Fonds Mohammed VI pour l'Investissement : Benchaâboun sollicite l'appui financier de l'UE    Vaccin anti-covid: ce qu'a prévu Emmanuel Macron    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Fonds Mohammed VI d'investissement, fer de lance de la relance économique    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Addoha: Forte baisse du chiffre d'affaires    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    Engagement et citoyenneté    Appui aux AGR au profit d'anciens pensionnaires des établissements pénitentiaires    Appel à la lutte contre les formes contemporaines d'esclavage    Rokhas: une plateforme au service du citoyen    Fès: L'ENCG s'allie au groupe français ESC Clermont    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Véhicules électriques. Rachid Yazami révolutionne les batteries    Le Salon des Etudes en France revient    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Chic Intemporel dévoile des créations au grand public à Casablanca    Covid-19. L'Administration alimente la psychose    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    "La Guérisseuse " de Mohamed Zineddaine, Grand Prix du Festival maghrébin du film d'Oujda    Rencontre du Cercle Eugène Delacroix : Des élus français soutiennent la marocanité du Sahara    UE-Maroc : Deux commissaires européens en visite à Rabat    La cause palestinienne est la clé de voûte de toute solution permanente et globale au Moyen-Orient    Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert    Mehdi Qotbi : "Nous continuerons à faire vivre l'art et la culture"    La série « The Crown » salirait-elle l'image de la couronne britannique ?    Téhéran rend un dernier hommage au «docteur martyr» assassiné    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    Cambodge: L'opposition appelée à la barre    Sarah Perles et Jaime Lorente, dans la cour des grands    Abdelhak Khiame n'est plus à la tête du BCIJ    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma
Publié dans Albayane le 27 - 10 - 2020


Par Noureddine Mhakkak
Ahmed Boulane, Producteur, Scénariste, Réalisateur, né à Salé en 1966, est renvoyé de l'école à l'âge de 16 ans, et devient membre de la Troupe Nationale d'Art dramatique de la RTM (Radiodiffusion et Télévision Marocaine) et de la Troupe du Théâtre National Mohammed V à Rabat.
En 1979, il part en Italie pour des études de cinéma qu'il n'achève pas, et devient membre de la troupe de théâtre «Teatro Laboratorio Melanese».
En 1981, il commence au Maroc un parcours professionnel dans les différents métiers de Cinéma et de la Publicité, comme acteur, puis assistant-réalisateur, puis directeur de castings pour des films internationaux.
En 1998, il a fondé sa société de production «Boulane O'Byrne» pour écrire, réaliser et produire ses propres films : «Voyage dans le passé» (CM) (1997), «Ali, Rabiaa et les autres» (2000), «Les Anges de Satan» (2006) «Le retour du fils» (2010), «La Isla Del Perjil» (2015). Ces films ont participé a plus d'une centaine de festival et ont obtenu une vingtaine de prix nationaux et internationaux.
Voici une interview avec lui :
Que représentent les arts et les lettres pour vous?
Depuis ma tendre enfance j'étais intéressé par le dessin, la musique, le théâtre et à la lecture et tous les formes d'arts et des lettres jusqu'au point ou apprendre mes leçons ou à suivre mes cours à l'école était mis en deuxième position. Ce qui à provoquer un arrêt de l'écoles très jeune. (J'ai parlé de tout cela dans mon livre autobiographique «Ma vie est belle»).
Que représente l'écriture pour vous?
L'écriture des paroles des chansons quand j'étais jeune puis les pièces de théâtre puis après mes scénarios de films et dernièrement mon livre «Ma vie est belle» constituent pour moi, une addiction, un besoin pour me sentir mieux dans ma peau et dans ma vie plus qu'autre chose. Je n'écris pas un scenario pour faire un film. C'est le scenario qui m'écrit.
Au Maroc j'aime Salé ma ville natale, qui m'a inspiré certain de mes films, et la médina de Tétouan et celle d'Essaouira ou j'aimerais tourner des films. Malheureusement l'occasion ne s'est pas présentée. En ce qui concerne les villes à l'étranger j'aime Rome, Milan en Italie et Lausanne en suisse. J'ai vécu dans ces trois villes et c'est là où j'ai évolué en tant que personne. J'aime également Dublin, la capitale de mon pays adoptif L'Irlande (Je suis citoyen Irlandais). L'Irlande est justement un pays des Arts et des Lettres par excellence vu le nombre d'écrivains : James Joyce, Samuel. Beckett, Oscar Wilde, et George Bernard Shaw et d'autres. Ainsi que de grands acteurs et je n'en parle pas des groupes de rock. U2, Bob Geldof, Enya, the Chiftains et bien d'autre. Il y'en a d'autre villes que j'ai visitées dans les quatre coins du monde. J'aime voyager. Malheureusement le covid 19 est venu pour me coller chez moi.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours artistique.
Que représente la beauté pour vous?
La beauté, on ne peut pas la décrire. On ne peut juste la regarder, la sentir, l'apprécier et vivre avec, si on a de la chance de la rencontrer.
Parlez-nous des livres / films que vous avez déjà lus /vus et qui ont marqué vos pensées.
Ils m'arrivent de devenir addictif à la lecture et surtout quand j'allais en Irlande pour y passer les étés. J'aime lire les autobiographies et l'histoire du Maroc qui a été écrite par des auteurs Anglais et Américains. Je lis généralement en Anglais car pas mal d'œuvres écrites en Anglais sont introuvables en Français ou en Arabe. Pendant le confinement j'ai relu «Murder In Marrakech» sur L'assassinat de Docteur Emile Par Mauchamp Jonathan G Catz «Morroco that was» de Walter Harris, et «The lords of the Atlas» de Gavin maxwell et dernièrement «White Gold» de Gilles Milton. Tous ces livres d'histoires sont écrit d'une façon romancière digne de films cinématographique, malheureusement ils ne seront jamais portés à l'écran par manque de moyen. Ils seront trop chers et surtout la liberté pour être fidèl a l'histoire.
Pour les films. Tous les films de Sergio Leone et surtout «Il était une fois l'Amérique» qui m'a marqué beaucoup et m'a donné envie de faire de films, «Laurence d'Arabie» de David Lean. Un film d'histoire comme j'aime. Ce sont des films que j'ai vus et revus plusieurs fois. Et aussi un film d'Ettore Scola «Nous nous sommes tant aimés» qui m'a donné envie d'écrire et de réaliser mon film «Ali, Rabiaa et les autres».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.