DGAPR : reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Le gouvernement espagnol érige ses relations avec le Maroc en priorité dans la région du Maghreb    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CIH : Un produit net bancaire en hausse de 10,3% en 2020    TPE : un nombre record de faillites en 2020    Employabilité : Rabat Business School signe avec T-MAN Group    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Algérie: le remaniement gouvernemental révèle des conflits de pouvoir entre la présidence et les militaires    Algérie : le Hirak du vendredi est de retour    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    VIH : Baisse drastique des dépistages à cause de la Covid-19    L'Algérie, à la traîne, reçoit 200 000 doses de vaccin chinois, le variant anglais du coronavirus détecté    Marrakech : un projet contre les violences à l'égard des femmes dans les espaces publics voit le jour    Fès : Les étudiants de l'UPF échangent avec Kamal Oudrhiri    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Elections : Le cordon entre syndicats et partis coupé ?    Edito : Cannabis    Eau potable : Lydec annonce une perturbation du service dans certaines zones de Casablanca    OMC : le Maroc plaide pour un TSD des pays en développement    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Omar Hilale met à nu les assertions fallacieuses d'Alger et du Polisario    Entretien avec Sifeddine Dounia, le MC du nouveau talk-show de MBC5    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    "Pour une Maison de l'histoire du Maroc " , nouvel ouvrage de l'Académie du Royaumec    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Le projet de loi relatif au processus électoral adopté en commission    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La reconnaissance de la marocanité du Sahara: un tournant qui promet
Publié dans Albayane le 17 - 01 - 2021

La reconnaissance par l'administration américaine de la marocanité du Sahara et la décision de l'Etat marocain de reprendre les relations avec l'Etat d'Israël, interrompues au début de ce millénaire, ont fait couler beaucoup d'encre. Globalement, les réactions ont oscillé entre l'approbation et la réprobation.
Ceux qui ont approuvé font valoir l'importance que revêt la reconnaissance de la marocanité du Sahara par un pays aussi important que les Etats Unis qui, non seulement, est la première puissance mondiale, mais aussi et surtout membre du conseil de sécurité. Ceux qui ont désapprouvé, voient dans la normalisation des relations du Maroc avec Israël, une déviation de la ligne de conduite qui a toujours été celle du Maroc depuis qu'il a rompu ses relations avec l'Etat d'Israël.
Cette controverse est improductive et ne fait que nourrir les malentendus, entretenir les hostilités et générer du ressentiment. Son caractère récurrent (Camp David, Oslo, etc.) s'explique par l'absence du débat démocratique. Ce n'est pas par hasard si le monde arabe se démarque par son despotisme oriental, son absolutisme et son autoritarisme. Il a tourné le dos à la Raison et s'est détourné de la modernité. De fait, malgré ses atouts qui le prédisposent à jouer dans la cour des grands et à agir en tant que faiseur de l'histoire, il sombre dans une inquiétante léthargie.
Que traduit cette controverse si ce n'est l'incapacité de ce monde arabe à transcender le catégoriel. D'ailleurs, il est condamné à subir l'humiliation et à supporter les caprices de ses soi-disant protecteurs, tant qu'il ne repense pas son rapport au temps et n'arrive pas à se remettre en question. La Palestine de 1948 n'est plus la Palestine de 2021. Que d'échecs ! Le boycott d'Israël, comme la normalisation initiée très tôt par la Turquie et suivie par l'Egypte et la Jordanie, n'ont pas empêché cet Etat spoliateur à faire valoir «la légitime défense» pour poursuivre sa politique expansionniste et justifier ses actes barbares et sa politique d'apartheid. Ce qui importe pour lui est de mettre à contribution le temps pour faire avaler aux palestiniens des couleuvres. Sans le renversement, ou du moins, un rééquilibrage des rapports de force, Gaza restera une prison à ciel ouvert et la Cisjordanie disparaitra sous le poids des colonies.
Il va sans dire que ce renversement restera un vœu pieux tant que les régimes arabes conçoivent l'adversaire horizontalement et s'opposent, ainsi, mutuellement. A dire vrai, cette manière de concevoir l'horizontalité a fait de ces régimes une nouvelle version de «Moulouk tawaif».
Force est de constater que cette conception de l'horizontalité fragilise le monde arabe et l'empêche d'évoluer vers une intégration régionale. Le dossier du Sahara est un exemple édifiant de la manière dont l'horizontalité est perçue. Au lieu de constituer une force, en favorisant l'édification du grand Maghreb, elle est source de divergence et de tentions.
Le conflit du Sahara a trop duré. Toutes les tentatives du Maroc pour ramener le régime algérien à de meilleurs sentiments se sont heurtées à l'intransigeance de ce dernier (l'appel à l'ouverture des frontières, la main tendue, l'autonomie pour les provinces du sud). En s'accrochant au référendum, que l'ONU a abandonné, le régime algérien cherche à éterniser le conflit et fait preuve de son incapacité à renouveler son logiciel pour se mettre au diapason avec le monde d'aujourd'hui.
Faut-il rappeler que le conflit du Sahara est le produit d'une époque révolue où le monde arabe était divisé en deux blocs opposés : les panarabistes, constitués de régimes militaires qui se sont alliés au bloc de l'Est, et les « islamistes », constitués, essentiellement, de régimes monarchiques d'obédience occidentale. Le panarabisme, comme l'islamisme, sont deux «idéologies locales» conçues pour se prémunir contre l'universalisme.
Les régimes militaires qui se voulaient progressistes et à coloration soi-disant socialiste, se sont constitués en front de refus non pour faire triompher la cause palestinienne, mais pour s'en servir en vue de consacrer leur autoritarisme voire leur despotisme, légitimer leur animosité vis-à-vis des régimes dits islamiques qui leur faisaient de la résistance ou qui leur disputaient le leadership et justifier, en conséquence, leur hégémonisme et les manœuvres qu'ils entreprenaient pour les déstabiliser.
Le régime militaire égyptien a mené une guerre au Yémen et s'est allié au régime militaire algérien lors de la guerre des sables. Ce dernier s'est associé au régime de Kadhafi, pour récupérer le POLISARIO et en faire un « caillou dans les souliers du Maroc ». Le régime de Saddam s'est lancé dans une guerre par procuration, contre les Ayatollahs qui venaient juste de destituer le Chah, considéré comme gendarme de l'impérialisme. Al Assad a mobilisé ses troupes pour mettre le Liban sous protectorat syrienne.
Ces agissements qui se sont révélé un gouffre financier, ont eu des effets désastreux sur les peuples de ces pays, en particulier, et sur la région en général. L'Irak a été détruit, la Syrie a été mise à genoux, la Libye fait l'objet d'une guerre fratricide et le Soudan a été amputé de son sud et s'est trouvé au banc des nations. Seuls les régimes militaires égyptien et algérien ont pu survivre. Le premier parce qu'il est entré dans les rangs très tôt, en signant les accords de Camp David, et en s'alignant sur les positions anti-démocratiques des monarchies du Golfe suite au printemps arabe. Le régime militaire algérien semble bénéficier d'une certaine bienveillance après avoir interrompu le processus démocratique et écarté, en conséquence, l'épouvantail islamiste que craignait l'Europe en particulier. Néanmoins, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis la fin de la décennie noire.
Ainsi, le Hirak qui a été contraint au confinement suite à la COVID19, a été un avertissement à la junte militaire pour qu'elle se retire dans ses casernes avec les honneurs. D'ailleurs, le taux d'abstention lors du référendum sur la nouvelle constitution, ne lui a laissé qu'une seule et unique légitimité, à savoir la légitimité des armes. Or, la reconnaissance par les Etats-Unis de la marocanité du Sahara, est à même de remettre en cause cette légitimité en réduisant davantage sa marge de manœuvre pour se maintenir au pouvoir.
Les régimes autoritaires et despotiques sont inéluctablement voués à l'échec. La quasi-totalité des régimes militaires arabes ont disparu. En Afrique, la légitimité par les armes est bannie. Les régimes des généraux en Grèce, en Turquie et en Espagne ne sont plus que de mauvais souvenirs. Le régime algérien doit tirer les leçons de l'histoire et se retirer avec les honneurs en rétrocédant le pouvoir aux civils. Il devrait suivre l'exemple des militaires portugais (la révolution des œillets) et sud-coréens, et méditer le comportement de l'armée tunisienne lors du printemps arabe.
Avec la reconnaissance par les USA, de la marocanité du Sahara, qui est en fait une opération de recadrage, le double discours ne serait plus de mise. L'Algérie des généraux ne peut plus se cacher derrière un principe aussi noble que le droit des peuples à disposer d'eux –mêmes qu'elle veut, par ailleurs, sélectif. Elle l'exige pour le Sahara marocain, mais refuse de l'accorder à la Kabylie qui n'a cessé de réclamer son droit à l'autodétermination. Les puissances, notamment celles qui ont un passé colonial dans la région qui auraient dû témoigner et rétablir le Maroc dans ses droits, devraient sortir du bois.
Cette reconnaissance profite, objectivement, à l'ensemble des pays du Maghreb et par ricochet à la cause palestinienne. Elle peut contribuer à l'accélération du règlement du conflit du Sahara ; règlement qui est de nature à ouvrir de nouvelles perspectives pour reprendre la construction du Grand Maghreb ; prélude à un rééquilibrage des rapports de force dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen Orient.
La position américaine interpelle le régime militaire algérien pour reconsidérer son objectif d'encercler le Maroc et le couper du reste de l'Afrique, son prolongement naturel et profondeur stratégique. Elle l'incite, implicitement, à s'engager dans une solution négociée qui préserve l'avenir.
En fait, les deux Etats voisins sont condamnés à s'entendre. Ils finiront par se mettre autour d'une table de négociation tôt ou tard, en vue de dissiper les équivoques et les malentendus et régler ainsi, tous les litiges et les problèmes qui les opposent. Le Maroc s'est déclaré disposé à aller dans ce sens (discours royal ;2018) en tendant la main que le régime militaire algérien ne s'est pas empressé à prendre. Ce dernier doit donc, assumer les conséquences de son obstination et reconnaitre sa responsabilité pleine et entière de l'état où se trouve actuellement la région. Le Maroc n'a fait jouer la carte des Etats-Unis et d'Israël qu'après avoir épuisé tous les recours dont il disposait pour régler le conflit du Sahara. Reste à se demander si la position des Etats-Unis va amener le régime militaire algérien à changer son fusil d'épaule.
Il est peu probable que ce régime aille contre sa nature et accepte de faire son mea -culpa. Il serait plus enclin à une fuite en avant dans une tentative désespérée pour se faire une nouvelle légitimité. Cependant, là où croît le péril croît ce qui sauve. C'est pourquoi, il faut garder l'espoir tant que l'imprévisible relève du possible.
Rabat le 4/1/2021
*Président du centre d'Etudes et de Recherches Aziz Belal (CERAB)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.