L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Aérien. Le Canada rouvre les vols directs en provenance du Maroc    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien
Publié dans Albayane le 15 - 09 - 2021


Nabil EL BOUSAADI
Il semblerait que l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) ait fait un grand pas en direction de la paix avec la République islamique d'Iran après la rencontre qui a eu lieu, ce dimanche à Téhéran, entre son Directeur Général Rafael Grossi et Mohammad Eslami, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique puisqu'il ressort du communiqué conjoint publié à l'issue de cette entrevue, que « les inspecteurs de l'AIEA ont (désormais) l'autorisation d'intervenir pour entretenir l'équipement et remplacer les disques durs » qu'en leur qualité de gendarmes onusiens du nucléaire dans les installations iraniennes, ils avaient eux-mêmes placés.
Insistant sur « la coopération et la confiance mutuelle des deux parties », le communiqué précise, par ailleurs, que M. Grossi reviendra à Téhéran « dans un futur proche pour des consultations de haut niveau » alors qu'après s'être félicité « des négociations bonnes et constructives » qu'il a eues avec ce dernier, le responsable iranien a signalé que « les experts de l'Agence viendraient en Iran pour remplacer les cartes-mémoires des caméras de surveillance technique ».
L'arrangement afférent aux caméras de surveillance de l'AIEA conclu ce dimanche entre les deux parties, au titre de la continuité dans la surveillance du programme nucléaire iranien vise la réactivation du « Join Comprehensive Plan of Action » (JCPoA) encadrant les programmes nucléaire et balistique de l'Iran dit «Accord de Vienne » et signé en Juillet 2015 entre l'Iran, les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité et l'Allemagne ; un accord qui avait été « mis en veilleuse » après que le retrait américain l'ait torpillé, en 2018, afin de pousser la République islamique à s'affranchir de toutes ses obligations et de permettre, ainsi, à Washington de saisir l'occasion pour rétablir les sanctions économiques qui lui étaient imposées.
C'est à ce titre, d'ailleurs, qu'en Février dernier, le Parlement de Téhéran avait voté une loi restreignant l'accès des inspecteurs de l'AIEA à certaines des installations nucléaires de la République islamique et cette dernière avait commencé, dès lors, à ne point vouloir fournir, à l'agence onusienne et en temps réel, les enregistrements des caméras et des autres outils de surveillance qu'elle avait elle-même installées au sein des centrales nucléaires iraniennes.
Mais par crainte de perdre des données en cas de saturation de la capacité d'enregistrement de ses outils, l'A.I.E.A était tout de même parvenue à signer avec Téhéran le compromis qui a expiré en Juin dernier.
Aussi, avec le nouvel arrangement signé ce dimanche, Rafael Grossi, le Directeur Général de l'AIEA, qui en est à sa deuxième visite en Iran, s'assure d'une continuité dans la surveillance du programme nucléaire iranien et offre, par la même occasion, un sursis aux signataires de l'accord de Vienne pour qu'ils puissent le réactiver.
Pour rappel, si les négociations entamées début-avril au titre de la réactivation du JCPoA en y intégrant Washington avaient été suspendues deux jours après l'accession d'Ebrahim Raïssi à la présidence de la République islamique, il y a lieu de signaler que ce dernier a tenu à préciser, mercredi, que son pays accepte de continuer à faire preuve de « transparence » si l'approche de l'AIEA reste « constructive » mais que, dans le cas contraire, il serait « déraisonnable d'attendre de l'Iran une réponse constructive ».
Si donc du côté américain et après la publication du rapport de l'AIEA, le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Antony Blinken, a affirmé que les Etats-Unis étaient « proches » d'abandonner leurs efforts pour relancer l'accord de Vienne, il faut signaler, aussi, que le premier ministre israélien Naftali Bennet, est allé dans le même sens lorsqu'il a déclaré que son pays « considère, avec une extrême gravité, l'image reflétée dans le rapport qui prouve que l'Iran continue de mentir au monde et de promouvoir un programme de développement d'armes nucléaires en contrevenant à ses obligations internationales ».
Autant dire qu'au vu de leur comportement les Etats-Unis et Israël semblent n'avoir pour seul objectif que celui de torpiller l'accord de Vienne afin de maintenir l'Iran « sous sanctions » mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.