Attaque houthie aux Emirats Arabes Unis : Le Roi Mohammed VI s'entretient avec le Cheikh Mohamed Ben Zayed Al Nahyane    Attaque des Houthis: La communauté internationale soutient les Emirats arabes unis    Eliminatoires africaines du Mondial 2022 et de la CAN 2023 : La CAF confirme les dates des tirages au sort    Maroc-Gabon : Match de gala pour clôturer la phase de poules du groupe C    Covid-19: 130 établissements scolaires fermés durant la période du 10 au 15 janvier    A la galerie casablancaise A2 : Patrick Lowie et Bilal Faris exposent leurs sculptures oniriques avec «Agitateurs»    Maroc: 150 nouvelles salles de cinéma verront le jour    «Mémoires d'une esclave blanche, Mmi Bouja» de Fatma Chraibi à Casablanca    Le plaidoyer d'Abdennabaoui pour la numérisation et la justice efficiente    Stress hydrique : Nizar Baraka annonce un plan d'urgence de trois milliards de dirhams    SM le Roi reçoit les dix membres élus du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire    Hatim Aznak désigné au Conseil de la jeunesse arabe pour le changement climatique    Espagne : Le Roi Felipe VI souligne l'importance de redéfinir la relation avec le Maroc sur des "piliers plus solides"    SM le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Benzema, royal, porte le Real Madrid vers sa 12e Supercoupe d'Espagne    Cataclysme chez les Fennecs    Une nouvelle dynamique de coopération sectorielle    Fès: Session de formation sur l'éducation inclusive et l'autisme    OMS: Un milliard de doses de vaccin livrés via le programme Covax    Le redressement économique, talon d'Achille du gouvernement    Pêche. La valeur des produits commercialisés est en hausse en 2021    L'IGOC-2022 prend le pari d'accompagner la relance de l'économie nationale    Cinéma : Les salles de l'IF Maroc proposent une sélection des meilleurs films 2021-2022    Hamid Douieb expose ses œuvres récentes à Marrakech    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Wajih Hassan Ali Kassem    Maroc/Covid-19: 3.177 nouveaux cas et 18 décès ces dernières 24h    Fraude fiscale: ouverture du procès des anciens dirigeants de Wendel    Attijariwafa bank : les entreprises peuvent payer en masse leurs vignettes et taxes à l'essieu en ligne    Akhannouch a pris contact avec la Belge agressée à Agadir    Conseil de gouvernement jeudi prochain: ce qui est prévu    Chery très en pointe dans le segment des véhicules à mobilité propre    CAN 2021: le Gabon lourdement sanctionné par la CAF    Salah relance l'Egypte contre la Guinée-Bissau    France: la 5ème vague commence à décroître    Emirats : trois morts dans l'explosion d'un camion-citerne à Abou Dhabi    2M mag: Artisanat et art au programme de ce soir à 22h50    Une 3ème dose du vaccin AstraZeneca augmente la réponse contre les variants du Covid-19    Fémina étranger 2021 : Madame Hayat ou la femme empirique    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Akhannouch sur 2M et Al Aoula pour les 100 premiers jours du gouvernement    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Aujourd'hui, le Burkina Faso et le Cap Vert à la recherche d'une qualification face à l'Ethiopie et au Cameroun    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    Volkswagen va développer sa production de véhicules électriques en Chine    La Bourse de Paris rebondit légèrement à l'ouverture    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'économie marocaine, une des plus dynamiques à s'adapter aux contraintes de la crise
Publié dans Albayane le 11 - 04 - 2021

L'économie marocaine a été l'une des "plus dynamiques à s'ajuster et s'adapter face aux contraintes mais aussi aux opportunités" posées par la crise liée à la pandémie de nouveau coronavirus, a indiqué le Directeur du département MENA et Asie centrale du Fonds Monétaire international (FMI), Jihad Azour, relevant que le Royaume est aujourd'hui "l'un des pays les plus avancés dans la vaccination", dont le déploiement sera l'un des facteurs déterminants pour la reprise au niveau mondial.
S'exprimant dimanche lors d'un point de presse autour des dernières Perspectives de l'économie régionale établie par le FMI, M. Azour a rappelé que le Maroc a fait face l'an dernier "à deux chocs, pas un seul: la crise du Covid et la sécheresse qui a affecté l'économie marocaine et a produit une contraction de l'économie assez forte comparée aux années précédentes".
"Cette année, grâce aux mesures que le gouvernement a mis en place l'année dernière, à la fois les mesures sanitaires mais aussi les mesures fiscales et monétaires, le Maroc a réussi à reprendre le chemin de la croissance", a-t-il indiqué en réponse à une question de la MAP à Washington.
"Tant au niveau de la production, mais aussi au niveau social et bancaire, un certain nombre d'innovations ont permis d'améliorer la protection sociale en transférant à plus de 5 millions de familles à travers les applications bancaires le soutien du gouvernement", a notamment relevé le Directeur du département Moyen-Orient et Afrique du Nord du FMI.
Sur le front de la vaccination, un volet jugé "critique" pour la reprise, l'institution financière internationale considère le Maroc comme étant "l'un des pays les plus avancés".
"C'est le pays africain le plus avancé et dans la région MENA, si on exclut les pays producteurs de pétrole du Golfe, le Maroc est un des pays les plus avancés", a indiqué M. Azour.
Selon lui, "l'ensemble de ces actions ont permis au Maroc de renforcer sa croissance pour cette année et aussi se mettre sur une trajectoire meilleure pour l'avenir, pour la reprise de la croissance et pour bâtir une économie plus intégrée et plus forte économiquement".
Pour M. Azour, le Maroc a pris en compte deux leçons de cette crise: Premièrement, l'importance du social, le gouvernement ayant lancé un grand chantier de réforme du système de protection sociale, et développé une série de mécanismes de protection pour les plus vulnérables.
"En parallèle, la gestion de la politique monétaire et la politique de change par la banque centrale a permis aussi de renforcer cette stabilité, ce qui a permis au Maroc, après avoir tiré sur sa ligne de Précaution et de Liquidité (LPL) avec le Fonds, d'aller sur le marché avec une émission qui était très positive avec un soutien assez élevé de la part des investisseurs, ce qui a permis au Maroc aussi de renforcer ses niveaux de réserves", a poursuivi le responsable de l'institution monétaire internationale.
Interrogé sur les perspectives de partenariat avec le Maroc, M. Azour a parlé d'un "partenariat historique".
"Nous avons accompagné l'ensemble des réformes qui ont été mises en place par le Maroc au cours des dix dernières années. Nous continuons à travailler main dans la main avec le Maroc, à la fois sur les questions liées aux réformes, que ce soit sous forme de programmes, mais aussi sous forme d'assistance technique".
Et de rappeler, en conclusion, que les Réunions annuelles du Fonds monétaire et de la Banque mondiale auront lieu au Maroc l'année prochaine, "ce sera donc une occasion pour l'économie et la société marocaines de montrer leur capacité de résilience et leur potentiel de croissance".
Dans son dernier rapport semestriel sur les Perspectives de l'économie mondiale publié cette semaine, le Fonds monétaire international table, pour l'économie marocaine, sur un taux de croissance de 4,5% en 2021, et 3,9% pour 2022.
Au niveau régional, la croissance du PIB réel dans la région MENA devrait remonter à 4,0% en 2021, soit une amélioration de 0,9 point de pourcentage par rapport à octobre.
Dans ses perspectives au niveau régional, le FMI estime qu'un an après le début de la pandémie de coronavirus, le chemin vers la reprise économique en 2021 devrait être "long et différer d'un pays à l'autre".
"Les perspectives varieront considérablement en fonction de la trajectoire de la pandémie, du déploiement des vaccins, des fragilités sous-jacentes, de l'exposition au tourisme et aux secteurs à forte intensité de contacts, et enfin de la marge de manœuvre et des interventions gouvernementales", lit-on dans le document.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.