Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Un cas du nouveau variant découvert en Afrique du Sud détecté en Belgique    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Ciments du Maroc améliore son CA de 6,9% à fin septembre    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Education financière : Plus de 1.000 petits agriculteurs encadrés par Crédit Agricole du Maroc    Le colloque digital «Talents Africains» de retour    Nadia Fettah Alaoui livre sa vision pour le marché des capitaux    Boris Johnson appelle la France à reprendre tous les migrants qui traversent la manche    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Migrants à Calais : la lettre de Johnson «indigente» et «déplacée», tonne le gouvernement français    Spéculations autour de l'éventualité d'une offensive militaire russe en Ukraine    Un lieu de culte et un joyau architectural de la ville «européenne» de Rabat    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    Paris et Londres affichent leur volonté de coopérer    Signature d'un Mémorandum d'Entente dans le domaine de la défense    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Covid-19 : Le Portugal adopte de nouvelles mesures restrictives    Lancement de la campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière    Meknès : 3 ans de prison ferme pour avoir abusé d'un adolescent, malade mental !    Les réformes engagées par SM le Roi ont permis des réalisations « remarquables » en matière des droits de l'Homme    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib à l'Espace Rivages    L'OMS et la FIFA s'associent contre les violences domestiques    OMS : Plus d'un demi-million de vies sauvées par les vaccins contre le Covid-19 en Europe    Feuille de route bilatérale, intérêts communs, commission mixite : l'essentiel de la rencontre entre Nasser Bourita et son homologue sierraléonais    3ème édition du Trophée Tilila: La cérémonie de remise des prix en images (Reportage)    Kia désormais représentée à Dakhla    Moncef Marzouki : « J'ai tenté une médiation entre le Maroc et l'Algérie dans le cadre de l'autonomie qui est la solution au conflit autour du Sahara »    Météo/Maroc: Pluies et chutes de neige ce vendredi 26 novembre    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mbarka Bouaida élue présidente de l'Association des régions du Maroc    Réseau. Renault Commerce Maroc inaugure sa nouvelle succursale à Zenata    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    Football : Zlatan Ibrahimovic sort un nouveau livre en décembre    L'équipe nationale U23 en stage de préparation du 29 novembre au 5 décembre à Maâmoura    Botola Pro D1 / FUS-DHJ ( 2-2) : C'était surtout une affaire de corners décisifs    Football pour amputés: L'équipe nationale participe à la Coupe d'Afrique des Nations    Présidentielle libyenne : La commission électorale écarte 25 candidats dont Saïf Kadhafi    El Jadida : L'épave devenue « œuvre d'art »...    Détenus du Hirak du Rif : Le serment de Abdellatif Ouahbi    L'essentiel du programme d'action du ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    «Zanka Contact» : Une histoire d'amour où se mêlent arts et espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou
Publié dans Albayane le 18 - 10 - 2021

A la galerie Bab El Kébir – Kasbah des Oudayas à Rabat
L'Institut français de Rabat et le Ministère marocain de la Jeunesse, de la culture et de la communication, présentent l'exposition Osmoses de Hiba Baddou. L'exposition sera présentée au public du 22 octobre au 04 novembre 2021 à la galerie Bab El Kébir – Kasbah des Oudayas à Rabat. Hiba Baddou, née le 1er Mars 1997 à Rabat, est une artiste pluridisciplinaire marocaine. Après l'obtention de son diplôme d'autrice-réalisatrice à l'école internationale de cinéma de Paris (EICAR) en 2018, Hiba poursuit ses études dans la prestigieuse école de Direction Artistique Penninghen à Paris, anciennement Académie Julian, où elle développe techniquement son univers pictural. Point de rencontre entre l'Orient et l'Occident, l'univers de Hiba Baddou est ponctué de poésie, de rythmes, de lumière et de mouvements. Osmoses Influences réciproques, imbrication de choses abstraites. L'osmose représente l'échange des sentiments parallèles, la communication inconsciente…Osmoses est une réflexion sur la société, la foule, les individus et leurs habitudes. C'est aussi une représentation du détail, dans la masse, des villes et des rites. J'ai toujours ressenti le besoin de baigner dans la foule, en osmose avec le monde qui m'entoure. À travers cette exposition, je souhaite plonger le spectateur dans un monde qui va vite, où beaucoup de choses se passent ; une vie opposée à l'autarcie, une vie jamais seule, jamais sans les autres. Une vie à travers les autres.
«Osmoses est une ode à la vie, à l'organique, à la couleur, la lumière et l'accumulation. Une réponse à l'accident… Les instantanés de Hiba Baddou Dessinatrice, réalisatrice et photographe, Hiba Baddou couvre de ses yeux les milieux qu'elle traverse. Osmoses en est le témoignage. Son univers dense et coloré, restitue sa fascination pour les interactions sociales et spatiales ainsi que sa mouvante présence au monde. », écrit Salima S. El Mandjra, architecte et écrivaine dans le texte du catalogue.
Et d'ajouter : «l'évidence allégorique de la voiture rouge revêtue de personnages se laissant emporter par les pérégrinations de sa conductrice, n'atténue en rien l'inscription des toiles dans la même dynamique. Passagère du quotidien, l'artiste est la première à s'y appliquer. Peindre en investissant la totalité de la surface, l'oblige au fil de ses successifs coups de pinceau, à sillonner le futur espace de ses créatures… Plus tard, c'est au tour du spectateur de reculer ou avancer pour trouver la distance nécessaire à l'observation de l'oeuvre. »
Dans la foulée et s'il n'a pas été happé par la représentation, son regard sera amené à réassembler les détails qui auront morcelé, lors de son exploration, la composition générale. Ce basculement oculaire alternant perception découpée et plénière, se réenclenchera de la même façon, face aux diptyques, triptyques et sixtyques, a-t-elle ajouté. « Quête de la juste position... Démultiplication des vues... Représentations fractionnées... N'y aurait-il pas là quelques incitations à ébranler l'apparente Osmose de cette effervescence urbaine ? À y voir de plus près, l'atmosphère qui se dégage de ces rassemblements urbains, contribue à ne pas en rejeter l'éventualité. La tonalité particulière des nuances et ce malgré le choix de couleurs vives, n'émousserait-elle pas l'intensité de l'apparente énergie qui irrigue les toiles ? En se tronquant mutuellement, l'enchevêtrement des éléments n'interpellerait-il pas sur la considération aujourd'hui accordée aux êtres et à leur intégrité corporelle ? Les yeux souvent clos, les figures aux visages désenchantés, la démesure des mains et les bras souvent tendus vers l'ailleurs, n'illustreraient-ils pas les failles d'une communauté, davantage cimentée par une vacuité des échanges qu'un réel partage ? L'élévation de la fumée dans le ciel n'alerterait-elle pas sur la précarité d'une débordante existence dénuée de tout état d'âme sur sa pérennité ? Indissociables, la légèreté et la mélancolie imprégnant le travail de cette jeune artiste, inviteraient ainsi par un jeu de contraste, à s'interroger sur le sens au 21ème siècle de l'être ensemble... », peut on lire dans le texte. Selon Salima S. El Mandjra, Osmoses apparaîtrait alors comme un appel à se toucher, au sens propre en ces temps de contamination, et figuré pour s'atteindre sans se consumer et compromettre davantage l'avenir de l'humanité. La galerie abritant l'événement, s'accorderait alors à l'esprit de ses créations, car Bab El Kébir surplombe d'un côté le Souk Leghzel d'antan qui fut un lieu de rencontres et d'échanges et de l'autre le cimetière Laalou... L'éphémère y expire ses inspirations sur l'éternité... Pour l'heure, Hiba Baddou fige le tourbillon de la vie dans ses instantanés...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.