnelles authentiques de la presse    La diaspora marocaine manifeste à Paris en soutien à l'intervention marocaine à El Guerguarat    La Jeunesse socialiste s'active sur le front de la diplomatie parallèle    Confessions dominicales: Chakib Benmoussa paie un conseiller fantôme qui se paie la tête des responsables du pays    L'UM6P et le CRI de Marrakech-Safi s'allient pour accompagner le tissu entrepreneurial    Le dirham s'apprécie vis-à-vis du dollar du 20 au 25 novembre 2020    IB Maroc dévoile son chiffre d'affaires    «Les enjeux de l'emprunt national»    Covid-19: Des comportements disparates des Bourses africaines    Croissance soutenue des exportations    Gomycode : La startup éducative    STARTOP / CloudFret, la startup optimisatrice    Une position constante de soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution    Dialogue inter-libyen à Tanger : Nouveau pas vers la grande réconciliation    Italie: L'Inter sur le podium, la Juve gâche encore des points    Angleterre: Liverpool leader frustré, Mahrez sur un nuage    Les Lions de l'Atlas grimpent à la 35è place    Vidéo : Des Argentins pleurent leur Diego et l'applaudissent    Liga: mais qu'arrive-t-il au Real Madrid ?    2.260 lits hospitaliers supplémentaires en 2021    CNDH: nécessité de mettre en œuvre des principes juridiques et éthiques    Toutes les catégories des enseignants débrayent cette semaine    Déchets Covid : quid des personnes soignées à domicile ?    Une femme à la conquête du désert    Mahmoud El Idrissi, icône de la chanson marocaine, n'est plus    Communauté juive : Reconnaissance d'une marocanité...enracinée    Depuis El Guerguarat, la jeunesse istiqlalienne salue la décision déterminante du Souverain    Covid-19 et tabac : La nicotine protège-t-elle contre le virus ?    L'hémiplégie : peut-on en guérir ?    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    Redouane Hanniche nouveau président du club    Le TAS à l'heure africaine    Evolution du coronavirus au Maroc : 4412 nouveaux cas, 349.688 au total, samedi 28 novembre à 18 heures    Santé: budget 2021, chantiers... ce qu'a dit Ait Taleb devant les Conseillers    Bourita : la réunion de la Chambre des représentants libyenne consultative a été une «réussite»    Guerguarate: « Large soutien international » à l'intervention marocaine (magazine espagnol)    Coupe de la CAF: le TAS arrache une précieuse victoire en Gambie    La décision du Bahreïn d'ouvrir un consulat à Laâyoune continue de faire réagir    Message du roi Mohammed VI au président mauritanien    Sahara marocain : Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Maroc    Guergarate : La Croatie salue l'engagement du Maroc en faveur du cessez-le-feu    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Taylor Swift rafle la mise aux American Music Awards    George Clooney atteint d' une maladie rare    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fouzia Nejjar ou le double défi
Publié dans Albayane le 25 - 10 - 2020

Fouzia Nejjar, qui fait partie de la nouvelle vague des peintres des années 2000, est difficile à étiqueter pour la simple raison qu'elle ne cesse de se réinventer en tâtant de tous les genres picturaux. Cette crise sanitaire, n'a pas eu raison de sa pugnacité, puisqu'elle met un point d'honneur à ce que chaque jour soit un nouvel émerveillement et un renouveau dans son atelier.
L'artiste-peintre s'est imposé un double défi, d'abord mettre un point d'honneur à perpétuer la tradition artistique de sa famille dont le père Mohamed Nejjar était un éminent ébéniste designer, ensuite prendre le relais de sa sœur feue Fatiha Nejjar artiste-plasticienne, décédée en 2013, à la fleur de l'âge, après nous avoir gratifiés d'une œuvre remarquable, et inscrit son nom sur le livre Guinness des records avec une toile minuscule. C'est avec beaucoup d'émotion que Fouzia évoque souvent le souvenir de Fatiha, si bien qu'elle a l'impression que celle-ci n'a pas tiré sa révérence et qu'elle continue à lui tenir compagnie dans son atelier où elle peint sous son regard bienveillant. Aussi, chaque toile élaborée par Fouzia constitue-t-elle une sorte d'hommage à la défunte.
Fouzia NEJJAR, qui fait partie de la nouvelle vague des peintres des années 2000, est difficile à étiqueter, elle s'évertue à rester libre comme l'air, libre comme l'art, pour pouvoir se réinventer en tâtant de tous les genres picturaux : l'action painting ou la peinture gestuelle, clin d'œil au grand pionnier Jilali Gharbaoui, à travers quelques tableaux où nous retrouvons des formes rageusement superposées, sur un fond bleu, la figuration avec des toiles reproduisant des femmes prises de profil, ou dont on voit uniquement la moitié du visage en raison de leur pudeur, de leur marginalisation ou encore de la violence dont elles sont victime.
L'auteur nous transporte aussi dans un monde onirique, en adoptant une technique surréaliste consistant à reproduire des fragments de corps, notamment des visages qui nous foudroient de leur regard. Peut-être s'agit-il ici d'une quête ou une tentative de construction d'identité dans un univers où l'individu, qui peine à se définir et à se reconnaître, finit par admettre qu'il n'est qu'un sous-individu. Ces corps fragmentés et les formes rageusement reproduites sur la toile nous font penser un peu à la notion du chaos germe très cher au philosophe Giles Deleuze.
Mais si on réfléchit bien à l'ensemble des œuvres de Fouzia, qui ressortissent à plusieurs tendances picturales, on pourra supposer que l'artiste veut tout simplement nous montrer les différentes étapes de la création picturale, d'abord le grand chaos (au sens deleuzien du terme) ensuite des formes évanescentes émergeant de la toile, avant qu'elles ne prennent un aspect clairs et définitifs sous la forme de paysages, de silhouettes féminine ou masculine.
L'artiste utilise une large palette de couleurs pour traduire ses différents états d'âme, qui vont de la mélancolie (tonalité sombre) à l'euphorie (tonalité gaie) en passant par l'ironie ou la dérision, comme en témoigne son tableau représentant Adam et Eve, épousant la forme d'un violoncelle voguant à bord d'une pirogue, au rythme envoûtant du piano.
Décidément, l'artiste est persuadée, en ces temps maussades de pandémie, que nous n'avons pas besoin uniquement de civisme, de mesures prophylactiques, mais surtout d'humour raffiné, de poésie, et de peinture pour colorer notre quotidien. En dehors de l'ironie ou la dérision, Fouzia emploie le procédé de la mise en abyme, notamment dans le tableau où se superpose une multitude de toiles qui semblent s'interroger, sous le regard admiratif et ravi de l'auteur et du spectateur, qui tente de partager ces interrogations, en faisant sienne la formule de Paul Claudel «l'œil écoute», cet œil qui écoute, à juste titre, la voix audible des tableaux.
A en croire l'artiste, cette crise sanitaire, n'a pas eu raison de sa pugnacité, si bien qu'elle met un point d'honneur à ce que chaque jour soit un nouvel émerveillement et un renouveau dans son atelier. Aussi, projette-t-elle de participer incessamment à une exposition grandiose à Malaga, en hommage à l'éminent peintre Picasso.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.