Covid-19 : le Maroc dément avoir fermé l'accès à quelques villes du pays    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    BTP/Maroc: Les ventes de ciment progressent de 24,4% à fin juin (DEPF)    La Bourse de Casablanca dans le vert du 19 au 23 juillet    Aéroport d'Essaouira: forte chute du trafic aérien à fin juin    Covid-19 au Maroc: la vaccination élargie aux 25-29 ans    DGSN : Attaque à l'arme blanche dans un café, trois multirécidivistes interpellés    VIDEO// Paris - Cap Vert à vélo, l'incroyable challenge climatique de Nordine Fayek    Covid-19: les centres de vaccination ouverts tous les jours jusqu'à 20 heures    Casablanca-Settat : Les entreprises du secteur privé appelées à privilégier le télétravail    L'ICESCO apporte un fort soutien au système éducatif au Maroc    JO-2020 : Le programme de dimanche    JO Tokyo : Le programme des Lions de l'Atlas    JO-2020 (taekwondo/-58 kg) : Médaille d'argent pour le Tunisien Khelil Jendoubi    Une délégation américaine de haut rang en visite au Maroc dans les prochains jours    Pegasus : selon Me Olivier Baratelli, l'objet de la procédure lancée est de faire tomber les masques    La DGM se dote du supercalculateur le plus puissant des centres météorologiques africains    Pluies de mousson en Inde: au moins 76 morts et des dizaines de disparus    Maghreb-Afrique subsaharienne. Les hypothèses injustifiées de certains think tanks allemands [Par Lahcen Haddad]    Compteur Coronavirus : Explosion des contaminations, 5.494 nouveaux cas en 24H !    JO / Foot féminin : Deux joueuses ont marqué 7 buts lors du match Zambie-Chine (4-4)    La 4ème édition du festival du film éducatif pour les enfants des centres d'estivage du 28 au 31 juillet    Le marché monétaire retrouve légèrement son souffle (AGR)    Port d'Essaouira : Les débarquements de la pêche côtière et artisanale en baisse de 55% à fin juin    Décès de l'ancien dirigeant sportif Mohamed Moufid, à l'âge de 80 ans    Hakim Ziyech vers un prêt au Milan AC ?    JO-2020: le programme des épreuves olympiques perturbé par un typhon    368 migrants secourus en Méditerranée par la Marine royale    Un élan de développement tous azimuts, grâce au programme « Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit »    La moyenne des délais de paiement à 40,4 jours à fin juin 2021 (DEPP)    ONU : la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale en septembre, en présentiel à New York    Tunisie: prolongation de l'état d'urgence de six mois    France : les députés adoptent le projet de loi controversé visant l'islamisme    Fête du Trône 2021: les festivités et cérémonies reportées    Noyades : L'OMS appelle à l'action pour prévenir une cause majeure des décès    Fête du Trône: Report des festivités    Parlement: Présentation du PLF-2022, mercredi prochain    En Allemagne, 180 morts dans les inondations, selon un nouveau bilan    Maroc/Météo: Temps chaud, ce samedi 24 juillet    Israël rejoint l'Union africaine en tant qu'observateur    Le message du roi Mohammed VI au président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Une première, Rhita, chanteuse marocaine sur le billboard du Times Square    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les liensinvisibles et les trois ingrédients de la vie
Publié dans Albayane le 10 - 11 - 2020


Par Noureddine Mhakkak
Né à Bruxelles en 1964, Patrick Lowie est écrivain, éditeur et metteur en scène belge. Il a une vie de multiples professions, combats artistiques et villégiatures, auteur d'une vingtaine de livres tous publiés en France et en Belgique. Entre 2000 à 2005, il publie la Trilogie des illusions, trois romans qui se déroulent au Maroc. En 2012, marqué par sa rencontre onirique avec Marceau Ivréa à Marrakech, il recompose l'œuvre de ce dernier: Les chroniques de Mapuetos. Depuis 2016, il écrit des portraits oniriques de personnalités sur le site next-F9.com et en 2019 il devient éditeur responsable aux éditions ONZE à Casablanca
Voici un entretien avec lui.
Que représentent les arts et les lettres pour vous ?
Les Arts et les Lettres sont des termes tellement vastes et tellement vagues. Cela peut représenter un immense désert comme une forêt tropicale. Tout dépend où on se trouve et où on regarde. J'aime sortir des sentiers battus, tomber sur l'inattendu, s'amouracher de toiles ou de textes d'inconnus. Je ne sais pas ce que représentent les Arts et les Lettres pour moi, probablement rien, mais je constate qu'ils se développent là où la nature est pratiquement absente. Ce ne sont donc qu'une tentative humaine de construire de nouveaux mondes et tant mieux.
Que représente l'écriture pour vous ?
Sans musique, sans lecture et sans écriture, je serais mort depuis longtemps. Ce sont trois ingrédients essentiels. Mon écriture a pendant une première partie de ma vie été automatique, comme le suggèrent les Surréalistes, mais je pensais que c'était mal d'écrire comme ça, et je me suis structuré dans la deuxième partie de ma vie, aujourd'hui je sais que la première partie était la plus proche de ma vérité, et j'assume donc, l'écriture pour moi c'est du lâcher-prise, comme dans les rêves. C'est mon subconscient qui écrit pendant que mon conscient est faible, engourdi ou confus. Mes rêves me guident dans mon écriture et donc dans ma vie.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours artistique.
Le Portugal et Lisbonne en particulier. J'ai écrit mon premier livre à Evora seul dans une quinta. J'habitais pratiquement dans un champ de tournesol, je laissais la porte de la maison ouverte, je me réveillais dans le jaune. Mais ensuite, j'ai beaucoup vécu à Lisbonne où la présence fantasmagorique de Fernando Pessoa et d'Antonio Tabucchi mais aussi la ville elle-même, sa puissance onirique. Lisbonne a été la ville révélatrice pour moi. J'aurais pu sans doute y rester mais j'ai toujours eu peur de m'enfermer même dans les plus beaux rêves. L'Inde, Mumbai, Cochin, Ooty sont des traces qui ne s'effacent pas. Par contre, l'Italie n'a jamais été littéraire pour moi, mes années romaines ont été cinématographiques. Celles à Porto Alegre au Brésil furent théâtrales. Je pense qu'Olinda à Recife a laissé des traces dans mon imaginaire littéraire. Mais il y a surtout Ouarzazate où j'ai vécu six ans. Une révélation, un apaisement aussi. C'est une ville qui m'a toujours inspirée, j'ai beaucoup écrit là-bas.
Que représente la beauté pour vous ?
Une idée subjective, il suffit de voir la différence des canons de beauté d'un siècle à un autre, d'une région à une autre. La beauté n'est pas un mot, c'est un puits, comme la richesse. Pourtant, j'utilise souvent le mot "beau" mais quel sens peut-il avoir ? Les tableaux du Caravage sont d'une extrême beauté, les mots de Gérard Manset sont d'une immense beauté, des hommes et des femmes peuvent être d'une beauté étonnante. La beauté est probablement un Mystère. Pour moi, la beauté est un lien invisible qui nous touche profondément, qui nous bouleverse. Et dans ce monde où l'on pousse à l'individualisme, la beauté se fait plus rare. Le syndrome de Florence expliqué par Stendhal prouve qu'on peut marcher avec la crainte de tomber face à la beauté et qu'il s'agit d'une émotion passionnée. Cela m'est arrivé plusieurs fois. La beauté crée en vous un trouble. Mais pour être troublé, il faut ouvrir sa conscience, s'ouvrir au monde, et être capable de déconstruire son identité culturelle oppressive pour faire jaillir autre chose, ce quelque chose d'indéfinissable. C'est offert à tout le monde, pas besoin d'avoir fait des études.
Parlez-nous des livres que vous avez déjà lus et qui ont marqué vos pensées.
Hemingway, Dos Passos, Oscar Wilde et Dino Buzzati, Pier Paolo Pasolini, Fernando Pessoa, Hervé Guibert, Marguerite Duras, Hanif Kureishi, Mishima, Paul Bowles, Kawabata, Yves Navarre, Albert Cossery, Difficile de parler d'un livre en particulier. Je vous cite ces auteurs parce qu'ils sont connus, mais j'ai lu énormément d'auteurs inconnus ou auteurs d'un seul livre, puis je suis éditeur et j'ai lu beaucoup de livres qui n'étaient pas encore publiés. J'ai une très mauvaise mémoire des noms, des titres, de ce qui m'a bouleversé ou pas. Je n'ai pas de listes, tout s'est amalgamé, enregistré, imprimé en moi. Je ne pourrais pas vous citer une seule phrase d'un de ces livres, je ne pourrais même pas vous citer une seule phrase d'un de mes livres. Mes lectures sont un peu comme dans la dernière scène du film de Peter Greenaway Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant lorsque le voleur fait manger des livres à l'amant… à en mourir. Voilà, j'avale, j'avale, cela fait un fond, un substrat, une boule énergétique qui ne sert pas à démontrer ce que j'ai lu mais qui nourrit mon écriture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.