Partenariat Maroc-UE : un bilan remarquable sous le signe de la solidarité et le renouveau    Internet : Maroc Telecom s'explique sur les raisons de la baisse du débit    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    Selon une nouvelle note secrète de la CIA, une guerre des clans mine le régime algérien et conduira à son effondrement    Les États-Unis briguent un siège au Conseil des droits de l'homme de l'ONU    CAN U20 Mauritanie : Un derby maroco-tunisien en quart de finale    Nouvelle publication : Tibu Maroc documente son programme «Intilaqa»    Le ministre égyptien des Sports s'entretient avec Bouchra Hajij, présidente de la Confédération africaine de volleyball    Alerte météo : de fortes averses orageuses et des chutes de neige du jeudi au samedi    «Madrasstna Fdarna» une campagne de solidarité signée L'Heure Joyeuse    Maintien du groupe parlementaire pour le patronat    Le fiduciarisme face au sécularisme    Amnesty International dénonce une «stratégie délibérée» pour «écraser la dissidence»    L'économie nationale renoue avec la croissance en 2021    La classe politique évoque « un non-événement »    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    RCI Finance Maroc: baisse de 23,6% de la production en 2020    2 MMDH pour le renforcement de l'alimentation électrique    Hausse des prix de l'huile : Lesieur Cristal réagit    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Mission réussie pour le Wydad, Al Ahly tombe    Invaincu 527 minutes, Bounou rentre dans la légende du FC Séville    Le Bayern pille La Lazio, Giroud torpille l'Atlético, Ziyech sur le banc    La Fondation Attijariwafa bank dresse son bilan 2020    Fidèles à leur vision progressiste : Aston Martin et Girard Perregaux élaborent des garde-temps inédits    Les taux de guérison sont très importants    Les amoureux de la langue de Cervantès persistent et signent    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    L'Europe doit se défaire de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec le voisinage sud, déclare Nasser Bourita    Centrale Danone : une vingtaine de nouveaux produits "fortifiés"    Retrait de la liste grise de l'UE : quelles conséquences pour le Maroc ?    La BVC démarre en baisse    Linda Thomas-Greenfield confirmée comme ambassadrice des États-Unis à l'ONU    Campagne de vaccination : le Maroc reçoit 1 million de doses de vaccins supplémentaire cet après-midi    La centrale solaire de Noor Ouarzazate permet d'éviter l'émission de près d'un million de tonnes par an de gaz à effet de serre    Tanger : avortement d'une tentative de trafic international de drogue, 680 kg de chira saisis    Nasser Bourita s'entretient avec Arancha Gonzalez Laya    Les Etats-Unis persistent et signent    Coupe de la CAF: Des adversaires jouables pour le Raja et la RSB    Brahim El Guabli: Nous devons prendre compte de toutes les expressions des réalités linguistiques de nos étudiants et de nos sociétés    Lancement de l'action citoyenne "Une Bibliothèque/Une Famille"    Woody Allen: "Allen v. Farrow" est une entreprise de démolition, truffée de contre-vérités    Le Maroc green listed de plein droit    Australie : l'ex-ambassadeur au Maroc décorée du Wissam Alaouite    Parution d'un guide des peintures et gravures rupestres    Béni Mellal-Khénifra : Naissance d'un nouveau club du dialogue et de la coexistence    Azoulay s'exprime sur la nouvelle marche marocaine de l'école de la diversité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma
Publié dans Albayane le 27 - 10 - 2020


Par Noureddine Mhakkak
Ahmed Boulane, Producteur, Scénariste, Réalisateur, né à Salé en 1966, est renvoyé de l'école à l'âge de 16 ans, et devient membre de la Troupe Nationale d'Art dramatique de la RTM (Radiodiffusion et Télévision Marocaine) et de la Troupe du Théâtre National Mohammed V à Rabat.
En 1979, il part en Italie pour des études de cinéma qu'il n'achève pas, et devient membre de la troupe de théâtre «Teatro Laboratorio Melanese».
En 1981, il commence au Maroc un parcours professionnel dans les différents métiers de Cinéma et de la Publicité, comme acteur, puis assistant-réalisateur, puis directeur de castings pour des films internationaux.
En 1998, il a fondé sa société de production «Boulane O'Byrne» pour écrire, réaliser et produire ses propres films : «Voyage dans le passé» (CM) (1997), «Ali, Rabiaa et les autres» (2000), «Les Anges de Satan» (2006) «Le retour du fils» (2010), «La Isla Del Perjil» (2015). Ces films ont participé a plus d'une centaine de festival et ont obtenu une vingtaine de prix nationaux et internationaux.
Voici une interview avec lui :
Que représentent les arts et les lettres pour vous?
Depuis ma tendre enfance j'étais intéressé par le dessin, la musique, le théâtre et à la lecture et tous les formes d'arts et des lettres jusqu'au point ou apprendre mes leçons ou à suivre mes cours à l'école était mis en deuxième position. Ce qui à provoquer un arrêt de l'écoles très jeune. (J'ai parlé de tout cela dans mon livre autobiographique «Ma vie est belle»).
Que représente l'écriture pour vous?
L'écriture des paroles des chansons quand j'étais jeune puis les pièces de théâtre puis après mes scénarios de films et dernièrement mon livre «Ma vie est belle» constituent pour moi, une addiction, un besoin pour me sentir mieux dans ma peau et dans ma vie plus qu'autre chose. Je n'écris pas un scenario pour faire un film. C'est le scenario qui m'écrit.
Au Maroc j'aime Salé ma ville natale, qui m'a inspiré certain de mes films, et la médina de Tétouan et celle d'Essaouira ou j'aimerais tourner des films. Malheureusement l'occasion ne s'est pas présentée. En ce qui concerne les villes à l'étranger j'aime Rome, Milan en Italie et Lausanne en suisse. J'ai vécu dans ces trois villes et c'est là où j'ai évolué en tant que personne. J'aime également Dublin, la capitale de mon pays adoptif L'Irlande (Je suis citoyen Irlandais). L'Irlande est justement un pays des Arts et des Lettres par excellence vu le nombre d'écrivains : James Joyce, Samuel. Beckett, Oscar Wilde, et George Bernard Shaw et d'autres. Ainsi que de grands acteurs et je n'en parle pas des groupes de rock. U2, Bob Geldof, Enya, the Chiftains et bien d'autre. Il y'en a d'autre villes que j'ai visitées dans les quatre coins du monde. J'aime voyager. Malheureusement le covid 19 est venu pour me coller chez moi.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours artistique.
Que représente la beauté pour vous?
La beauté, on ne peut pas la décrire. On ne peut juste la regarder, la sentir, l'apprécier et vivre avec, si on a de la chance de la rencontrer.
Parlez-nous des livres / films que vous avez déjà lus /vus et qui ont marqué vos pensées.
Ils m'arrivent de devenir addictif à la lecture et surtout quand j'allais en Irlande pour y passer les étés. J'aime lire les autobiographies et l'histoire du Maroc qui a été écrite par des auteurs Anglais et Américains. Je lis généralement en Anglais car pas mal d'œuvres écrites en Anglais sont introuvables en Français ou en Arabe. Pendant le confinement j'ai relu «Murder In Marrakech» sur L'assassinat de Docteur Emile Par Mauchamp Jonathan G Catz «Morroco that was» de Walter Harris, et «The lords of the Atlas» de Gavin maxwell et dernièrement «White Gold» de Gilles Milton. Tous ces livres d'histoires sont écrit d'une façon romancière digne de films cinématographique, malheureusement ils ne seront jamais portés à l'écran par manque de moyen. Ils seront trop chers et surtout la liberté pour être fidèl a l'histoire.
Pour les films. Tous les films de Sergio Leone et surtout «Il était une fois l'Amérique» qui m'a marqué beaucoup et m'a donné envie de faire de films, «Laurence d'Arabie» de David Lean. Un film d'histoire comme j'aime. Ce sont des films que j'ai vus et revus plusieurs fois. Et aussi un film d'Ettore Scola «Nous nous sommes tant aimés» qui m'a donné envie d'écrire et de réaliser mon film «Ali, Rabiaa et les autres».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.