Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pérou: Destitution du président Martin Vizcarra
Publié dans Albayane le 12 - 11 - 2020

Accusé d'avoir reçu des pots-de-vins lorsqu'il était gouverneur en 2014, Martin Vizcarra, le président péruvien, a été destitué ce lundi par le Parlement pour «incapacité morale permanente». Cette destitution, intervenue quelques mois à peine avant l'élection présidentielle prévue en Avril 2021, a fait suite au vote d'une motion de défiance ayant été soutenue par 109 députés alors que 19 ont voté contre et que 4 se sont abstenus.
Naguère héraut de la lutte anti-corruption au Pérou mais n'étant membre d'aucun parti politique, Martin Vizcarra qui s'était retrouvé à la tête du pays après la démission, en 2018, de Pedro Pablo Kuczynski dont il était le vice-président, ne disposait donc d'aucun soutien à la Chambre ; ce qui a facilité son éviction.
Ainsi, après avoir annoncé, à l'issue de ce vote de défiance, que «la résolution déclarant la vacance de la République a été approuvée», Manuel Merino, le président du Parlement, s'appuyant sur la Constitution, est tout désigné pour prendre officiellement les rênes du gouvernement à l'issue de la prochaine session parlementaire, prévue ce mardi, et le conserver jusqu'au 28 Juillet 2021, date à laquelle devait s'achever le mandat du président déchu.
Rejetant «avec véhémence et catégoriquement» les accusations ayant donné lieu à cette motion mais refusant, toutefois, d'intenter une quelconque «action légale», Martin Vizcarra qui affirme n'avoir «pas reçu le moindre pot-de-vin de quiconque», a tenu à rappeler que le choix de déclarer une vacance de pouvoir «est une mesure extrême» qui ne devrait pas être tentée par le Congrès «tous les mois et demi» avant de déclarer : «Je quitte le palais du gouvernement comme j'y étais entré, il y a deux ans et huit mois : la tête haute».
Pour rappel, une première tentative de destitution par le Parlement péruvien du président Martin Vizcarra auquel il était reproché d'avoir fait signer, par le Ministère de la Culture et en pleine épidémie, un contrat d'embauche de complaisance au bénéfice d'un artiste de faible notoriété avait déjà échouée en septembre dernier lorsque seuls 32 députés l'avaient soutenue.
Mais, en faisant de Manuel Merino le 3ème président qu'aura connu le Pérou en l'espace de 4 années, cette destitution, qui est un signe de la grande fragilité institutionnelle qui caractérise encore cette ancienne colonie espagnole, a été dénoncée tant par la rue que sur les réseaux sociaux notamment en ce moment où les organisations patronales espéraient voir le gouvernement se concentrer davantage sur le redémarrage d'une économie moribonde bien malmenée, depuis mars dernier, par cette pandémie du coronavirus qui a fait près de 35.000. Aussi, pour dénoncer la motion de défiance aux allures de «coup d'Etat» votée par le Parlement, plusieurs groupes de manifestants, hostiles à l'éviction du président, se sont rassemblées, ce lundi, dans les rues de Lima, la capitale, en tapant sur des casseroles et en brandissant des pancartes et des banderoles sur lesquelles on pouvait lire «Merino, tu ne seras jamais président !» ou encore «Congrès putschiste !» avant d'être rapidement dispersés par les quelques 600 policiers déployés pour l'occasion qui ont fait usage de gaz lacrymogène. Les médias parlent d'une trentaine de personnes arrêtées et de plusieurs autres blessées.
Mais même si les manifestations ont eu lieu dans de nombreuses autres villes du pays et que la déchéance du chef de l'Etat ne fait pas l'unanimité et suscite de vives craintes dans les secteur économique et financier du Pérou, ce mardi, Manuel Merino, un ingénieur agronome de centre-droit de 59 ans, a endossé, officiellement, la fonction de président et a « juré devant Dieu, par le pays et par tous les Péruviens » qu'il l'exercera fidèlement.
Or, bien qu'ayant annoncé, la veille, qu'il ne ferait pas d'obstruction à sa destitution, le président déchu, Martin Vizcarra, a remis en cause, ce mardi, l'accession au pouvoir de l'ancien président du Parlement et fait part de son inquiétude en rappelant que, pour être exercée légalement «une autorité a besoin de deux principes et conditions de base» lesquelles sont «la légalité et la légitimité» et qui, dans ce cas, feraient défaut au nouveau président péruvien. L'ancien président du Parlement péruvien et nouvel homme fort du Pérou va-t-il parvenir à se maintenir au pouvoir en dépit de cette «défaillance» ou alors allons-nous assister, encore une fois, à une énième crise institutionnelle dans ce pays andin de près de 32 millions d'habitants couvrant une partie de la forêt amazonienne ? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.