3 projets de décret adoptés en conseil de gouvernement    Rabat : Remise des prix aux meilleurs projets écoresponsables du concours Climtna    Forum international des fonds souverains : Le Maroc préside le Conseil d'administration    ANP : Emission d'un emprunt obligataire par placement privé de 950 MDH    Le patrimoine automobile indécent d'Omar Azaitar    Tourisme : la ministre dévoile la répartition du plan sauvetage de 2 Mds de DH    Syrie: Six morts et 30 blessés dans un bombardement au nord    Accusations de chantage: Boris Johnson dit n'avoir « vu aucune preuve »    Casablanca: Ouverture d'une enquête judiciaire contre un propriétaire de café pour consommation de chicha sans autorisation et tentative de corruption    Affaire de cryptomonnaie, d'enlèvement et de séquestration: Saisie de plus de 10 millions DH supplémentaires    Covid : le gouvernement français dévoile le calendrier de « levée progressive » des mesures restrictives    Immigration illégale et traite d'êtres humains : Démantèlement à Tan-Tan d'un réseau criminel    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Achraf Hakimi dans l'équipe de l'année d'EA Sports    Les prix des fruits et légumes ont bondi de 9% en France entre 2019 et 2021, selon Familles rurales    USA: Suspendus à cause de la 5G, Emirates reprend « temporairement » ses vols    IPC et inflation sous-jacente : progression de 1,4% et de 1,7% en 2021    Carrefour diplomatique: à Rabat, rencontre sur l'investissement    Météo Maroc: temps assez froid ce vendredi 21 janvier    Covid-19: Gestion des cas contact et pic épidémique.. Le point avec un spécialiste    Industrie aéronautique marocaine : Décollage imminent    La Bourse de Paris perd 1,47% à 7.088,44 points à l'ouverture    Léger recul des homicides au Mexique, toujours miné par la violence    Bourita s'entretient avec son homologue malien    Russes et Américains se parlent à Genève pour tenter de désamorcer la crise ukrainienne    Sekkouri: Le programme "Awrach" reflète l'engagement du gouvernement à soutenir les piliers de l'Etat social    CAN 2021: Programme des 8ès de finale    Covid-19: chute du nombre de cas en Afrique, la 4e vague reflue (OMS)    Les Pharaons s'imposent sur le fil    Hachem Bastaoui a-t-il réellement mis fin à sa carrière ? Son frère Oussama brise le silence    CAN 2021 : Les Fennecs éliminés par les Eléphants    M. Bourita s'entretient avec son homologue malien    La Russie s'emporte contre les menaces américaines    NourAyadi, la pianiste qui évolue dans la cour des grands    Adonis le spirituel dissident !    Audience des chaînes nationales : que regardent les marocains ?    Covid-19 : 9 061 nouveaux cas, plus de quatre millions de personnes ont reçu les trois doses    Service militaire : L'annonce du ministre de l'Intérieur    La FIFA annonce une nouvelle réglementation pour les prêts    Un récif corallien très rare découvert près de Tahiti par une mission de l'UNESCO    Barça à Dembélé : '' On ne veut plus de vous M. Dembélé. Partez dès cet hiver SVP !''    Les efforts de SM le Roi en faveur de la question palestinienne mis en avant devant le Conseil de sécurité    Après une année à la Maison Blanche, Biden évoque de nombreux « défis » et « d'importants progrès »    Largement touchée par le Covid : Mission difficile pour la Tunisie face à la Gambie    Patrimoine : Rabat et Washington unis pour préserver les mosaïques historiques de Volubilis    Akhannouch , Inshallah pour un gouvernement de résultats    CAN 2021 / Programme de ce jeudi : La Tunisie se présente avec seulement 16 joueurs !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'identité dans le nouveau roman de Mohamed Ouissaden
Publié dans Albayane le 24 - 08 - 2021


Par Mohammed Serraji
Israe et Kamal, un jeune couple marocain, de remarquables journalistes d'investigation sur l'exode des juifs marocains vers Israël. Ce documentaire a suscité la convoitise du DG d'une entreprise marocaine de documentaire audiovisuel. Ce qui a poussé Israe à proposer la réalisation d'un film documentaire sur les juifs marocains du douar d'Iril à Talouine, en se basant sur le parcours d'Ishaq Hazzani, le grand père de son époux. Mais celle-ci ignore que cette quête, bien plus ardue qu'il n'y semblait au départ, va écrouler son couple et secouer toute sa vie. Manipulé, menacée, acculée malgré elle aux pires mensonges ; pourrait-elle malgré tout trouver l'amour dont elle rêve tant, et surtout, retrouver sa dignité.
Le récit de Mohammed Ouissaden dépoussière l'histoire contemporaine du Maroc, en traitant un sujet culturel à l'aube de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël.
D'emblée, le roman intitulé «Israe, Elle...», et qui renvoi à l'Etat d'Israël. Ce paronyme aspiré par l'auteur dans le dessein d'aborder une réalité culturelle de notre société ; l'identité juive, une composante parmi d'autres ; amazighe, arabe, hssanie... Qui forment le corps de l'identité marocaine. Le choix de l'écrivain est d'ores et déjà sollicité par le titre du récit. Ce dernier relate l'histoire tumultueuse d'un couple arabo juif est qui a causé le début de l'isolement d'Israe de sa famille. Les péripéties de celle-ci débutent par ce déchirement identitaire. Mais le couple le surpasse par «amour». Israe, tout au long de l'histoire affronte les pires problèmes que peut rencontrer une femme dans son existence.
La cupidité !
Le DG de l'entreprise marocaine de documentaire audiovisuel disait : Money is the sinews of war (L'argent est le nerf de la guerre), Money dosn't grow on trees (L'argent ne pousse pas sur les arbres). Ces deux répliques en anglais prononcées par celui qui incarne la rapacité. Ce beau discours enflamme la concupiscence du couple ce qui les emporte vers les enfers. Le rôle le plus dangereux dans cette conspiration inhumaine est attribué à Israe : faux divorce, faux mariage, faux bébé pour récupérer l'objet de convoitise à savoir la photo d'Ishaq Hazzani pour attribuer une touche d'authenticité au film documentaire cette photo mémorise le départ des juifs marocains orchestré par les sionistes où le grand père de Kamal pleurait.
L'Infidélité
Israe a toujours cherché l'amour croyant la trouvé avec Kamal, mais hélas ! En découvrant sa bisexualité, elle a tenté de mettre fin à leur union mais en vain. Lorsqu' elle s'est engagée dans la tumultueuse conspiration ébauchée par le DG, Israe avait décidé de mettre un terme à cette existence. Mais le pire qui s'est arrivé à la fin de l'histoire en découvrant la trahison de son ex-mari avec son amie Salma.
«L'homme vit dans plusieurs dimensions. Il se meut dans l'espace, où le milieu naturel exerce une influence constante sur lui. Il existe dans le temps, qui lui donne un passé historique et le sentiment de l'avenir. Il poursuit ses activités au sein d'une société dont il fait partie et il s'identifie avec les autres membres de son groupe pour coopérer avec eux à son maintien et à sa continuité » Melville J. Herskovits, Les bases de l'anthropologie culturelle (1950).
Mohammed Ouissaden lance un appel pour pouvoir s'ouvrir les composantes de notre identité par le détour de la littérature. Si L'identité culturelle est ce par quoi se reconnaît une communauté humaine (sociale, politique, régionale, nationale, ethnique, religieuse,…) en termes de valeurs, de pensées et d'engagement, de langue et de lieu de vie, de pratiques, de traditions et de croyances, de vécu en commun et de mémoire historique. L'identité culturelle d'une communauté est rarement statique, évoluant avec le cours de l'histoire et de l'actualité, les mouvements migratoires, le côtoiement avec d'autres identités culturelles et les avancées et reculs de la civilisation. L'altérité, le mot provient du bas-latin alteritas, qui signifie différence ; l'antonyme d'« altérité » est « identité » ou la reconnaissance de l'autre dans sa différence, aussi bien culturelle que religieuse. La question de l'altérité s'inscrit dans un espace intellectuel de large empan, qui va de la philosophie, de la morale et du juridique jusqu'aux sciences de l'homme et de la société.
Cette question a particulièrement interrogé plusieurs sciences sociales, souvent depuis leur fondation, comme en anthropologie, ou depuis leur période classique, comme en sociologie. Elle n'est pas non plus étrangère au champ esthétique qui avec les œuvres littéraires, plastiques, musicales, fournit une ample matière pour étudier le rapport à l'autre.
La fiction de Mohamed Ouissaden vient d'offrir une opportunité pour concrétiser le débat sur les affluents de l'identité marocaine comme le stipule la constitution du royaume. C'est une occasion artistique et littéraire qui renforce les utilités sociétales d'unification identitaire. L'exemple le plus significatif est sans doute le film intitulé « Tinghir-Jérusalem, les échos du mellah » de Kamal Hachkar. L'auteur de ce film, est un professeur d'histoire qui a émigré en France à l'âge de 6 mois depuis son Maroc natal. Un pèlerinage au village amazigh de ses pères, Tinghir, lui révèle la longue cohabitation qui a uni en ces lieux Juifs et Musulmans, avant que la plupart des Juifs marocains ne rejoignent le jeune Etat d'Israël dans les années 1950. Kamal cherche à comprendre les raisons de ce départ. D'abord en parlant avec les anciens du village, ensuite en partant pour Israël, où il retrouve les Juifs de Tinghir, dont certains descendants de sa génération qui partagent sa curiosité pour ce passé commun.
C'est ce passé commun qui doit être enseigné dans nos écoles dans le but d'unifier notre histoire. Un travail de tissage est indispensable pour souder notre identité comme le faisait les femmes marocaines. Cet art est le leur, elles ont su mobiliser toute la dextérité de leur geste, la patience de leur engagement et la candeur de leur intention pour alors parvenir à l'excellence de leur ouvrage. Une fois terminé, le tapis n'appartient plus à son artisane. Il est, face au monde, un reflet du visage du Maroc.
«L'art, c'est le plus court chemin de l'homme à l'homme », dixit André Malraux


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.