Selon « Enjeux stratégiques », la communauté mondiale condamne fermement l'enrôlement d'enfants soldats par le polisario    Témara : Coup d'envoi d'un projet sur le renforcement des capacités des femmes    CAN. Lions de l'Atlas: Bounou de retour, Fajr et Hakimi toujours absents    Coronavirus/Maroc : 88 nouveaux cas admis en REA en 24H    Le Maroc réitère sa solidarité totale avec les Emirats Arabes Unis suite à l'attaque des Houthis contre Abou Dhabi    Climat : Des jeunes leaders marocains à l'honneur dans le cadre d'une campagne lancée par l'ONU    Mali: Un militaire français tué dans une attaque contre un camp de l'opération Barkhane à Gao    Essaouira : Le programme complémentaire de réhabilitation de Mogador, objet d'une visite ministérielle    Crise ukrainienne : Evacuation des familles du personnel de l'ambassade US en Ukraine    Images animées : Après 35 ans de gloire, le GIF est ringardisé    Italie: Berlusconi renonce à briguer la présidence    Alger au fond de l'isolement!    Cameroun: Au moins 16 morts dans un incendie "accidentel" dans une discothèque de Yaoundé    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Omicron : Voici la partie du corps où le variant frappe en premier    Le Maroc, premier pays de destination de l'émigration française en Afrique    Eliminatoires Mondial Costa Rica : Les sélections féminines marocaine et sénégalaise font match nul    Club des Avocats au Maroc : Plainte déposée contre Hafid Derradji    Tayeb Hamdi : Le sous variant BA.2 d'Omicron nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Covid: Record quotidien d'infections en Russie pour le troisième jour consécutif    Le lac Aguelmam Azegza près de Khénifra accueille la 5e édition du «Ice Swim in Morocco»    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Températures prévues pour le lundi 24 janvier 2022    Casablanca : Le centre de santé Oum Keltoum-Al Walaa inauguré    Remontada spectaculaire des Rojiblancos face à Valence    BAM: Les indicateurs hebdomadaires en 5 points clés    Halilhodžić : le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50    CAN 2021 : 12 cas positifs au Covid-19 dans la sélection des Comores    Covid-19: Pékin dépiste un quartier entier, à deux semaines des JO-2022    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Togo. La charte des partis politiques change    Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Sahara. Guterres: « Il est dans l'intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes ce différend »    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'envoyé spécial ouest-africain face à la nouvelle donne à Bamako
Publié dans Albayane le 08 - 06 - 2021

Les Etats ouest-africains dépêchent leur émissaire mardi à Bamako où celui-ci devrait évaluer si les assurances données par le nouveau président de transition, le colonel Assimi Goïta, suffisent à satisfaire leurs exigences quant à un retour des civils au pouvoir après deux coups d'Etat.
Le médiateur de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) dans la crise politique malienne, Goodluck Jonathan, est attendu en début d'après-midi à Bamako, a-t-on appris de source diplomatique.
Il arrive au lendemain de la prestation de serment qui parachève l'ascension du colonel Goïta d'officier inconnu à chef de l'Etat pendant une période transitoire censée ramener les civils à la direction de ce pays pris dans une tourmente sécuritaire et politique depuis près de dix ans.
Invoquant la gravité de la situation, Assimi Goïta et les colonels ont conduit deux putsch, le 18 août 2020 pour renverser le président Ibrahim Boubacar Keïta; le 24 mai dernier pour évincer le président et le Premier ministre de transition et prendre de facto la tête de l'Etat.
Les principaux partenaires du Mali, Cédéao, France, ONU, inquiets de la stabilité de ce pays crucial face à la propagation jihadiste et les autres maux qui éprouvent le Sahel, ont condamné ce deuxième coup de force en neuf mois.
La Cédéao, suivie par l'Union africaine et l'Organisation de la Francophonie, a suspendu le Mali de ses institutions.
Les dirigeants de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire le 30 mai ont exigé la nomination « immédiate d'un Premier ministre civil » et affirmé la nécessité que la période de transition reste limitée à 18 mois comme les militaires s'y étaient engagés de mauvaise grâce après le putsch d'août 2020. Ils ont déclaré que la présidentielle devait être maintenue « à tout prix » au 27 février 2022.
La France, après huit années de coopération étroite contre les jihadistes, a suspendu les opérations militaires conjointes, un coup dur pour l'armée malienne sous-équipée et sous-entraînée.
La Cédéao avait décidé de renvoyer son médiateur au Mali sous quelques jours « pour oeuvrer avec les parties prenantes à l'application (des) décisions » du sommet.
Le précédent déplacement de Goodluck Jonathan, le lendemain de l'arrestation des dirigeants civils de transition, avait pris mauvaise tournure.
Les partenaires du Mali avaient préalablement rejeté « par avance tout acte imposé par la contrainte, y compris des démissions forcées ». Mais quand la délégation de la Cédéao avait rencontré le président et le Premier ministre arrêtés, elle avait été confrontée au fait accompli de ce qui lui avait été présenté comme leur démission.
L'envoyé de la Cédéao était reparti discrètement.
Le colonel Goïta s'est ensuite fait déclarer président par la Cour constitutionnelle et investir par la Cour suprême, un état de fait que la communauté internationale semble avoir acté après avoir tenté de l'empêcher à la suite du premier putsch.
Lundi, le colonel Goïta a paru vouloir donner des gages, quant à la tenue des élections le 27 février 2022 comme prévu, mais aussi quant à la mise en oeuvre de l'important accord de paix signé en 2015 par le gouvernement, une coalition de groupes armés pro-Bamako et une alliance composée essentiellement d'anciens groupes armés indépendantistes touareg et nationalistes arabes entrés en rébellion en 2012.
« Le Mali va honorer l'ensemble de ses engagements », a assuré le colonel Goïta.
Sitôt investi, il a nommé, comme l'exigeaient les partenaires du Mali, un Premier ministre civil, en la personne de Choguel Kokalla Maïga, vétéran de la politique et figure du mouvement dit du 5-Juin (M5). Ce collectif avait mené la contestation contre le président Keïta en 2020.
M. Maïga a mené lundi soir des consultations pour former un gouvernement. Les partenaires du Mali réclament qu'il soit « inclusif », préoccupés que les querelles intérieures, dans un climat tendu, ne sapent son action.
Outre le M5, les principaux partis ont fait acte de soutien, comme l'Union pour la république et la démocratie, ou d'ouverture, comme le Rassemblement pour le Mali, de l'ancien président Keïta. La coordination des sympathisants de l'influent imam conservateur Mahmoud Dicko a « pris acte » des nouvelles réalités à Bamako.
Les dirigeants de la Cédéao doivent se réunir à nouveau en session ordinaire le 19 juin au Ghana.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.