Mort d'Abdelaziz Bouteflika : le roi Mohammed VI fait part de ses condoléances    Meeting de Kip Keino d'athlétisme: Soufiane El Bakkali remporte le 3.000m steeple    Coupe de la CAF : Les FAR se qualifient au 2ème tour    Botola Pro D1 / DHJ-HUSA (2-1) : Démarrage sur les chapeaux de roue !    Participation au gouvernement : le Conseil National de l'Istiqlal dit oui !    Hicham Ait Mana du RNI, nouveau président du conseil de la commune de Mohammedia    Abdellatif Ouahbi élu maire de Taroudant    L'Istiqlalien Mohamed Sefiani, réélu président du Conseil communal de Chefchaouen    Compteur Coronavirus : 2.291 nouveaux cas et 48 décès en 24h    Les obsèques de l'un des deux camionneurs marocains tués au Mali (VIDEO)    Bourse de Casablanca: L'essentiel du résumé hebdomadaire    Immobilier: le secteur est prédestiné à un nouveau cycle d'évolution    Accord entre l'Ethiopie et le Maroc sur la production d'engrais    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Attaque des camionneurs marocains au Mali : certitudes et interrogations    Un premier semestre dans le vert pour CIH Bank    Abdenbi Bioui du PAM réélu président du Conseil de la région de l'Oriental    Mohamed Jdira du PI, réélu à la tête du conseil communal de Benslimane    Marché de change: Adjudications d'achat de devises à partir du 20 septembre (BAM)    Washington se félicite de la mort du terroriste et mercenaire du polisario Walid Al-Sahraoui    Exposition: horticulteur attentionné    Afghanistan : Les collèges et les lycées rouvrent uniquement pour les garçons    Les ministres israéliens de la défense et de l'économie bientôt au Maroc    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    Samir Goudar élu président de la région Marrakech Safi    Derrière l'arrêt du « Doing Business », un rapport gonflé en faveur de la Chine    Prévisions météorologiques pour ce samedi    Washington : 6 lions et 3 tigres du zoo ont été testés positifs au Covid-19    Assouplissement des mesures restrictives au Maroc: ce qu'en pense un expert    Université Abdelmalek Essaâdi: Création de 10 nouvelles filières du Bachelor    Production des vaccins au Maroc: la fabrication des substances actives démarre dès le début 2022    Le Conseil national du PAM approuve la participation du parti au prochain gouvernement    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Coupe du monde de futsal : le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    Championnat arabe de judo : La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    Bourita : La reprise des relations maroco-israéliennes se fera ressentir dans le futur    Nouveauté Volkswagen Golf 8. Elle prend de la hauteur    Exportations de fruits : Le Maroc devance l'Espagne dans la vente de pastèques dans l'UE    Exposition : l'art à travers trois générations    Mondial de futsal : le Maroc devant un exploit historique    Arrivée à Agadir des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Imane Feriani dévoile sa nouvelle série à la galerie Bab El-Kebir    Maroc: des doses du vaccin Pfizer attendues cette semaine    CIH Bank: l'activité repart de plus belle au premier semestre 2021    Attente...    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La beauté de la langue et la richesse de la culture
Publié dans Albayane le 23 - 09 - 2020


Interview avec Kebir Mustapha Ammi
Par Noureddine Mhakkak
Romancier, essayiste et dramaturge, Kebir Mustapha Ammi est né à Taza, en 1952. Il vit aujourd'hui à Paris. Il est l'auteur notamment du «Ciel sans détours» (Editions Gallimard .2007), «Les vertus immorales» (Editions Gallimard. 2009) et de «Mardochée» (Editions Gallimard 2011). Son dernier roman, «Ben Aïcha», qui évoque le célèbre corsaire et ambassadeur Abdallah Ben Aïcha est paru en 2020, aux éditions Mémoire d'encrier.
Voici une interview avec lui. Bonne lecture.
Que représentent les arts et les lettres pour vous ?
Les arts et les lettres sont une fenêtre. Un balcon avec une vue sur le monde. Ils nous permettent de respirer. Ils nous donnent la possibilité d'interroger le réel et de nous poser des questions sur ce que nous sommes. C'est l'art qui nous permet de nous dépasser, de nous interroger sur notre condition, sur ce que nous faisons ici et maintenant tout en nous interrogeant sur ce qu'est ou peut être le monde.
Que représente l'écriture pour vous ?
L'écriture est pour moi un moyen d'imaginer d'autres mondes et de livrer ma vision par le truchement de l'imagination. L'imagination est ici un outil pour parvenir à toucher l'émotion du lecteur à travers sa sensibilité. L'écriture est une combinaison cérébrale complexe mais c'est dans le même temps un jeu porté par une série de questions. Elle porte en elle, à fleur de peau, une vision du monde qu'elle essaie de livrer le plus subtilement.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours artistique.
Il y en a beaucoup. De nombreuses villes m'ont marqué. Quelquefois, ce sont des villes secondaires, loin des sentiers battus, dont on ne parle jamais, et où je me suis retrouvé un peu par hasard. Je pense à Battanbang, au Cambodge, par exemple. C'est un lieu qui m'a surpris et remué. Il y a quelque chose d'ingrat et âpre dans cette ville où les gens doivent se battre quotidiennement qui m'a marqué. Et les gens n'y perdent jamais leur âme, ils ont une grande dignité. Mais aussi Pnom Penh. Luang Prabang au Laos est une petite enclave de rêve. Malacca, en Malaisie, m'a fasciné, Tokyo, car c'est une expérience unique, où une culture ancestrale ne se laisse jamais distancer par la modernité, Kyoto pour le voyage dans le temps et le raffinement, Hiroshima m'a bouleversé vous imaginez pourquoi. C'est une ville qui a vécu dans sa chair une épouvantable tragédie mais qui est restée debout et sans haine. Il y a d'autres villes dans le monde, qui m'ont beaucoup marqué, en Amérique, La Havane et Trinidad à Cuba, d'autres villes en Australie, comme Sydney, ou en Afrique… Elles m'ont toutes donné le sentiment que nous sommes partout pareils. Nous sommes une seule et même grande famille. Les couleurs, les religions, la culture ne sont que différentes façons d'exprimer notre identité d'hommes et de femmes. J'ai acquis la conviction que rien ne nous sépare, il n'y a que la bêtise qui trouve un intérêt à ériger des barrières entre les peuples. Je me sens partout chez moi même si je ne changerai Taza pour rien au monde. C'est là où tout a commencé : l'enfance, les rêves et la quête de l'essentiel, le désir d'écriture. C'est une ville humble, à l'écart, où les gens sont simples et accueillants. C'est le lieu où je me ressource. C'est la ville du cœur, c'est un talon d'Achille, nous en avons tous un, n'est-ce pas ?
Que représente la beauté pour vous ?
Elle représente l'essentiel. Sans beauté, il n'y a pas d'art et sans art le monde et l'humanité auraient du mal à tenir, ils seraient invivables. Elle est l'eau et la lumière indépendantes à la vie. C'est pour elle qu'on se bat. Et c'est elle qui sauvera le monde ! C'est la capacité des créateurs à chercher la beauté qui nous sauve. Que serions-nous sans poésie, sans théâtre, sans musique, sans peinture… ? C'est notre passion de la beauté -donc de l'art- qui fait de nous des hommes et des femmes. Imaginez une société sans art, une société où il serait interdit d'écrire, de peindre, de composer de la musique…
Parlez-nous des livres que vous avez déjà lus et qui ont marqué vos pensées.
Il y a beaucoup de livres qui m'ont marqué, il y a des auteurs que j'ai découvert quand j'étais jeune et que je continue de lire, comme Kawabata, Tanizaki, Soseki, Mishima, Faulkner, Conrad, Garcia Marquez, Carlos Fuentes, Khatibi, Khair-Eddine… Ce sont des compagnons, comme des grands frères, il y a dans leurs pages une puissance inouïe, ils sont une source d'inspiration, par leur force et leur écriture tendue, exigeante de bout en bout, qui ne cède jamais à la facilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.