Affaire "Hamza mon Bb" : Le verdict est tombé, prison ferme pour Batma    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Casablanca: La trémie des Almohades achevée « d'ici fin mars »    Face à l'évolution du monde et de son voisin le Maroc, l'Algérie «semble absente»    Le Maroc et les USA organisent une réunion régionale    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    La face cachée de la lune    Les positions constantes du Maroc envers les droits inaliénables du peuple palestinien réitérées à Addis-Abeba    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    Ammouta : «L'équipe nationale a livré son meilleur match»    Pour mauvais résultats : Chelsea limoge son entraîneur    Tirage au sort de la CAN U20 : Le Maroc hérite du Ghana, de la Tanzanie et de la Gambie     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    Auschwitz. La Shoah et nous    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Boutayeb met en avant les efforts déployés pour faire face à la vague de froid    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Formation e-learning : L'Acaps lance «E-wassit Taamine»    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    Entreprises : HCP précise les effets du Covid-19    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    Casablanca : Un énième effondrement à l'ancienne médina (vidéo)    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    «La startup Factory» reçoit le Label AFRIC'INNOV    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Le dialogue interreligieux au service des nouvelles générations : Les Oulémas travaillent sur la transmission de la mémoire    Législation : Un bilan maigre se profile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique
Publié dans Albayane le 23 - 11 - 2020

En Thaïlande, la violence a redoublé d'intensité, ce mardi, lorsqu'une soixantaine de manifestants ont été blessés – dont six très grièvement – par des tirs à balles réelles sans que l'on sache réellement si ce sont les forces de l'ordre ou les groupes rivaux qui ont fait usage d'armes à feu tant la confusion était grande et les échauffourées très exaltées entre les manifestants des deux bords, entre les ultra-royalistes reconnaissables à leurs «chemises jaunes» et les anti-monarchistes.
Le soir venu, l'air était devenu irrespirable aux abords du Parlement quand, pour disperser les manifestants, la police eût recours à des bombes lacrymogènes et à des canons à eau pour asperger les protestataires d'eau mélangée à des produits chimiques irritants contraignant ces derniers à se protéger à l'aide de moyens de bord: lunettes de natation, masques de laboratoires ou encore en appliquant du dentifrice sur leurs visages mouillés pour atténuer l'irritation de leurs yeux et de leurs voies nasales.
Le lendemain, mercredi, «pour éviter de verser le sang du peuple», les manifestants ne se rassemblèrent pas, comme convenu, à proximité du parlement, mais aux abords du Quartier Général de la police à Bangkok, au fameux carrefour de Rajprasong anciennement dénommé «le carrefour du Don du roi» mais rebaptisé, pour l'occasion, «le carrefour du Don du peuple» comme le rappellent les nombreux graffitis ornant les murs environnants.
Brandis par les manifestants, des canards en plastique géants, icônes de la pop culture asiatiques mais symbolisant, désormais, le mouvement de protestation servent, à la fois de mascotte et de parapluie contre les jets d'eau lancés par la police en direction des protestataires.
Ces manifestations coïncident avec le débat actuellement en cours au sein du Parlement au titre d'une réforme de la Constitution.
Au menu de ces discussions, on trouve une réduction notable des pouvoirs dévolus au souverain ainsi qu'un contrôle accru des finances royales. Ces négociations porteront, également, sur diverses autres questions d'une toute autre nature mais d'égale importance, néanmoins, comme, par exemple, la condamnation, par les paysans, des nouvelles lois sur la propriété de la terre.
En matière de préservation des libertés individuelles, une étape importante a été franchie par les féministes lorsqu'ils déposèrent, auprès de la Cour Constitutionnelle, une requête portant sur la légalisation de l'avortement et obligèrent cette dernière à statuer, le 2 décembre prochain, à la fois sur la question de l'interruption volontaire de la grossesse mais, aussi, sur le départ du Premier ministre qui, en dépit de sa démission de l'armée, continue à bénéficier de l'affectation d'un logement de fonction relevant de ceux initialement réservés aux hauts gradés des forces armées.
Si le quartier des affaires de Rajprasong où se tiennent les manifestations reste un lieu symbolique puisque c'est à cet endroit que les «Chemises rouges», ce mouvement social en faveur d'une ouverture démocratique, s'était installé durant plusieurs mois en 2010 avant d'en être délogé sous les tirs de l'armée qui avaient fait une centaine de morts, le pouvoir ne semble pas prêt, cette fois-ci, à tirer sur une foule qui n'est aux ordres d'aucun parti politique. D'ailleurs, à en croire Sunisa Nuttawa, une avocate venue soutenir les protestataires : «Tant qu'ils restent à l'écart des partis, ces jeunes sont considérés comme innocents». Mais si, au vu de l'évolution de la situation, cette dernière semble dire vrai, jusqu'à quand ce mouvement de contestation parviendra-t-il à garder son «indépendance» ? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.