Collaboration entre la DGST et le FBI pour la neutralisation d' un soldat américain radicalisé    Le Maroc réitère son appel à la création d' une Plateforme des experts africains de la lutte contre les épidémies    Avancées substantielles du programme Compact II du Millenium challenge    La crise chamboule profondément l' activité des entreprises à fin 2020    Travail décent : une denrée rare en Afrique du Nord    Le Maroc et les USA organisent une réunion régionale sur la coopération en matière de lutte contre la prolifération nucléaire    Israël rouvre sa mission diplomatique au Maroc    Enfin, une victoire de l'EN avec la manière    Tuchel rebondit à Chelsea en quête de certitudes    Hommage appuyé au génie marocain dans la gestion de cette richesse vitale    1.776 douars ciblés par le Plan national de lutte contre la vague de froid    Derb jrane sous les décombres    Affaire "Hamza mon Bb" : Le verdict est tombé, prison ferme pour Batma    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Face à l'évolution du monde et de son voisin le Maroc, l'Algérie «semble absente»    Casablanca: La trémie des Almohades achevée « d'ici fin mars »    Madrid plaide pour le renforcement du dialogue et de la coopération avec le Maroc    La face cachée de la lune     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    Auschwitz. La Shoah et nous    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    CGEM : Un travail participatif en faveur de la relance    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Le dialogue interreligieux au service des nouvelles générations : Les Oulémas travaillent sur la transmission de la mémoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus que l'avidité du profit, le scandale du non-respect de la loi
Publié dans Albayane le 25 - 11 - 2020

Le privé est, par essence, toujours à l'affut du profit. C'est une lapalissade que l'on oublie assez souvent. C'est aussi légitime dira-t-on; mais dans le respect de la loi et non dans sa négligence ou son contournement. Dans le cas contraire, cela approfondit la pauvreté et la précarité, exacerbe les inégalités sociales, diminue la cohésion sociale et augmente la tension au sein de la société.
Entre autres faits ayant suscité l'agitation et la colère au sein de la population déjà soumise à rudes épreuves du fait de la pandémie et des crises qui en résultent, le comportement, abusif et illégal, de certaines cliniques privées devant la faiblesse des malades, l'urgence de leur prise en charge et le tourment de leurs familles. C'est un scandale fracassant. Dans le contexte de la covid-19, cela relève de la traitrise et de l'infamie. Il urge de bien encadrer l'accès aux structures sanitaires dans le respect «de l'égal accès aux conditions permettant de jouir du droit aux soins de santé».
L'opinion publique est toujours dans l'attente de l'éclaircissement de cette affaire concernant les prix à la pompe et des «éventuelles pratiques anticoncurrentielles sur le marché national des hydrocarbures». Elle reste ballotée entre le secret de l'instruction menée et les annonces effectuées auparavant par des médias sur la base des délibérations du Conseil de la Concurrence à ce sujet. Comme il n'y a pas de fumée sans feu, ceux qui assument le rôle de pompier dans cette affaire ne peuvent rester dans le confinement à l'abri des restrictions sanitaires alors qu'il s'agit de se prononcer au plus vite, dans le respect du droit.
Le dragage des sables des fonds littoraux a été juteux pour ceux qui l'ont entrepris à la suite de la privatisation et dans l'absence d'une loi encadrant cette activité. Si leurs poches sont pleines à craquer, l'impact négatif sur l'environnement littoral est de la même grandeur, sinon plus. La fermeture de l'embouchure de l'Oum er Rbia, près d'Azemmour, constitue la conséquence la plus visible de cette exploitation où le profit démesuré et la préméditation de poursuivre une exploitation de rente ont outrepassé la loi.
Si les autorités en charge du secteur ont pris les décisions conformes à la loi 27-13, promulguée en 2015, il reste à réparer les dégâts en faisant assurer par ceux qui les ont provoqués la charge de le faire : libérer dans l'immédiat l'embouchure de l'Oum er Rbia de l'ensablement et recharger les plages environnantes qui se sont transformées en grèves.
Comme pour d'autres secteurs, qu'il s'agisse de la santé, de l'environnement ou des relations commerciales, des lois existent pour encadrer les activités et régir les procédures. Des textes de loi qui ne sont pas immuables et qui sont repris par le pouvoir législatif au fur et à mesure que des conditions nouvelles l'exigent. Le processus législatif prend le temps qui lui est nécessaire afin que l'arsenal juridique soit opérationnel dans une société elle-même en perpétuelle transformation. L'accumulation de l'argent et l'avidité du profit, en elles-mêmes condamnables, ne peuvent devenir des passe-droits et transgresser des dispositions juridiques régissant un domaine d'activité, voire ne pas respecter l'exécution des dispositions d'un cahier des prescriptions librement approuvé.
Cette corruption des valeurs au sein de la société handicape lourdement le processus démocratique et l'implication de toute la population dans la gestion des affaires publiques. Car, plus que l'avidité du profit, le scandale du non-respect de la loi est plus discriminant et plus ségrégationniste dans une société où ceux d'en haut ne regardent pas toujours ceux d'en bas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.