Partenariat maroco-israélien : un mariage stratégique    Industrie: ce qu'il faut retenir de la dernière enquête de BAM    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Botola: le Wydad et le Raja au coude-à-coude dans la course au titre    Cristiano Ronaldo charge Khabib Nurmagomedov de cette mission    On en sait plus sur la grosse opération anti-drogue menée au large de Mehdia    Vaccination Covid au Maroc: les derniers chiffres    Casablanca: descente policière à Derb Ghallef, des centaines de smartphones saisis    Maâti Monjib n'est nullement en grève de la faim, affirme la DGAPR    Le Conseil National de la Presse rend hommage à la femme    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    Déclaration de la Contribution Professionnelle: Souscription avant le 1er Avril 2021    Quotient électoral: Le parti de la justice et du développement isolé    Le changement du statut juridique du Sahara qui bénéficie au Maroc    LE BRESIL DAME LE PION AUX PAYS EUROPEENS    Répondre aux attentes des professionnels de l'artisanat    ACCENTUATION DU DEFICIT DE LIQUIDITE EN 2021    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Hirak : l'ONU demande la fin des arrestations arbitraires en Algérie    Latifa Ibn Ziaten parmi les « 109 Mariannes » actrices de changement social    Attijariwafa Bank élue meilleure banque d'investissement au Maroc par Global Finance    L'inauguration d'une ambassade à Rabat et d'un consulat à Laâyoune témoigne du "grand intérêt" de la Zambie pour la coopération avec le Maroc    Chambre des conseillers: Ouverture de la session extraordinaire    ALCS: mobilisation pour la Journée internationale des droits des femmes    Les grandes puissances ont intérêt à s'unir    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec l'Algérie et l'Egypte    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    De fortes averses, des chutes de neige et des rafales de vent attendues du vendredi au dimanche    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Sidi Slimane    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre
Publié dans Albayane le 27 - 01 - 2021

Il y a lieu de se réjouir à voir atterrir, enfin, la première compilation du vaccin tant attendue, dans nos murs. Cette bribe de soulagement qui emplit les cœurs des citoyens coïncide aussi, à coup sûr, avec la dégénérescence substantielle des cas quotidiens et l'accroissement sensible des rémissions, ces derniers temps.
On ne peut passer sous silence, en fait, que ce constat non moins réconfortant du reste, est dû au faible taux de tests effectués dans les laboratoires et leur cherté pour les bourses. Il est bien vrai que cette nouvelle donne pandémique est porteuse d'espoir qui survient après de longues périodes d'émois.
La vaccination octroierait au peuple marocain de l'immunisation collective, susceptible d'éradiquer la persistance du virus, de recouvrer la normalité sanitaire dans nos foyers et redresser la vie du tissu économique du pays.
Encore d'autres mois à tenir, dans les mêmes conditions de précaution et d'éveil afin d'assurer la maîtrise de la propagation virale, surtout que la variante virulente est à l'affût. Il ne fait cependant, pas de doute qu'on n'est pas complètement sorti du tunnel et que l'ultime ligne salvatrice reste à franchir, sans trop de dégâts. Cela fait une éternité que notre Nation aura enduré le calvaire du fléau qui frappait la planète.
On en aura vu de toutes les couleurs, avec cette cruauté endiablée qui se faufile dans les rangs de toutes les franges de la société et occasionne des peines dans les ménages et des dépits aux institutions et entreprises. Notre vie est soumise à un chamboulement criard qui ne fait que ralentir voire interrompre le parcours à mener dans l'ordre établi. Bien sûr, on n'est pas les seuls à gémir sous l'atrocité de la crise épidémiologique, puisque celle-ci sévit dans le monde entier.
Il faut bien dire au passage, que cette calamité universelle profite aux nantis du globe, pour ne pas dire une belle opportunité pour le capitalisme ou encore l'impérialisme de creuser davantage la disparité par rapport aux démunis de ce qu'on appelle le tiers monde. La spéculation médicamenteuse est montée d'un cran, à coups de milliards dans les protocoles de soins anti-Covid, alors que, d'autre part, la fièvre de s'approvisionner des doses vaccinales attise la voracité des concepteurs-producteurs.
La ruée infernale vers les richesses aux dépens des pauvretés de l'univers aggrave les écarts, sous les yeux impuissants des Nations Unies qui semblent ne pas se soucier du malheur de tous les peuples de la communauté mondiale, alors qu'elles devraient réagir énergiquement pour la solidarité universelle, en tant que vertu de principe sur laquelle repose leur raison d'être.
Dans le même sillage, l'Organisation Mondiale de Santé (OMS) se limite à un rôle pédagogique souvent parsemé de contradictions en termes de préceptes sanitaires, au lieu de se livrer à un plaidoyer en direction des peuples à cours de moyens pour confronter l'épidémie.
On n'est pas censé alors prétendre à la sécurité et la paix mondiales, en continuant à fermer l'œil devant les immondices de l'opportunisme des grandes puissances dominatrices.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.