Programme Spark : Huawei veut développer l'excellence des startups marocaines    Belgique : Emeutes à Bruxelles après le match contre le Maroc    Mondial-2022 : La Croatie s'impose face au Canada (4 buts à 1)    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'envoyé spécial ouest-africain face à la nouvelle donne à Bamako
Publié dans Albayane le 08 - 06 - 2021

Les Etats ouest-africains dépêchent leur émissaire mardi à Bamako où celui-ci devrait évaluer si les assurances données par le nouveau président de transition, le colonel Assimi Goïta, suffisent à satisfaire leurs exigences quant à un retour des civils au pouvoir après deux coups d'Etat.
Le médiateur de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) dans la crise politique malienne, Goodluck Jonathan, est attendu en début d'après-midi à Bamako, a-t-on appris de source diplomatique.
Il arrive au lendemain de la prestation de serment qui parachève l'ascension du colonel Goïta d'officier inconnu à chef de l'Etat pendant une période transitoire censée ramener les civils à la direction de ce pays pris dans une tourmente sécuritaire et politique depuis près de dix ans.
Invoquant la gravité de la situation, Assimi Goïta et les colonels ont conduit deux putsch, le 18 août 2020 pour renverser le président Ibrahim Boubacar Keïta; le 24 mai dernier pour évincer le président et le Premier ministre de transition et prendre de facto la tête de l'Etat.
Les principaux partenaires du Mali, Cédéao, France, ONU, inquiets de la stabilité de ce pays crucial face à la propagation jihadiste et les autres maux qui éprouvent le Sahel, ont condamné ce deuxième coup de force en neuf mois.
La Cédéao, suivie par l'Union africaine et l'Organisation de la Francophonie, a suspendu le Mali de ses institutions.
Les dirigeants de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire le 30 mai ont exigé la nomination « immédiate d'un Premier ministre civil » et affirmé la nécessité que la période de transition reste limitée à 18 mois comme les militaires s'y étaient engagés de mauvaise grâce après le putsch d'août 2020. Ils ont déclaré que la présidentielle devait être maintenue « à tout prix » au 27 février 2022.
La France, après huit années de coopération étroite contre les jihadistes, a suspendu les opérations militaires conjointes, un coup dur pour l'armée malienne sous-équipée et sous-entraînée.
La Cédéao avait décidé de renvoyer son médiateur au Mali sous quelques jours « pour oeuvrer avec les parties prenantes à l'application (des) décisions » du sommet.
Le précédent déplacement de Goodluck Jonathan, le lendemain de l'arrestation des dirigeants civils de transition, avait pris mauvaise tournure.
Les partenaires du Mali avaient préalablement rejeté « par avance tout acte imposé par la contrainte, y compris des démissions forcées ». Mais quand la délégation de la Cédéao avait rencontré le président et le Premier ministre arrêtés, elle avait été confrontée au fait accompli de ce qui lui avait été présenté comme leur démission.
L'envoyé de la Cédéao était reparti discrètement.
Le colonel Goïta s'est ensuite fait déclarer président par la Cour constitutionnelle et investir par la Cour suprême, un état de fait que la communauté internationale semble avoir acté après avoir tenté de l'empêcher à la suite du premier putsch.
Lundi, le colonel Goïta a paru vouloir donner des gages, quant à la tenue des élections le 27 février 2022 comme prévu, mais aussi quant à la mise en oeuvre de l'important accord de paix signé en 2015 par le gouvernement, une coalition de groupes armés pro-Bamako et une alliance composée essentiellement d'anciens groupes armés indépendantistes touareg et nationalistes arabes entrés en rébellion en 2012.
« Le Mali va honorer l'ensemble de ses engagements », a assuré le colonel Goïta.
Sitôt investi, il a nommé, comme l'exigeaient les partenaires du Mali, un Premier ministre civil, en la personne de Choguel Kokalla Maïga, vétéran de la politique et figure du mouvement dit du 5-Juin (M5). Ce collectif avait mené la contestation contre le président Keïta en 2020.
M. Maïga a mené lundi soir des consultations pour former un gouvernement. Les partenaires du Mali réclament qu'il soit « inclusif », préoccupés que les querelles intérieures, dans un climat tendu, ne sapent son action.
Outre le M5, les principaux partis ont fait acte de soutien, comme l'Union pour la république et la démocratie, ou d'ouverture, comme le Rassemblement pour le Mali, de l'ancien président Keïta. La coordination des sympathisants de l'influent imam conservateur Mahmoud Dicko a « pris acte » des nouvelles réalités à Bamako.
Les dirigeants de la Cédéao doivent se réunir à nouveau en session ordinaire le 19 juin au Ghana.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.