Le roi adresse ses condoléances aux membres de la famille d'Yves Coppens    Coronavirus au Maroc: 3.235 contaminations ce samedi, plus de 100 cas graves    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    Maroc : Les e-visas au grand bonheur des professionnels du tourisme    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    Maroc. Smeia dévoile en avant-première la nouvelle Série 7 et le X7    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Assaut à Melilla/Nador: Pedro Sanchez accuse les "mafias" de trafic d'êtres humains    Mali: l'armée annonce avoir «neutralisé» plus de soixante djihadistes    FRMF: plusieurs joueurs du WAC et du Raja lourdement sanctionnés    Tirage des éliminatoires / CAN de Beach Soccer 2022 : Le Maroc affronte la Côte d'Ivoire    Equipe nationale : Coach Vahid, de plus en plus, sur un siège éjectable!    Hakim Ziyech aurait choisi sa prochaine destination    L'ONCF déploie son plan Eté 2022    Mohamed Mehdi Bensaid testé positif au covid-19    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Appel à la mobilisation pour accompagner le retour des MRE    L'international marocain Zakaria Aboukhlal signe à Toulouse    La junte algérienne vit mal la participation tunisienne à l'exercice «African Lion 2022»    ONMT. Le «Light Tour» fait sensation à Sao Paulo    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    Latifa Akherbach : «Les doubles standards antagonisent les opinions publiques et renforcent l'incompréhension entre les sociétés»    Températures prévues pour le dimanche 26 juin 2022    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    Fusillade à Oslo: la police enquête sur un « acte terroriste »    Le jeune pianiste marocain Marouan Benabdallah anime avec brio un concert à Rome    Sécurité alimentaire mondiale : lettre ouverte des Ambassadeurs et Chefs de mission près le Royaume du Maroc    Insolite : un Marocain de 68 ans fait Amsterdam-Dakar à vélo !    Maroc : des instigateurs d'un vaste réseau d'immigration clandestine arrêtés    L'aéroport Mohammed V de Casablanca dans le Top-5 des aéroports «les plus améliorés» au monde    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    CA de l'Agence Maroc PME: Hausse importante des réalisations 2021    USA: Biden fustige la décision de la Cour suprême sur le droit à l'avortement    Paris : Ouverture du 17e Salon de l'immobilier marocain «SMAP Immo»    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    La météo pour ce samedi 25 juin 2022    Assaut de clandestins subsahariens sur Mellilia: le bilan s'alourdit    Classement 2022 des World Airport Awards : L'aéroport Med V de Casablanca au Top 5    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Seul le courage paiera [Par Jamal Berraoui]    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU sur les silences, les mensonges et les obstructions de l'Algérie    Nuit des musées et des espaces culturels : C'est parti pour la première édition !    Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quid de la rentrée culturelle et artistique ?
Publié dans Albayane le 26 - 08 - 2021


Mohamed Nait Youssef
La conjoncture est exceptionnelle. Cette année, la rentrée culturelle et artistique intervient dans un contexte particulier marqué d'abord par la pandémie et les échéances électorales dont le scrutin est prévu le 8 septembre. Incontestablement, cet événement politique et législatif phare volera la vedette. Quant aux professionnels des domaines culturels et artistiques, ils n'ont pas manqué de tirer la sonnette d'alarme sur la situation « critique » du secteur marquée par l'arrêt presque total des activités mais aussi et surtout le manque de visibilité. Un mois d'août mort. L'attente est le maître mot. En attendant la rentrée.
Un livre malmené...
Le secteur du livre et de l'édition a survécu malgré les vents et les marées. La période de confinement a connu une augmentation au niveau de la production et des manuscrits, mais le livre a toujours du mal à circuler à cause du report des manifestations livresques, des foires, des rencontres littéraires, des séances de signature...
«Il y a un flou, voire un laisser-aller du ministère de la tutelle qui n'est pas assez présent. », nous confie président de l'Union professionnelle des éditeurs du Maroc, directeur des éditions « La Croisée des Chemins » et vice-président de la Fédération des industries culturelles et créatives.
Selon ses dires, la culture est toujours oubliée. «Heureusement qu'il y a eu le nouveau modèle de développement qui va donner une certaine responsabilité aux futures responsables sachant que le Roi s'intéresse à la culture ; si non on n'avancera pas parce qu'il n'y a pas de volonté. », a-t-il affirmé.
Et d'ajouter : « vous imaginez, en 2021, il n'y a pas eu un seul soutien qui a été accordé à l'ensemble des éditeurs et des libraires par le ministère de la Culture, chose qui n'a pas été faite depuis 2014 sachant que le secteur a été touché par la pandémie, le chômage et les licenciements... », a-t-il déploré.
Pour le président de l'Union professionnelle des éditeurs du Maroc, les gens ne veulent pas de l'argent tout de suite, mais ils veulent qu'on leur dise de continuer à travailler pour être opérationnel en octobre. «Une saison ne se fabrique pas en 15 jours parce qu'il y a des éditeurs et des auteurs qui travaillent. Nous, nous avons une trentaine de titres que nous allons sortir mais ce n'est pas logique. L'Etat doit soutenir ce secteur parce qu'il est un secteur essentiel.», conclut-il.
Année blanche pour les planches !
Au-delà des activités limitées du théâtre Mohammed V et quelques directions du ministère de la Culture, l'année 2021 est une année blanche pour les planches nationales.
Après une fermeture ayant duré plus d'un an, le théâtre Mohammed V a annoncé le 3 août la suspension de toutes ses activités qui seront reportées jusqu'à nouvel ordre. Une ouverture en tout cas qui n'a pas duré longtemps.
«Le ministère de la tutelle n'a pas annoncé le nouveau soutien accordé au théâtre, ni les rendez-vous:le festival national, le festival de théâtre amateur et bien d'autres. Ces manifestations n'ont pas été annoncées ni en présentiel ni en virtuel. Alors, on ne peut pas parler ni d'une rentrée, ni d'une saison théâtrale, sachant que l'Etat n'a pas fermé définitivement certains espaces culturels et artistiques. », nous explique Amine Nasseur, metteur en scène et comédien, dans une déclaration au journal.
L'activité culturelle est gelée. C'est le temps des grandes vacances... en attendant Godot ! «Il y a un silence radio au sein du ministère de la tutelle comme si ce secteur n'avait pas été impacté par la pandémie et les fermetures.», affirme Amine Nasseur. Et d'ajouter : «nous tirons la sonnette d'alarme parce qu'on abandonne la culture et la vie culturelle. Aujourd'hui, les citoyens se posent la question sur les activités culturelles, les spectacles...Car, ce qui est dangereux, c'est cette indifférence manifestée par le ministre de la Culture envers la culture. Chose qu'on ne pourrait pas accepter notamment avec la dynamique que connait notre pays.» Le comédien et metteur en scène s'est même posé la question sur le sort des budgets alloués à la culture sachant, dit-il, que nous sommes à la fin de l'année budgétaire.
Les ateliers : tombeaux des œuvres...
Les artistes plasticiens et leurs œuvres sont toujours confinés dans les ateliers. A vrai dire, rien ne va plus dans ce secteur non seulement impacté par la Covid-19, mais qui a eu du mal à se relancer. Aucune visibilité pour les arts plastiques et visuels. L'attente hante toujours les esprits.
«Il n'y a pas une stratégie claire du ministère de la Culture en ce qui concerne le secteur des arts plastiques contrairement par exemple à la Tunisie qui consacre une grande place à ce domaine artistique important.», précise Mohamed Mansouri Idrissi, artiste peintre et président du Syndicat marocain des artistes plasticiens professionnels (SMAPP).
Cette année, dit-il, il n'y aura pas une programmation. Pis encore, même le soutien n'existe pas. «Les galeristes, les artistes ont été touchés par la crise. Auparavant, les collectionneurs venaient chez nous aux ateliers. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. C'est toute la chaîne qui a été touchée ! », a-t-il indiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.