La CNSS et la Caisse de compensation mises sous tutelle du ministère de l'Economie et des Finances    Etudiants marocains en Russie : le désarroi continue    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    A quoi joue la Russie?    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vaccin: la faillite morale
Publié dans L'opinion le 20 - 01 - 2021

L'OMS fustige les inégalités d'accès aux vaccins dans le monde. Onze pays se sont accaparé 36 millions de doses des 40 millions injectées dans le monde.
«Le monde est mal parti» en raison de l'inégalité sur le vaccin entre pays riches et pauvres, selon la coprésidente du groupe indépendant mandaté par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'investigation sur la réponse à la pandémie, Ellen Johson Sirleaf.
A ce jour, au moins 60 pays ou territoires, qui regroupent 61% de la population mondiale, ont lancé leur campagne de vaccination. Mais 11 pays concentrent 90% des doses injectées, laissant 10% à la cinquantaine d'autres. L'Afrique, dans presque sa totalité, n'a pour l'instant que les bons de commandes.
«L'inégalité de l'accès au vaccin constitue l'un des exemples les plus criants des inégalités actuelles dans le monde», a dit mardi devant la presse l'ancienne présidente du Liberia, Ellen Johson Sirleaf.
«Le monde est mal parti à la fois pour la justice et pour le contrôle des pandémies», a-t-elle encore ajouté, avant de présenter aux Etats le rapport intermédiaire sur la réponse à la pandémie.
Lundi, au début du Conseil exécutif de l'OMS, le directeur général de l'institution Tedros Adhanom Ghebreyesus avait estimé que le monde était même «au bord d'une catastrophe morale». Il a demandé à ce que la vaccination démarre dans chaque pays d'ici au 7 avril, grâce à l'accélérateur Covax lancé notamment par son organisation. Seul un pays pauvre a entamé l'immunisation et certaines indications montrent que certains Etats africains ne pourraient avoir accès aux doses avant l'année prochaine.
L'évaluation indépendante sur la réponse à la pandémie avait été demandée en mai par les Etats membres. Dans le rapport intermédiaire publié il y a quelques jours, le comité présidé par Mme Johson Sirleaf et par l'ancienne Première ministre néo-zélandaise Helen Clark, estime que l'OMS aurait pu déclarer plus tôt une urgence sanitaire internationale et utiliser le terme de pandémie plus rapidement, mais elle dépend de l'action des Etats membres, insiste-il.
Appels à une réforme du Règlement sanitaire international
Tant qu'elle ne sera pas mieux dotée, l'OMS ne pourra que «difficilement» faire suivre aux Etats les indications requises «à temps» en cas d'urgence sanitaire, renchérit de son côté l'ancienne présidente libérienne. Au centre des discussions, de nombreux acteurs demandent une réforme du Règlement sanitaire international, lancé en 2007. Le financement de l'OMS est aussi insuffisant, affirment Mme Clark et Mme Johnson Sirleaf.
Il y a près de deux mois déjà, un groupe d'organisations militantes avait tiré la sonnette d'alarme, annonçant que près de 70 pays pauvres ne pourront vacciner qu'un habitant sur dix contre la Covid-19 l'année prochaine, à moins que les gouvernements et l'industrie pharmaceutique ne prennent d'urgence des mesures pour garantir une production de doses en quantité suffisante.
À l'opposé, les pays riches ont raflé les doses pour vacciner l'ensemble de leur population près de trois fois avant la fin 2021, si tous les vaccins qui font actuellement l'objet d'essais cliniques sont approuvés. Le Canada arrive en tête avec suffisamment de doses pour vacciner cinq fois chaque Canadien. Des données actualisées montrent que les pays riches, qui ne représentent que 14 % de la population mondiale, ont réservé 53 % des vaccins les plus prometteurs jusqu'à présent.
Parmi les organisations militantes qui font partie d'une alliance en faveur d'un vaccin universel (la People's Vaccine Alliance), figurent Amnesty International, Frontline AIDS, Global Justice Now et Oxfam. Elles se sont servies des données recueillies par la société d'information et d'analyse scientifique Airfinity pour analyser les accords conclus entre les Etats et les huit principaux producteurs de vaccins expérimentaux.
Près de 70 pays abandonnés à la pandémie
Il apparaît ainsi que 67 pays à revenus faible et intermédiaire de la tranche inférieure risquent d'être laissés-pour-compte alors que les pays riches préparent leur échappatoire à la pandémie. Parmi ces 67 pays, cinq recensent à eux seuls près de 1,5 million de cas déclarés (le Kenya, le Myanmar, le Nigéria, le Pakistan et l'Ukraine).
Selon une responsable chez Oxfam, Anna Marriott, «plusieurs milliards» de personnes n'auront pas accès à un vaccin sûr et efficace «avant des années».
Ce délai est susceptible d'entraîner des conséquences désastreuses. Ainsi, d'après la People's Vaccine Alliance, jusqu'à 67 pays aux revenus faibles ou intermédiaires pourraient se voir abandonnés face à la pandémie, dont le Kenya, le Pakistan, le Nigeria, la Birmanie ou bien l'Ukraine.
Appel de Guterres en faveur de la solidarité internationale
Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a lancé mardi un appel en faveur de la solidarité internationale pour permettre un accès équitable aux vaccins dans le monde entier. «Nous devons travailler ensemble. La Covid-19 ne respecte pas les frontières nationales », a déclaré le chef de l'ONU dans un message vidéo diffusé lors d'un événement organisé au Royaume-Uni sur l'accès aux vaccins. Il a rappelé que le développement de vaccins antiCovid-19 en un temps record a permis de débuter l'année 2021 avec un sentiment d'espoir
Mais les approvisionnements de ces vaccins sont rares et leur distribution est inégale. « Nous constatons une énorme différence entre les pays à revenu élevé où les vaccins parviennent rapidement et les pays les plus pauvres du monde qui n'en ont pas du tout. Les fabricants et certains pays sont en train de conclure des accords bilatéraux au détriment d'une approche multilatérale, allant même jusqu'à acheter au-delà des leurs besoins », a dénoncé le Secrétaire général. « Tous les pays ont besoin de doses maintenant pour vacciner tous les agents de santé et en première ligne, au lieu que certains pays les reçoivent toutes », a-t-il ajouté. « Nous devons veiller à ce que ces vaccins soient considérés comme un bien public mondial - les vaccins des peuples - accessibles et abordables pour tous ».
Selon le chef de l'ONU, cet accès équitable est dans l'intérêt de chaque pays et est également le moyen le plus rapide de rouvrir l'économie mondiale et d'entamer une reprise durable.
Ali BENADADA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.