Mais que veulent les caporaux généraux algériens ?    Le spectre d'une scission plane sur le parti d'Abderrahim Bouabid    Mort de l'ex-président algérien par intérim Abdelkader Bensalah : les condoléances du roi Mohammed VI    Le président de la FMPS appelle à l'ouverture urgente de salles de sport    Affaire Abdelwahab Belfkih : la thèse du suicide confirmée par une expertise    Eruptions volcaniques aux Canaries : Vrai ou faux risque Tsunamique sur le littoral Atlantique ?    Botola Pro D1 / MAS-FUS (1-1) : Un nul qui ne satisfait aucune partie    La faillite d'Evergrande fait planer l'ombre d'une nouvelle crise financière systémique    Nucléaire : Le Maroc pour des réponses efficaces aux menaces mondiales de la prolifération    Archéologie. Une nouvelle espèce de dinosaure découverte au Maroc    Rentrée culturelle de la FNM : la photographie artistique à l'honneur    Les Forces Royales Air s'entraînent sur des hélicoptères APACHE    Mohamed El Bouhmadi et Lamia Tazi élus à tête de la FMIIP    Covid-18 au Maroc : 1 620 nouveaux cas et 26 morts    Semaine de la Francophonie Scientifique: le Maroc participe à la 1ère édition    Guerre mondiale économique. Les Etats adoptent de nouvelles postures [Par Mehdi Hijaouy]    Sécurité alimentaire: défi majeur pour les dirigeants des entreprises agroalimentaires    Abdelouafi Laftit appelle au contrôle du compte administratif des collectivités territoriales avant la passation des pouvoirs    Quelque 800 migrants morts en route pour les Canaries en huit mois    World Benchmarking Alliance. Le Groupe OCP classé 4ème mondial    Le Maroc et l'Espagne évitent une tentative d'entrée de 400 immigrés    Promotion du sport : la MDJS innove    Festival : Ciné-Université fait son grand retour !    Sinopharm : Quatre millions de doses reçues ce vendredi    Soutenir les pme pour créer plus d'emplois    Le département d'etat Américain reçoit à Washington une délégation Marocaine de haut niveau    Sara Daif, vice-championne de l'arab reading challenge 2020    La Banque soutient la 2ème édition de l'appel à projets dédié à la création et la production du spectacle vivant    Mondiaux de cyclisme sur route: L'édition 2025 au Rwanda    Usage légal du cannabis : l'Agence nationale sur les rails    Botola Pro D1 : Ce vendredi, MAS-FUS mais surtout RCA-JSS en ouverture de la troisième journée    Une première africaine et arabe : Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de futsal    Raja de Casablanca-Jeunesse sportive Salmi, attraction de la 3ème journée    L'OMS recommande officiellement un troisième traitement contre le Covid-19    Agadir. Aziz Akhannouch élu président du conseil communal    Auto Hall. Un résultat net consolidé en forte hausse au premier semestre    Tramway Rabat-Salé: partenariat pour la mise en œuvre de solutions de performance énergétique    Rabat. Asmae Rhlalou élue à la tête du Conseil de la ville    Algérie: Quatre ans de prison pour atteinte au moral de l'armée !    Internet fixe : Orange, le plus "speed" au Maroc !    Projet d'attentat d'un groupe néonazi en France : cinq personnes en garde à vue    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Birmanie à l'heure de l'exacerbation des tensions...
Publié dans Albayane le 23 - 02 - 2021


Nabil El Bousaadi
En signant, le 1er Février dernier, son quatrième coup d'Etat en 63 ans, l'armée birmane était loin de se douter que celui-ci n'allait pas passer comme une lettre à la poste, comme ceux qui l'ont précédé, mais qu'il allait donner lieu à la plus forte mobilisation qu'ait connu le pays tout au long de ses 6 dernières décennies suite à l'intense campagne de désobéissance civile qui, cette fois-ci, a été lancée par le mouvement pro-démocratie.
C'est, en effet, par milliers que les birmans de tous âges ont investi, ce lundi, les rues des principales villes du pays en dépit du communiqué de la veille à travers lequel la junte militaire avait mis en garde les manifestants contre toute tentation d'inciter la population à « l'émeute et l'anarchie ».
Cette importante mobilisation est intervenue au lendemain de la journée la plus meurtrière qu'ait connu le pays depuis le coup d'Etat puisqu'elle s'est soldée ce samedi par le décès de deux personnes à Mandalay et d'une troisième à Rangoon ; toutes tombées sous les balles de la police.
La veille, c'est des milliers de birmans qui avaient participé, dans la périphérie de la capitale, aux funérailles de Mya Thwate Thwate Khaing, cette jeune épicière qui a rendu l'âme ce vendredi dix jours après avoir été blessée par balles à la tête et qui est devenue, ainsi, la première icône de la résistance anti-junte.
Trois semaines après le coup d'Etat, la mobilisation semble donc bien loin de s'essouffler et la campagne de désobéissance civile continue à perturber fortement le fonctionnement de l'Etat et de son économie. En effet, nonobstant l'important déploiement, dans la capitale, des camions de la police et de l'armée, ce lundi, les birmans sont sortis en masse pour dénoncer le coup d'Etat en brandissant des banderoles en soutien à Aung San Suu Kyi, l'ancienne cheffe du gouvernement civil tenue au secret depuis son arrestation le jour du putsch.
« Nous sommes ici, aujourd'hui, pour participer à la manifestation, pour nous battre jusqu'à ce que nous gagnions. Nous nous inquiétons de la répression mais nous continuerons. Nous sommes tellement en colère » a déclaré, la rage au ventre, Kyaw Kyaw, un étudiant de 23 ans qui ne manifeste aucune crainte à devoir affronter des forces de l'ordre armées jusqu'aux dents qui, si elles font usage bien souvent de balles en caoutchouc tirent, parfois à balles réelles tout en s'aidant de bombes lacrymogènes et de canons à eau.
Mais si, dès le 1er Février, le putsch de l'armée birmane a été dénoncé par de nombreuses chancelleries occidentales, l'escalade des tensions qui s'en est suivie a provoqué de nouvelles condamnations à telle enseigne que les ministres des Affaires étrangères de l'Union Européenne ont prévu de tenir une réunion ce lundi à l'effet de prendre, à l'encontre de la junte birmane, les sanctions qui s'imposent.
Raison pour laquelle après avoir rappelé que « malgré les manifestations illégales et les incitations aux troubles et à la violence, les autorités (birmanes) font preuve de la plus grande retenue en ayant recours le moins possible à la force pour faire face aux perturbations », le ministère birman des Affaires étrangères a estimé que ces dénonciations sont une « ingérence flagrante » dans ses affaires intérieures.
Il y a lieu de signaler, enfin, que selon une association d'aide aux prisonniers politiques, après son putsch, l'armée birmane a procédé à l'arrestation de 640 personnes parmi lesquelles des cheminots, des fonctionnaires et des employés de banques qui ont arrêté de travailler en réponse à l'appel à la désobéissance civile lancé par les pro-démocratie et par solidarité avec l'opposition à la junte.
Que dire donc pour terminer sinon qu'au vu de la détermination des uns et des autres, il semble bien que le bras-de-fer qui, cette fois-ci, oppose les birmans à leur armée soit fait pour durer. Alors, attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.