Affaire Brahim Ghali: ce qu'a dit Ouahbi au journal espagnol La Razon    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce samedi 15 mai (Maroc/Covid-19)    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Climat: l'éducation à l'environnement au coeur des préoccupations de l'Unesco    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    VIDEO// Invitée du JT Info Soir, Sofia Mestari dévoile les détails de son nouvel album en préparation    Prison d'Ain Sebaa 1: Soulaimane Raissouni a refusé de contacter sa famille à deux reprises    FA Cup : Hakim Ziyech et Chelsea battus en finale par Leicester    1/4 de finale de la Coupe de la CAF: Le Raja « fin prêt » pour arracher la victoire devant Orlando Pirates    L'ambassadeur de Palestine au Maroc remercie le Roi pour son soutien à la cause palestinienne    L'ambassadeur de Palestine au Maroc salue le soutien constant de SM le Roi à la cause palestinienne    Israël intensifie ses raids à Gaza, vive inquiétude internationale    La finale de la Ligue des champions africaine au Maroc    Ghalta, une erreur très cher payée... Dimanche à 22h45 (Bande-annonce)    Melkisation de terres collectives dans les périmètres d'irrigation du Gharb et du Haouz: MCA-Morocco et le CAM se mobilisent pour l'éducation financière    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Météo: le temps prévu ce samedi 15 mai au Maroc    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Casablanca: la Marine Royale célèbre le 65-ème anniversaire de la création des FAR    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sarah & Ismael: quand la passion guide!
Publié dans Albayane le 18 - 04 - 2021

Ils sont jeunes, amoureux et passionnés de la musique et des rythmes amazighs. Sarah et Ismael, un duo connu sur les réseaux sociaux pour ses nombreuses reprises des ténors de la chanson amazighe. Entre autres, Lhaj Belaid, Raiss Hmad Bizmawn, Rayss Mohamed Outhanwt, qui essayent depuis Shanghai de mettre un grain de beauté dans le paysage musical amazigh en particulier et marocain en général. Pour y parvenir, le duo préfère des arrangements tels que le Jazz, la Soul, le Funk, la pop...
«Nous essayons derevivre ces chansons et de les interpréter à notre manière ; selon notre perspective musicale tout en essayant de garder le feeling et l'âme poétique de l'auteur », explique Sarah dans cet entretien accordé à Al Bayane.
Al Bayane : De prime abord, parler nous un peu de votre duo. Comment a-t-il été créé ? Et comment définissez-vous votre style musical ?
Sarah : Depuis notre première rencontre, Sarah et Ismael a toujours été un projet, mais qui s'est concrétisé il y a 2 ans quand Ismael m'a rejoint à Shanghai. Pour ce qui est de notre style musical, il dépend en fait de l'inspiration du moment. Généralement, on préfère des arrangements : Jazz, Soul, Funk, Celtic, Sephardic, pop... Or, nous sommes particulièrement intéressés par la musique amazighe.
Vous avez fait plusieurs reprises de chansons puisées dans le répertoire musical amazigh entre autres «Ahbibino adik nmun», «Anzar», «Ahayli» de Raiss Hmad Bizmawn, «Isntak Mafodengh Lkhatri» du groupe Oudaden, «Zayd Azzaman» de Rayss Mohamed Outhanwt, «Taliwin» de Lhaj Belaid, «Immi Henné» du groupe Izenzaren. Pourquoi cet intérêt assez particulier pour la chanson amazighe ?
L'intérêt pour la chanson amazighe est très naturel vu que je suis amazighe. Car, j'ai grandi et a été entourée aussi de Vynils et de cassettes des Rwayes. En fait, cet intérêt et amour pour la culture et la musique amazighes m'ont été transmises par mes parents et grands-parents. Il va sans dire également que c'est une passion que j'ai transmise par la suite à Ismael qui été partant pour le projet de reprise des morceaux et titres amazighs.
Que représente la poésie amazighe pour vous ?
Je pense que la langue amazighe est une langue de littérature et de poésie. En effet, les poètes ou encore les Rwayes font à la fois le métier de chroniqueur et de messager véhiculant des lettres de noblesse et des messages. A vrai dire, on est continuellement en quête d'apprendre et de lire sur cette culture ancestrale, authentique et originelle. Nous sommes, en outre, contents de voir des jeunes auteurs et poètes amazighs, issus du Maroc et de l'Algérie, qui suivent de près les pas de nos ancêtres.
Vous avez «réécrit» la chanson «Wad itmoudoun» du groupe «Izenzaren». A votre avis, est-il indispensable de réécrire musicalement, si nous n'osons dire, la chanson amazighe afin de lui donner plus de visibilité dans les quatre coins du monde?
Il n'est pas indispensable de réécrire musicalement ou de réarranger les chansons amazighes. Quant à nous, on part de l'idée que ces morceaux qui ont été interprétés par leurs propres chanteurs demeurent originaux et singuliers. Certes, quoi qu'on fasse, on ne pourrait jamais leurs rendre justice de la même façon. Ce qui est important pour nous, c'est de revivre ces chansons et de les interpréter à notre manière, et selon notre perspective musicale tout en essayant de garder le feeling et l'âme poétique de l'auteur. C'est essentiel!
«Amoudou», une chanson que vous avez écrite en 2020. D'où inspirez-vous vos textes et chansons? Est-ce qu'il y a des chanteurs, poètes qui ont influencé votre manière d'écrire et de chanter?
«Amoudou» a été écrite en 2018. C'est une chanson qu'on jouait souvent à Shanghai avec des versions différentes.
Par ailleurs, ce morceau a été écrit en une seule journée en pleine répétition pour un festival. En fait, c'est un sujet qui nous touche beaucoup. Toutefois, je me suis rendue compte que ma passion pour le voyage et le rêve de nomadisme sont en moi parce que je suis amazighe. «Amoudou» raconte le voyage des nomades amazighs. Et l'influence principale est venue du Mali et de la musique Touareg, plus particulièrement.
La chanson amazighe a beaucoup souffert de ce regard folklorique. Aujourd'hui, les choses ont changé avec des jeunes artistes amazigh (e)s porteurs de nouveaux projets artistiques, tous styles confondus, dépassant les frontières. Qu'en pensez-vous ?
On est tellement contents que la scène artistique amazighe regorge de talents représentant les différentes régions et expressions musicales venues du Rif en passant le Souss, la Kabylie, Touareg...
C'est un constat ! Cette richesse et variété vont certainement contribuer à faire connaître la culture et la langue amazighes à l'international afin de donner plus de visibilité à notre Histoire.
Quels sont vos projets artistiques à venir ?
À travers les reprises que nous avons faites, nous comptons faire une tournée en ligne dans la terre de Tamazgha, mais aussi et surtout chercher des morceaux anciens à interpréter. En outre, nous sommes en train de travailler sur les autres morceaux de l'album «Amoudou» qui sortiront au long de l'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.