Soutien renouvelé et élargi en faveur de l'intégrité territoriale du Maroc    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    La CSMD consulte les partis pour développer une vision commune    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Affaires Radi-Raissouni : devant un parterre de personnalités diplomatiques, Aïcha Guellaa dénonce les pressions et les interférences    Libye: Washington exige le retrait des forces étrangères, avant un sommet international    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    Audi Q2 . La version restylée débute sa carrière au Maroc    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Managem/Guinée: Démarrage de la mine d'or de tri-K    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Publication de l'arrêté portant organisation de l'année scolaire 2021/2022    Lancement des célébrations du centenaire de la présence diplomatique suisse au Maroc    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Production de sacs en plastique: Saisie de plus de 18 tonnes dans une usine clandestine à Nouaceur    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Un vol de Ryanair decolle sans ses passagers marocains    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    Mali: six ans plus tard, les accords d'Alger en échec    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»
Publié dans Albayane le 16 - 05 - 2021

Bouhcine/Hamouche: Interview croisée autour du théâtre national
Propos recueillis par Nadia El Hachimi (MAP)
A l' occasion de la journée nationale du théâtre, célébrée le 14 mai de chaque année, la MAP a mis en scène deux interlocuteurs du monde des planches pour livrer des perceptions complémentaires autour des réalités du secteur et des défis inhérents au prolongement de la crise mondiale liée à la Covid-19. Il s'agit de Messaoud Bouhcine, président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques, et de Hassan Hammouche, président de la Fédération Marocaine des Troupes du Théâtre Professionnel. Ces deux acteurs de la scène théâtrale sont unanimes quant à la nécessité de soutenir les professionnels en ces temps d'incertitude et d'engager des réformes structurelles au niveau du secteur de la culture dans son ensemble.
Le théâtre célèbre sa journée nationale pour la deuxième année consécutive dans un contexte de pandémie. Quelles sont les principales répercussions de cette situation sur le secteur?
Bouhcine: La pandémie a aggravé les conditions sociales d'une large frange de professionnels du théâtre, qui n'ont pas pu être assimilés dans le secteur du cinéma et de la télévision. Au volet culturel, elle a gelé l'activité culturelle et artistique, privant les professionnels des arts vivants, notamment du théâtre, de leur métier.
Aussi, le théâtre national a enregistré jusqu'à 2018 une évolution considérable avec l'apparition de nouveaux artistes et de projets culturels diversifiés. L'on s'attendait à davantage de progrès mais cette dynamique s'est transformée en récession en raison de la pandémie!
Hammouche : La conjoncture sanitaire mondiale est devenue alarmante voire tragique, si bien qu'elle a mis à nu la fragilité de certains secteurs, dont le secteur culturel qui était déjà en difficulté avant le début de la pandémie. Beaucoup d'artistes ont malheureusement dû se tourner vers d'autres activités pour subvenir à leurs besoins. En dépit de quelques modestes initiatives, la situation s'aggrave de jour en jour.
Au mois de mars, les professionnels du théâtre ont célébré en demi-teinte la journée mondiale du père des arts et c'est encore le cas aujourd'hui en raison de la fermeture des salles de spectacle. En l'absence d'une vision et d'une stratégie pour traiter les problèmes du secteur, nous vivrons avec amertume la journée nationale du théâtre de cette année, voire de l'année prochaine.
Que faire pour préserver le théâtre et ses professionnels des effets de la récession dictée par le gel des activités culturelles au Maroc et ailleurs ?
Bouhcine: La meilleure manière de gérer des crises est de les exploiter à bon escient. La pandémie doit être vue en tant qu'avantage plutôt qu'un obstacle et un facteur de stagnation. Le théâtre est un processus de création. Donc, l'arrêt imposé par la pandémie est une opportunité pour se focaliser sur la préparation des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle.
D'un côté, cela permettra aux professionnels de travailler de manière collective et de contribuer à l'enrichissement du répertoire national aussi bien au niveau qualitatif et quantitatif. De l'autre côté, il s'agit également d'engager une réflexion autour des lois et régulations à mettre en œuvre dans la phase post-covid pour promouvoir le secteur des arts vivants dans son ensemble.
Hammouche: Nous défendons la nécessité d'une volonté politique pour engager des réformes structurelles basées principalement sur le redressement et l'évaluation. Il faut sortir du concept étroit présentant le théâtre comme un simple acte d'animation. Il s'agit plutôt d'un acte de création participatif contribuant à l'ancrage des valeurs au sein de la société. C'est un capital réel et important qui fait tourner la roue de l'économie.
La créativité ne doit pas être contemplée de la périphérie de la politique mais plutôt de la perspective de ce qu'elle apporte à la Nation.
Peut-on parler d'une jeunesse capable de porter le flambeau pour l'après-Covid?
Bouhcine : Depuis toujours, le théâtre national se caractérise par le fait que la majorité des artistes évoluent au sein de petites structures et par le fait qu'il est financé par le secteur public ou par sponsoring privé. Cette situation n'exclut pas la diversité de ses forces vives et la forte créativité qui caractérise ce secteur. Il n'y a pas d'inquiétude pour la relève, au contraire de belles choses sont en perspective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.