Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Devant les ruines de Mossoul: Le pape prie pour les «victimes de la guerre»
Publié dans Albayane le 07 - 03 - 2021

Au milieu des décombres, le pape François a prié dimanche pour les «victimes de la guerre» dans le nord de l'Irak, où les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont semé la terreur et détruit des églises millénaires avant d'être défaits il y a trois ans.
Sous très haute protection pour le dernier jour de son voyage historique en Irak, le pape est allé à la rencontre de la communauté chrétienne d'Irak –l'une des plus vieilles au monde, mais aussi l'une de celles qui a connu le plus d'exils.
Le souverain pontife de 84 ans a prié dans les ruines de Mossoul avant de se rendre à Qaraqosh, localité martyre qui s'est parée de mille couleurs pour le recevoir.
«La diminution tragique des disciples du Christ, ici et dans tout le Moyen-Orient, est un dommage incalculable (…) pour les personnes et (…) la société qu'ils laissent derrière eux», a-t-il lancé.
Sous une immense croix, son convoi de voitures blindées entourées de gardes du corps a été accueilli par des centaines d'Irakiens à Qaraqosh, une localité chrétienne à l'histoire multimillénaire.
Le pape, qui marche avec difficulté en raison d'une sciatique, a tenu néanmoins à prier avec les fidèles revenus dans la ville pour le voir.
Là, il a prié l'angélus devant une foule émue qu'il a appelé à «reconstruire» et à «ne pas se décourager» dans un pays où le nombre de chrétiens est passé en 20 ans de 6% à 1% de la population.
A Mossoul, prospère ville commerçante depuis des siècles mais qui a souffert trois ans sous le joug des jihadistes (2014-2017), les autorités catholiques ne sont pas parvenues à trouver une église en état pour accueillir le pape.
Au total, 14 églises de la région ont été détruites dont sept des premiers siècles. Il a donc fallu construire une scène dans les ruines de quatre églises de différentes obédiences, dont l'église al-Tahira de Mossoul, vieille de plus de 1.000 ans.
C'est autour de cette estrade que le pape a fait un tour en voiturette de golf au milieu d'une petite foule sous les youyous et les cris de «Viva papa». Gardes et barrages de sécurité étaient partout dans la plaine de Ninive, où se terrent encore des jihadistes malgré leur défaite militaire fin 2017.
Si la visite du pape est historique, le dispositif sécuritaire déployé pour l'accueillir l'est tout autant.
Les rares kilomètres que le pape a parcourus par la route l'ont été en voiture blindée. Pour le reste des 1.445 km de son parcours entamé vendredi, le souverain pontife est dans un avion ou un hélicoptère.
Et tout cela, au beau milieu d'un confinement total décrété jusqu'à la fin de sa visite lundi matin, face à des contaminations record au Covid-19 en Irak.
Mais au-delà des constats sur l'état de délabrement du pays et la tentation de l'exil, les chrétiens qui ont remis en état et lustré des églises ravagées par l'EI veulent voir dans cette visite papale un message d'espoir.
«Le pape François arrive dans son habit blanc pour annoncer au monde que nous sommes un peuple de paix, de civilisation, d'amour», affirme Boutros Chito, prêtre catholique, à Qaraqosh.
De nombreux chrétiens hésitent encore à revenir définitivement dans cette ville. Quand en 2014, l'EI a pris la plaine de Ninive, des dizaines de milliers d'entre eux ont fui et peu font désormais confiance à des forces de l'ordre qui les avaient alors abandonnés, disent-ils.
Aujourd'hui, beaucoup disent vivre dans la peur des paramilitaires désormais intégrés à l'Etat qui ont repris le terrain à l'EI.
Les mots dits samedi au pape par l'ayatollah Ali Sistani, grande figure du chiisme en Irak et au-delà, assurant oeuvrer pour que les chrétiens d'Irak vivent en «paix», en «sécurité» et avec «tous leurs droits constitutionnels», pourraient en rassurer certains.
Le pape François n'a cessé de dénoncer en Irak «les armes», «le terrorisme qui abuse de la religion» et «les intolérances».
De nouveau, dans sa prière dimanche, il a martelé: «il ne nous est pas permis de tuer nos frères (au) nom» de Dieu, «il ne nous est pas permis de faire la guerre en son nom».
Devant des milliers de fidèles, le pape célébrera une messe dans l'après-midi dans un stade d'Erbil, la capitale du Kurdistan, où la sécurité sera stricte après une attaque aux roquettes en février contre l'aéroport de cette ville.
Privé depuis son arrivée en Irak des bains de foule, le pape pourra probablement saluer les fidèles depuis la papamobile pas encore utilisée jusqu'ici.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.