Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Mustapha Ramid démissionne du gouvernement pour « raisons de santé »    L'ONCF dévoile ses résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 480 nouveaux cas, 482.994 au total, vendredi 26 février 2021 à 18 heures    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Russie : Washington n'acceptera «jamais» l'annexion de la Crimée, affirme Joe Biden    Rapport du renseignement américain : MbS accusé d'avoir «validé» le meurtre de Jamal Khashoggi    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    HCR / JICA: Un projet de 275.000 $ pour soutenir les réfugiés au Maroc en contexte de Covid    Percevoir le cannabis tout autrement    Une rareté en trompe-l' oeil    Immigration : un réseau qui faisait passer des migrants pour des sahraouis démantelé    DGAPR : les détenus impliqués dans les événements d'Al Hoceima sont en bonne santé    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    L'ONU demande la libération immédiate de tous les détenus du Hirak en Algérie    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    TPE : un nombre record de faillites en 2020    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Des leaders politiques et élus internationaux adressent une lettre à Joe Biden pour appuyer la décision US reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Eau potable : Lydec annonce une perturbation du service dans certaines zones de Casablanca    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Radios privées, une «mue» bienfaitrice!
Publié dans Albayane le 21 - 01 - 2021

«Le poète est parti, la radio a pris sa place», disait le Prix Nobel de la littérature, Naguib Mahfouz. Cette mise en relation linguistiquement simple, mais sémantiquement si profonde, que l'écrivain égyptien a choisie, incarne à bien des égards la place du «hertzien» dans le champ culturel de toute société.
Objet de valeur autour duquel des familles se réunissaient pour le contempler avant de l'écouter, parfois même sans, la radio était pendant bien longtemps un chef-d'œuvre, une boîte à Merveilles qui semait la joie et cachait des surprises... Certains allaient même jusqu'à croire que les présentateurs et les musiciens se trouvaient dedans et finiraient, un de ces jours, par en sortir ! Hélas.
Changements de paradigmes sociaux l'imposent, cette composante devenue nécessairement irremplaçable allait «se muer» crescendo, en quête d'un modernisme qui lui permet d'être en concordance avec le temps.
En concurrence «frontale» avec d'autres médias, les stations radios étaient obligées de conserver et même d'accroître leur place spécifique dans la vie quotidienne et changer un certain mode d'alternance de paroles et de musique… et rien d'autre !
Un public jeune qui «regarde» la radio sur Internet, de nouvelles tendances et des musiques de plus en plus «colorées», telles sont les nouvelles donnes.
Conséquemment à toute cette métamorphose subite, la sphère radiophonique nationale, comme partout ailleurs, n'a pas hésité à changer de trajectoire pour accompagner ces nouveaux «Lifestyle» et s'adjuger son acte de survie, celui de ne pas tomber dans l'oubli.
Alors que les radios publiques font les choses à une manière dont elles ont le secret, mêlant authenticité et modernité et gardant cette touche de «l'officiel», les stations privées se sont offert plus de liberté, en proposant des programmes aussi bien décontractés que diversifiés, allant parfois jusqu'à la spécialité. Les exemples sont nombreux !
A ce propos, le président de l'Association des Radios et Télévisions indépendantes (ARTI), Kamal Lahlou déclare à la MAP que les contenus des radios privées sont diversifiés et s'orientent beaucoup plus vers l'information sociale et sociétale.
Président et fondateur de MFM Radio, M. Lahlou précise que ces stations ciblent un public très large, à l'exception de quelques-unes «spécialisées», dans le sport ou la musique, entre autres.
C'est une diversification qui joint l'agréable à l'utile. Elle se décline plus clairement alors que les journalistes, animateurs et commentateurs, deviennent les fronts liners lorsqu'il s'agit de l'intégrité territoriale du Royaume, ou quand il est question de sensibiliser les «auditeurs-téléspectateurs» aux problèmes à intérêt commun, comme celui que le monde vit aujourd'hui, la Covid-19.
S'attardant sur les modalités de gestion de ces stations, M. Lahlou a fait savoir qu'elles sont régies de la même manière que toute entreprise avec des départements fonctionnels, en plus d'une structure de création et de production d'émissions, notant que la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) demeure la seule partie habilitée à les sanctionner en cas de «déroute».
Force est de constater que l'image n'est pas tout rose ! En effet, certaines émissions radiophoniques passent moins de temps à préparer des sujets à valeur instructive et constructive que celui qu'elles gaspillent à la recherche «désespérée» du destructeur de la culture et des sociétés, «le Buzz» !
Que ce soit à travers les «personnages» invités ou via les sujets abordés, le nombre de vues et de partage demeure leur objectif ultime. Quelle ironie du sort !
Réagissant précisément à ce point, M. Lahlou était plus clair: «Le buzz est un succès viral qui ne reflète nullement le vrai intérêt. C'est un ensemble de propos provocateurs qui polluent le débat public», a-t-il regretté.
Pour ce fin connaisseur de la sphère radiophonique, puisqu'il est également président de la Fédération marocaine des Médias (FMM), la radio est celle qui reste proche des auditeurs, de leur vie et préoccupations quotidiennes, tout en étant en interaction avec eux.
A rappeler que conformément à la loi de Finances 2021, le Fonds de développement audiovisuel a inclus les radios privées. L'ARTI et la FMM avaient salué ce changement, et s'étaient félicitées du caractère national que revêt "à nouveau" ce fonds, qui avait ce caractère «national» depuis 1997, avant que l'article 26 de la loi de Finances 2008 ne le réserve à l'audiovisuel public.
L'ARTI et la FMM avaient appelé les stations privées à fournir encore plus d'efforts pour assurer leurs différentes missions, en particulier la défense du projet national et de ses causes sacrées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.