L'ASADEH appelle les autorités espagnoles à arrêter Brahim Ghali    Le Conseil de Sécurité désavoue le Polisario (papier d'angle)    Sidi Mohamed Abouchikhi, DG de Créditinfo Group : « Les usagers du service de centralisation des chèques irréguliers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés »    Entrepreneuriat : Bank Of Africa signe un partenariat avec Technopark    Une vingtaine de protestataires devant le siège du FUS: "Nous voulons des changements !"    Botola Pro D1 / 13ème journée: FAR-HUSA et RCAZ-MAS en ouverture    Foot français : Les Girondins de Bordeaux menacés de faillite    Espagne : Démantèlement d'une organisation criminelle exploitant des immigrés marocains    Vaccin russe anti-Covid : Berlin envisage de commander 30 millions de doses    "Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Sahel : de no man's land à no man's power    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    La Super Ligue se déballonne, le foot européen reprend son souffle    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mémoire des immortels
Publié dans Albayane le 06 - 01 - 2021


Par M'barek Housni
Il est des événements qui nous réconcilient avec ce qu'il y a de plus authentique et de plus noble dans l'approche de l'art plastique. C'est le cas de cette exposition consacrée à des artistes talentueux, vrais et originaux, qui furent baignés dans ce qu'il y a de sincère et de réfléchi en matière de création.
Belle et louable entreprise dans le sens où elle s'est donné pour tâche de faire revivre les flammes d'un pan de l'art plastique d'Essaouira qui, certes n'est pas inconnu, mais qui mérite et même oblige à le célébrer continuellement. Car, je le répète, il s'agit de l'art en tant qu'art digne de ce nom, comme activité humaine à la hauteur de l'homme et du monde. Qu'il soit naïf ou singulier, fruit d'autodidactisme ou académique. Nulle distinction à opérer ici.
Ce n'est pas la première fois que la galerie la Kasbah prend sur elle d'honorer ce devoir de mémoire envers les artistes de la ville des alizés. Le premier événement semblable date déjà de 2015. Cette fois-ci, le devoir mémoriel, a opté pour les artistes disparus. Ceux qui ont longtemps chanté les murailles de cette ville qui les a nourris doublement, par la sève vitale et par l'inspiration, qui les a hantés et les a charmés.
Nombre d'entre eux ont exercé leur pratique artistique dans la souffrance et le dénuement, et certains ont payé de leur vie ce penchant exclusif pour la passion de l'art. Ils nous ont légué à la fin des chefs-d'œuvre dont on peut admirer un certain nombre dans cette exposition.
Il y a d'abord le maître Boujemaa Lakdar dont on peut admirer quelques œuvres de jeunesse (peintures et sculpture dont un magnifique coffret) incroyablement révélatrices du grand magicien de l'art qu'il sera devenu plus tard. Il y a l'originale et la grande Benhila Regraguia à laquelle la galerie rend hommage en exposant deux de ses toiles les plus célèbres.
Vient ensuite l'artiste Hassan Cheikh qui vient de nous quitter il n'y a pas longtemps, et dont deux grandes œuvres d'une belle qualité artistique sont exposées, et où son style personnel, cette plasticité narrative et mythique, nous paraît très bien accompli.
On peut citer dans cette catégorie l'artiste Saida Beyrou. Une artiste qui possédait une main heureuse, elle qui vivait son art avec une ardeur attisée à tous les moments de sa vie vouée à la peinture et la diffusion des valeurs humaines qui lui sont inhérentes.
Puis, il y a ces inoubliables précurseurs d'une individualité artistique exclusive, déferlante, et incomparable. Ceux dont les œuvres devraient être recherchées et mises à la disposition de l'art plastique marocain. Le chantre de la géométrie colorée Abderhman Ziani généreusement (et heureusement) exposé via plusieurs tableaux éloquents. Les géniaux Larbi Slith, Mohammed Khoubaich, et Mohammed Houmir qui ont longtemps peint, mais dont les œuvres demeurent introuvables sauf celles exposées ici à la galerie Kasbah. Puis, ce qui ajoute au charme d'ensemble, une œuvre de Tayeb Seddiki, deux de Ruggero Giangiacomi… et bien d'autres.
Tout un parterre d'artistes qui nous font découvrir l'autre partie de l'activité plastique souirie, qui hausse le niveau de celle-ci au stade de l'expression pure, de la création personnelle, celle de l'expérience individuelle, c'est-à-dire autrement valorisante et en connexion parfaite avec l'art qui se conçoit de par le monde.
On retrouve le figuratif maîtrisé, l'abstrait signifiant, le brut foisonnant, le sens des couleurs et l'invention des formes, l'approche des exercices de lumière.
De même, on retrouve le cité mogadorienne en arrière-plan : ses murailles, ses gnaouas, ses zaouias, ses haïks, son dédale de ruelles, sa spécificité multiculturelle et multiconfessionnelle, Essaouira de toutes les ouvertures possibles et de tous les secrets attirants.
Cette exposition nous fait la découverte de l'unique extrait du multiple. On y sent monter une réelle émotion. Dans une galerie qui contient un très grand nombre de collections artistiques de grande facture en tous genres, et qui respire une efficacité d'organisation et un tact dans la présentation qui force le respect.
Légende : Galerie la Kasbah, Essaouira, jusqu'au 24 Janvier 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.