Le projet de liaison fixe via le détroit de Gibraltar au cœur d'une réunion maroco-espagnole    Bourita s'est entretenu avec son homologue qatari    Liga : Youssef En-Nesyri relance le FC Séville pour le titre    Lekjaâ: "Se qualifier au Mondial 2022, notre prochain défi"    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Procédures administratives : Le portail «Idarati» sur les rails    Le gouvernement et le chef de l'armée du Liban expriment leur gratitude à SM le Roi    Rapprochement entre Riyad et Téhéran    Microsoft réaffirme son engagement à soutenir les entreprises au Maroc    Le PPS apprécie hautement le lancement par Sa Majesté le Roi de la mise en œuvre effective du projet de la protection sociale généralisée    Pour une alimentation saine et équilibrée    Awacer TV : Une programmation qui renforce les liens des Marocains du monde avec leur pays d'origine    Tifyur, la chanteuse à la voix d'or    Dans l'hospitalité de Nizami Ganjaoui    Maroc/Violence: Les femmes sont plus victimes que les hommes (HCP)    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue indonésienne    25 nouveaux consuls nommés en Europe : Du sang neuf dans la diplomatie Marocaine    Covid-19 : 669 nouveaux cas, plus de 4,2 millions de Marocains ont reçu au moins une dose    La Bourse de Casablanca finit en baisse    Journée internationale des monuments: Le passé a de l'avenir    Covid-19 : les Etats-Unis atteindront leur objectif de 200 millions d'injections de vaccin cette semaine    Football : le triomphe des peuples    Maroc-Israël : la ligne aérienne opérationnelle après le ramadan    La Chambre des représentants approuve 5 conventions internationales    Aéroport de Nador: baisse importante du trafic passagers    Rachid Show: Gad EL MALEH comme vous ne l'avez jamais vu, vendredi à 22h50 sur 2M    Professionnels et non-salariés : le Régime de retraite approche à grands pas    Hausse des cas de covid au Maroc: les explications d'un expert    CNSS/CPU: lancement de l'opération d'immatriculation    Covid : la France sort du confinement en mai malgré une décrue jugée fragile    Mort de George Floyd : l'ex-policier Derek Chauvin condamné, Minneapolis explose de joie    France : une victoire de la droite nationale à la présidentielle n'est pas impossible    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 21 avril    Le musée Docteur Leila Meziane Benjelloun bientôt inauguré à Casablanca    Décès du président tchadien: l'ONU perd "un partenaire essentiel" dans la région (Guterres)    La création de l'Agence nationale des registres actée par le gouvernement    5ème journée de la Coupe de la CAF : Le Raja à 13 heures, la RSB à 16 heures    MAS (Basket) : Une nouvelle équipe dirigeante, un nouveau plan d'action    La Fédération et les Ligues régionales en réunion : Développer la formation et la gouvernance    Lancement des préparatifs de l'Aïd Al Adha    Le Maroc dénonce l'obstruction algéro-polisarienne du processus de nomination d' un Envoyé personnel au Sahara    Un journaliste algérien écroué après un article sur le mécontentement desTouaregs    Une exposition célèbre les créations artistiques des enfants autistes à Fès    La chanteuse Taylor Swift à nouveau la cible d' un harceleur    Dossiers des contractuels : Amzazi jette de l'huile sur le feu !    Coupe du Trône: Les 8 qualifiés pour les quarts de finale connus    Le club de Ziyech se retire de la Super League    Tanger : Deux individus interpellés pour vol sous la menace de la violence à l'intérieur d'une agence bancaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La beauté de la langue et la richesse de la culture
Publié dans Albayane le 23 - 09 - 2020


Interview avec Kebir Mustapha Ammi
Par Noureddine Mhakkak
Romancier, essayiste et dramaturge, Kebir Mustapha Ammi est né à Taza, en 1952. Il vit aujourd'hui à Paris. Il est l'auteur notamment du «Ciel sans détours» (Editions Gallimard .2007), «Les vertus immorales» (Editions Gallimard. 2009) et de «Mardochée» (Editions Gallimard 2011). Son dernier roman, «Ben Aïcha», qui évoque le célèbre corsaire et ambassadeur Abdallah Ben Aïcha est paru en 2020, aux éditions Mémoire d'encrier.
Voici une interview avec lui. Bonne lecture.
Que représentent les arts et les lettres pour vous ?
Les arts et les lettres sont une fenêtre. Un balcon avec une vue sur le monde. Ils nous permettent de respirer. Ils nous donnent la possibilité d'interroger le réel et de nous poser des questions sur ce que nous sommes. C'est l'art qui nous permet de nous dépasser, de nous interroger sur notre condition, sur ce que nous faisons ici et maintenant tout en nous interrogeant sur ce qu'est ou peut être le monde.
Que représente l'écriture pour vous ?
L'écriture est pour moi un moyen d'imaginer d'autres mondes et de livrer ma vision par le truchement de l'imagination. L'imagination est ici un outil pour parvenir à toucher l'émotion du lecteur à travers sa sensibilité. L'écriture est une combinaison cérébrale complexe mais c'est dans le même temps un jeu porté par une série de questions. Elle porte en elle, à fleur de peau, une vision du monde qu'elle essaie de livrer le plus subtilement.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours artistique.
Il y en a beaucoup. De nombreuses villes m'ont marqué. Quelquefois, ce sont des villes secondaires, loin des sentiers battus, dont on ne parle jamais, et où je me suis retrouvé un peu par hasard. Je pense à Battanbang, au Cambodge, par exemple. C'est un lieu qui m'a surpris et remué. Il y a quelque chose d'ingrat et âpre dans cette ville où les gens doivent se battre quotidiennement qui m'a marqué. Et les gens n'y perdent jamais leur âme, ils ont une grande dignité. Mais aussi Pnom Penh. Luang Prabang au Laos est une petite enclave de rêve. Malacca, en Malaisie, m'a fasciné, Tokyo, car c'est une expérience unique, où une culture ancestrale ne se laisse jamais distancer par la modernité, Kyoto pour le voyage dans le temps et le raffinement, Hiroshima m'a bouleversé vous imaginez pourquoi. C'est une ville qui a vécu dans sa chair une épouvantable tragédie mais qui est restée debout et sans haine. Il y a d'autres villes dans le monde, qui m'ont beaucoup marqué, en Amérique, La Havane et Trinidad à Cuba, d'autres villes en Australie, comme Sydney, ou en Afrique… Elles m'ont toutes donné le sentiment que nous sommes partout pareils. Nous sommes une seule et même grande famille. Les couleurs, les religions, la culture ne sont que différentes façons d'exprimer notre identité d'hommes et de femmes. J'ai acquis la conviction que rien ne nous sépare, il n'y a que la bêtise qui trouve un intérêt à ériger des barrières entre les peuples. Je me sens partout chez moi même si je ne changerai Taza pour rien au monde. C'est là où tout a commencé : l'enfance, les rêves et la quête de l'essentiel, le désir d'écriture. C'est une ville humble, à l'écart, où les gens sont simples et accueillants. C'est le lieu où je me ressource. C'est la ville du cœur, c'est un talon d'Achille, nous en avons tous un, n'est-ce pas ?
Que représente la beauté pour vous ?
Elle représente l'essentiel. Sans beauté, il n'y a pas d'art et sans art le monde et l'humanité auraient du mal à tenir, ils seraient invivables. Elle est l'eau et la lumière indépendantes à la vie. C'est pour elle qu'on se bat. Et c'est elle qui sauvera le monde ! C'est la capacité des créateurs à chercher la beauté qui nous sauve. Que serions-nous sans poésie, sans théâtre, sans musique, sans peinture… ? C'est notre passion de la beauté -donc de l'art- qui fait de nous des hommes et des femmes. Imaginez une société sans art, une société où il serait interdit d'écrire, de peindre, de composer de la musique…
Parlez-nous des livres que vous avez déjà lus et qui ont marqué vos pensées.
Il y a beaucoup de livres qui m'ont marqué, il y a des auteurs que j'ai découvert quand j'étais jeune et que je continue de lire, comme Kawabata, Tanizaki, Soseki, Mishima, Faulkner, Conrad, Garcia Marquez, Carlos Fuentes, Khatibi, Khair-Eddine… Ce sont des compagnons, comme des grands frères, il y a dans leurs pages une puissance inouïe, ils sont une source d'inspiration, par leur force et leur écriture tendue, exigeante de bout en bout, qui ne cède jamais à la facilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.