Programme des principaux matchs du mercredi 21 avril    Les vols directs Maroc-Israël seront opérationnels après le Ramadan    Maroc/Protection sociale : cinq projets de décrets adoptés par le Conseil de gouvernement (Vidéo)    Coupe du trône: le WAC domine Oued Zem et file aux quarts de finale (Vidéos)    Tanger : Deux individus interpellés pour vol sous la menace de la violence à l'intérieur d'une agence bancaire    De jeunes volontaires réexposés au Covid-19 pour une étude britannique    Maroc/Prolongement des mesures exceptionnelles pour certaines catégories affiliées à la CNSS: Deux décrets adoptés    Coupe de la CAF: La RSB joue le quitte ou double en Zambie    Officiel : Schalke et Amine Harit relégués en Bundesliga 2    Approbation du Plan gouvernemental intégré de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe    ONU : Omar Hilale décrie la propagande fallacieuse de l'Algérie et du "polisario" sur la situation au Sahara    Hakima El Atrassi à cœur ouvert    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Restructuration de la direction technique des équipes nationales    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    Conseil de gouvernement: Du nouveau pour l'AMO des indépendants    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    DGAPR : la grève de la faim annoncée par les détenus Soulaimane Raissouni et Omar Radi "n'a aucun lien avec les conditions de leur détention"    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants
Publié dans Albayane le 08 - 03 - 2021


Nabil El Bousaadi
C'est à croire que, pour la Tatmadaw, cette junte birmane de sinistre mémoire qui n'arrête pas de faire parler d'elle ces derniers temps, tous les moyens sont bons pour faire taire toutes les voix discordantes et notamment celles des journalistes qui ont de plus en plus de mal à exercer leur métier puisque, d'après «Reporter sans frontières», 26 d'entre eux ont été arrêtés, 10 sont encore en détention et qu'un grand nombre, dont deux employés de l'agence chinoise Xinhua, sont la cible permanente de tirs de balles en caoutchouc.
Dans une vidéo diffusée par le journaliste Kaung Myat Naing du média indépendant «Democratic Voice of Burma» sur son compte Facebook , peu après le couvre-feu de 20 heures du 1er mars dernier, et rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux, en ce moment où la junte birmane s'acharne à réprimer violemment tous les manifestants anti-coup d'Etat, on voit la police encercler la maison de l'intéressé et tirer en sa direction sans que l'on puisse, toutefois, déterminer s'il s'agit de balles réelles ou de balles en caoutchouc et on entend ce dernier crier «Aidez-moi, s'il vous plaît, j'ai été blessé à la tête (...) Si vous me tirez dessus comme çà, comment-voulez-vous que je descende?».
Un communiqué publié, quelques heures plus tard, sur le compte «Twitter» dudit journal, rapportera que la police a procédé à l'arrestation de Kaung Myat Naing et qu'elle a emmené celui-ci vers une destination inconnue.
Et si, par ailleurs, d'après les chiffres communiqués par l'ONU, au moins 54 personnes seraient mortes – dont 4 mineurs, d'après l'ONG «Save the children» – que plusieurs dizaines auraient été blessées et que plus de 1700 ont été arrêtées depuis le coup d'Etat du 1er Février dernier, le recours, par la Tatmadaw, à cette folie meurtrière est là pour confirmer que cette dernière reste fermement déterminée à éteindre, à n'importe quel prix, le vent de fronde qui souffle sur le pays sans craindre d'être tenue pour responsable de ses actes.
D'ailleurs, durant la seule journée de dimanche, 1.300 personnes ont été interpelées selon MRTV qui a, également, signalé que plus de 500 prisonniers ont été relâchés ce jour-là sans préciser, toutefois, s'il s'agit de détenus de droit commun emprisonnés avant le putsch du 1er Février ou de prisonniers politiques interpelés après le Coup d'Etat.
En outre, malgré l'important déploiement des forces de l'ordre, une foule très importante a participé, jeudi, à Mandalay dans le centre du pays, aux obsèques de Kyal Sin, cette jeune femme de 19 ans qui, après avoir été mortellement touchée la veille par un tir des forces de police, est devenue un symbole en Birmanie et une icône du mouvement de révolte anti-Coup d'Etat à telle enseigne que l'organe officiel du régime, le «Global New Light of Myanmar», a annoncé qu'une enquête aurait été ouverte pour déterminer les causes exactes de sa mort et qu'une photo circulant sur les réseaux sociaux, prise quelques instants avant sa mort, montre la jeune femme souriant et portant un t-shirt blanc sur lequel est écrit «Tout ira bien !». Elle avait tort, malheureusement, car tout a mal tourné pour elle et qu'elle en est arrivée jusqu'à perdre la vie.
Tout cela a fait que ce jeudi, les Etats-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions contre la Birmanie. Ainsi, le ministère américain du Commerce a signalé, dans un communiqué, avoir imposé de «nouvelles restrictions aux exportations» vers le pays et avoir inscrit, sur sa liste noire, les ministères birmans de la Défense et de l'Intérieur du fait de leur implication dans le coup d'Etat du 1er Février dernier ainsi que «deux entités commerciales détenues et gérées par le ministère de la Défense».
Mais si ces mesures sont venues s'ajouter aux sanctions financières déjà imposées par Washington aux chefs de la junte militaire responsable du Coup d'Etat ayant évincé Aung San Suu Kyi et son gouvernement, Pékin et Moscou, alliés traditionnels de l'armée birmane considèrent, de leur côté, que le putsch du 1er Février est «une affaire intérieure» dans laquelle l'ancienne dirigeante est visée par quatre chefs d'inculpation dont, principalement, l'«incitation à des troubles publics».
En donnant ainsi plus d'assurance à la junte birmane, le soutien qui lui est apporté par ces deux poids lourds que sont la Chine et de la Russie ne risque-t-il pas d'ajouter de l'huile sur le feu, de faire perdurer la crise et d'annihiler tous les espoirs de démocratisation du pays ? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.