Maroc : Les barrages remplis à 50%    RSB-FAR (1-2) : Les Militaires confirment leur ascension !    LDC Afrique: Le WAC bat Horoya Conakry et prend la tête de son groupe    Watford : Vers un rôle plus offensif pour Adam Masina    Botola Pro D1: L'AS.FAR décroche une belle victoire face à la RSB    Météo: encore de la pluie prévue ce dimanche 7 mars au Maroc    Les éboueurs manifestent à Mohammédia (VIDEO)    Les barrages du Royaume remplis à 50%    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Concours d'accès au COPE : 543 candidats passeront l'épreuve orale par visioconférence    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 6 mars    L'ouverture du consulat jordanien à Laâyoune continue de faire réagir    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Election à la présidence de la CAF : Anouma se retire, Motsepe seul candidat    Les réserves de barrages accumulent 8,04 milliards de mètres cubes    Employabilité: le recrutement face à des défis structurels    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Une influenceuse marocaine attaquée sur la Toile à cause de Saad Lamjarred (VIDEO)    DGSN: un individu placé sous surveillance médicale se suicide    Le Real Madrid hausse le ton avec Sergio Ramos    De grands groupes polonais prêts à investir au Maroc    Ibrahimovic de retour en équipe nationale de Suède ?    Des femmes qui comptent : Ghyzlaine Alami    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Bourse de Casablanca: le résumé hebdomadaire en 4 points-clés    Agences de voyages: un premier trimestre 2021 «catastrophique»    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    BAM: l'activité industrielle s'est améliorée en janvier 2021    Juventus: Cristiano Ronaldo sur le départ    Evolution du coronavirus au Maroc : 420 nouveaux cas, 485.567 au total, vendredi 5 mars 2021 à 18 heures    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    Huit personnes interpellées pour organisation d'une fête de mariage    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Hervé Renard: ses maîtres chanteurs condamnés à de la prison ferme    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Partenariat maroco-israélien : un mariage stratégique    Débats féconds en commission sur les projets de loi organiques relatifs aux deux Chambres du Parlement    Le Conseil National de la Presse rend hommage à la femme    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Sidi Slimane    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art de vivre et les clefs pour devenir conscient du monde
Publié dans Albayane le 12 - 11 - 2020


Par Noureddine Mhakkak
Narjiss Amiri, est une actrice très cultivée. Une actrice très active. Qui aime le théâtre, le cinéma. Déjà dans sa poche, une licence professionnelle théâtre et art de la scène. Un autre diplôme Professional acting (bolyongo théâtre school). Elle a joué des rôles très forts dans le théâtre de Nabil Lahlou. Ce qui a montré sa force de jeu en tant qu'une comédienne de talent. Pour le cinéma, elle a pu accrocher le premier rôle dans le film «Doah» du réalisateur norvégien Farzad Samsami. Elle a joué aussi dans le film «La cause» du réalisateur marocain Hassan Benjelloun, dans le film «Aucune fleur pour Hanane» du réalisateur marocain Saïd khelaf et dans le film «Les femmes du pavillon» du réalisateur marocain Mohamed Nadif. Narjiss Amiri est Animatrice des ateliers théâtre à la médiathèque de l'institut français (Ville de Kenitra).
Voici une interview avec elle. Bonne lecture.
Que représentent les Arts et les Lettres pour vous?
-L'art pour moi c'est un style de vie. Une raison de vivre aussi. L'art pour moi c'est une solution pour des problèmes réels ou imaginés, ou bien c'est une façon de survivre, une façon de dépasser les obstacles de la vie, de surmener tout ce qui douleur. L'art pour moi c'est une manière de regarder et voir le monde autrement. L'art nous donne des clefs pour devenir de plus en plus conscient du monde qui nous entoure oui c'est vrai mais pour moi c'est aussi mon échappatoire mon petit jardin secret ou j'oublie la vie réelle les engagements les angoisses.
Que représente l'écriture pour vous?
– Je ne suis pas vraiment douée pour l'écriture, mais c'est ma façon de lâché prise une thérapie. L'écriture, ça reste un truc modeste que je garde pour moi seulement. Parfois je partage timidement quelques poèmes avec mes amis. J'aime tellement la poésie dans la vie et dans les mots.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours artistique.
-la ville d'Asilah. Une ville qui m'a beaucoup inspiré. Enfant, je passais mes vacances à Asilah, et chaque année j'allais à un atelier de peinture ou j'avais appris à aimer les cours déjà. Asilah c'est une ville d'art pendant le festival y avait des expositions de la musique, du théâtre, des conférences. J'ai vécu ça à l'âge de sept. J'assistais déjà à des conférences et c'est là où j'avais décidé de faire ce métier, le métier d'être un artiste qui fait l'art du spectacle.
Et c'est là-bas ou j'ai rencontré le grand peintre Ahmed Ben Yessef. Je lisais son nom sur les tableaux à la galerie du centre culturel, et un jour, il nous a rendu visite à l'atelier «Peinture». Nous étions que des enfants mais moi je l'avais reconnu, et il était content alors il a signé mon tableau et je l'avais gardé.
Parlez-nous des livres que vous avez déjà lus et qui ont marqué vos pensées.
-Mon livre préféré c'est (Abner Abounour) de l'écrivain Edmond Amran El Maleh. Je l'avais lu déjà à l'âge de vingt ans, mais je n'avais pas bien compris et j'ai pas réussi à faire une bonne analyse. Alors j'avais décidé de le relire dernièrement comme si c'était une énigme que j'ai réussie finalement à résoudre. Le deuxième livre, c'est une pièce de théâtre (dans la solitude des champs de coton) de Bernard-Marie Koltès, que j'espère interpréter prochainement.
Quels sont vos projets à venir?
Notre nouveau spectacle est un monodrame intitulé «Histoire d'Hommes». Un texte de Xavier Durringer, et la mise en scène est de Madame Yamina Benabou.
J'avais la chance de partager la scène avec ces deux grands hommes de théâtre et du cinéma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.