Affaire Pegasus : « 2M » déconstruit la manipulation des leaks    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Le Maroc, « partenaire solide » sur lequel peuvent compter la France et l'Europe    Casablanca-Settat : perturbations de l'approvisionnement en eau potable dans certains quartiers    Revue de presse quotidienne de ce jeudi 27 janvier 2022    Représentant 6% du PIB : Un déficit budgétaire de près de 71 milliards de dirhams à fin 2021    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les marchés actions troublés après la Fed    Le Canada prolonge sa mission de formation militaire en Ukraine    La CAF suspend le stade d'Olembé après une bousculade meurtrière    Le Sénégal passe en quarts face à des Capverdiens réduits à neuf    Météo : fortes averses attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    Covid-19: Moderna entame les essais d'un rappel de vaccin anti-Omicron    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    400 ans de Molière : Le Maroc présent à Versailles à travers l'œuvre de Tayeb Saddiki    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    CAN 2021: voici le programme des quarts de finale    Premier League/Covid: plus de report de matchs sans au moins 4 cas positifs    La Corée du Nord effectue son sixième essai de missiles en 2022, selon Séoul    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    Khouribga : Report au 28 mai prochain de la 22ème édition du Festival International du Cinéma Africain    Lutte contre le changement climatique : L'ONU salue le leadership du Maroc    Météo Maroc: les températures prévues pour ce jeudi    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 27 janvier    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Glencore et Managem : un partenariat pour produire du cobalt à partir de batteries recyclées    Province de Taroudant : visite de projets agroalimentaires et de développement agricole et rural    Auto: Mini veut convertir ses modèles historiques à l'électrique    CAN 2021: la CAF change le lieu et l'horaire de Maroc-Egypte    L'ambassade américaine à Kiev appelle ses ressortissants à « quitter le pays sans tarder »    Sahara : Des avions Mirage et F-16 des FAR bombardent des positions du Polisario    UA : Le Maroc réitère son attachement à la solidarité africaine pour éradiquer la pandémie de la COVID-19    L'Agence Bayt Mal Al Qods approuve une série de projets de développement à Al Qods pour 1 million USD    Chutes de neige et averses au Royaume ce jeudi 27 janvier    L'espoir s'amenuise pour retrouver des migrants ayant chaviré au large de la Floride    CAN 2021 : Les Lions de l'Atlas se sont entrainés sans Nayef Aguerd    Après la France, le siège du Parlement andalou accueille une réunion de soutien au Polisario    Le PAM, membre du gouvernement, plaide pour la réouverture des frontières    Casablanca : Report de l'audience d'un universitaire soupçonné de harcèlement sexuel    Covid-19 : l'Autriche met fin au confinement des non-vaccinés    CAN 2021 : Vahid Halilhodzic et son arme dernière génération, Achraf Hakimi    "أحسن Pâtissier": La saison II est lancée, (re) vivez le Premier prime en Replay    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kigali et Paris prêts à ouvrir un «nouveau chapitre»
Publié dans Albayane le 20 - 04 - 2021


Après un rapport rwandais sur le génocide
Paris et Kigali ont de concert envisagé lundi un « nouveau chapitre » de leurs relations compliquées, après la publication d'un rapport commandé par les autorités rwandaises qui conclut à « une lourde responsabilité » française dans le génocide des Tutsi en 1994, sans toutefois accuser la France de complicité.
Cette enquête de près de 600 pages, commandée en 2017 par le Rwanda au cabinet d'avocats américain Levy Firestone Muse, qualifie la France de « collaborateur indispensable » du régime hutu qui a orchestré le massacre en trois mois de plus de 800.000 personnes, essentiellement au sein de la minorité tutsi, selon les chiffres de l'ONU.
Le rapport rejette aussi l'idée que Paris était « aveugle » face au génocide « prévisible » qui se préparait, comme l'a récemment estimé une commission d'historiens français dirigée par Vincent Duclert, laquelle a toutefois dénoncé des responsabilités « lourdes et accablantes » de la France dans la tragédie.
Selon les auteurs du rapport, qui ont étudié plusieurs millions de pages de documents et interviewé plus de 250 témoins, la France alors présidée par François Mitterrand savait qu'un génocide se préparait mais a continué à apporter « un soutien indéfectible » au régime hutu du président Juvénal Habyarimana, même lorsque ses intentions génocidaires « étaient devenues patentes ».
Le génocide a débuté le 7 avril 1994, au lendemain de l'attentat contre l'avion du président Habyarimana, abattu au dessus de Kigali. En quelques heures, des milices hutu ont commencé à tuer des Tutsi et des Hutu modérés, à grande échelle et avec une brutalité extrêmes.
Le rôle de la France dans le génocide au Rwanda reste un sujet explosif depuis plus de 25 ans et empoisonne les relations entre Paris et Kigali, où Paul Kagame, ancien chef de la rébellion majoritairement tutsi du Front patriotique rwandais (FPR), est au pouvoir depuis que celle-ci a mis fin au génocide en renversant le régime hutu.
Or si l'enquête publiée lundi conclut que « l'Etat français porte une lourde responsabilité pour avoir rendu possible un génocide prévisible », elle n'a pu établir de preuves de complicité française dans les tueries qui se sont déroulées entre avril et juillet 1994.
« Je pense que la France n'a pas participé à la planification du génocide et que les Français n'ont pas participé aux tueries et aux exactions », a réagi le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, dans un entretien au quotidien français Le Monde, en assurant que « le gouvernement rwandais ne portera pas cette question devant une cour ».
Kigali a dans le passé à plusieurs reprises accusé la France de complicité dans le génocide des Tutsi. En 2014, le président Kagame avait dénonce le « rôle direct » de la France « dans la préparation politique du génocide » et sa « participation (…) à son exécution même ».
Pour le chef de la diplomatie rwandaise, la publication de ce rapport va « contribuer à la réconciliation entre la France et le Rwanda ».
Tout en relevant la « qualité exceptionnelle » du rappport Muse, le gouvernement rwandais a aussi salué dans un communiqué « les initiatives positives entreprises par le gouvernement français sous la direction du président Emmanuel Macron » et « la perspective d'un nouveau chapitre dans les relations » entre les deux pays.
La présidence française a de son côté salué « la volonté exprimée par autorités rwandaises d'écrire une histoire partagée et de se projeter dans un avenir commun » et annoncé la venue à Paris le 18 mai du président Kagamé dans le cadre d'un sommet sur le financement des économies africaines. Emmanuel Macron a quant à lui l'intention de « se rendre au Rwanda cette année ».
Les rapports Duclert et Muse « donnent lieu à des conclusions qui ne sont pas les mêmes mais ont le point commun de bouger les lignes et d'ouvrir un espace politique nouveau », s'est félicitée la présidence française, en notant que « le rapport Duclert écarte la notion de complicité de génocide et les autorités rwandaises ne la retiennent pas non plus ».
Alors que le rapport Muse accuse la France d'avoir mené ces 25 dernières années « une opération de camouflage afin d'enterrer son passé au Rwanda », Paris a annoncé le 7 avril dernier l'ouverture au grand public d'importantes archives, notamment celles de M. Mitterrand, 27 ans jour pour jour après le début du génocide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.