Israël intensifie ses raids à Gaza, vive inquiétude internationale    Ghalta, une erreur très cher payée... Dimanche à 22h45 (Bande-annonce)    Covid-19 au Maroc : 112 nouvelles contaminations, 6 décès    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 mai 2021 à 16H00    LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'économie marocaine, une des plus dynamiques à s'adapter aux contraintes de la crise
Publié dans Albayane le 11 - 04 - 2021

L'économie marocaine a été l'une des "plus dynamiques à s'ajuster et s'adapter face aux contraintes mais aussi aux opportunités" posées par la crise liée à la pandémie de nouveau coronavirus, a indiqué le Directeur du département MENA et Asie centrale du Fonds Monétaire international (FMI), Jihad Azour, relevant que le Royaume est aujourd'hui "l'un des pays les plus avancés dans la vaccination", dont le déploiement sera l'un des facteurs déterminants pour la reprise au niveau mondial.
S'exprimant dimanche lors d'un point de presse autour des dernières Perspectives de l'économie régionale établie par le FMI, M. Azour a rappelé que le Maroc a fait face l'an dernier "à deux chocs, pas un seul: la crise du Covid et la sécheresse qui a affecté l'économie marocaine et a produit une contraction de l'économie assez forte comparée aux années précédentes".
"Cette année, grâce aux mesures que le gouvernement a mis en place l'année dernière, à la fois les mesures sanitaires mais aussi les mesures fiscales et monétaires, le Maroc a réussi à reprendre le chemin de la croissance", a-t-il indiqué en réponse à une question de la MAP à Washington.
"Tant au niveau de la production, mais aussi au niveau social et bancaire, un certain nombre d'innovations ont permis d'améliorer la protection sociale en transférant à plus de 5 millions de familles à travers les applications bancaires le soutien du gouvernement", a notamment relevé le Directeur du département Moyen-Orient et Afrique du Nord du FMI.
Sur le front de la vaccination, un volet jugé "critique" pour la reprise, l'institution financière internationale considère le Maroc comme étant "l'un des pays les plus avancés".
"C'est le pays africain le plus avancé et dans la région MENA, si on exclut les pays producteurs de pétrole du Golfe, le Maroc est un des pays les plus avancés", a indiqué M. Azour.
Selon lui, "l'ensemble de ces actions ont permis au Maroc de renforcer sa croissance pour cette année et aussi se mettre sur une trajectoire meilleure pour l'avenir, pour la reprise de la croissance et pour bâtir une économie plus intégrée et plus forte économiquement".
Pour M. Azour, le Maroc a pris en compte deux leçons de cette crise: Premièrement, l'importance du social, le gouvernement ayant lancé un grand chantier de réforme du système de protection sociale, et développé une série de mécanismes de protection pour les plus vulnérables.
"En parallèle, la gestion de la politique monétaire et la politique de change par la banque centrale a permis aussi de renforcer cette stabilité, ce qui a permis au Maroc, après avoir tiré sur sa ligne de Précaution et de Liquidité (LPL) avec le Fonds, d'aller sur le marché avec une émission qui était très positive avec un soutien assez élevé de la part des investisseurs, ce qui a permis au Maroc aussi de renforcer ses niveaux de réserves", a poursuivi le responsable de l'institution monétaire internationale.
Interrogé sur les perspectives de partenariat avec le Maroc, M. Azour a parlé d'un "partenariat historique".
"Nous avons accompagné l'ensemble des réformes qui ont été mises en place par le Maroc au cours des dix dernières années. Nous continuons à travailler main dans la main avec le Maroc, à la fois sur les questions liées aux réformes, que ce soit sous forme de programmes, mais aussi sous forme d'assistance technique".
Et de rappeler, en conclusion, que les Réunions annuelles du Fonds monétaire et de la Banque mondiale auront lieu au Maroc l'année prochaine, "ce sera donc une occasion pour l'économie et la société marocaines de montrer leur capacité de résilience et leur potentiel de croissance".
Dans son dernier rapport semestriel sur les Perspectives de l'économie mondiale publié cette semaine, le Fonds monétaire international table, pour l'économie marocaine, sur un taux de croissance de 4,5% en 2021, et 3,9% pour 2022.
Au niveau régional, la croissance du PIB réel dans la région MENA devrait remonter à 4,0% en 2021, soit une amélioration de 0,9 point de pourcentage par rapport à octobre.
Dans ses perspectives au niveau régional, le FMI estime qu'un an après le début de la pandémie de coronavirus, le chemin vers la reprise économique en 2021 devrait être "long et différer d'un pays à l'autre".
"Les perspectives varieront considérablement en fonction de la trajectoire de la pandémie, du déploiement des vaccins, des fragilités sous-jacentes, de l'exposition au tourisme et aux secteurs à forte intensité de contacts, et enfin de la marge de manœuvre et des interventions gouvernementales", lit-on dans le document.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.