Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Le temps qu'il fera ce dimanche 23 janvier 2022    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Compteur coronavirus : 7 638 nouveaux cas et 31 décès en 24H    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La province d'Essaouira sur la carte des sites archéologiques d'intérêt mondial
Publié dans Albayane le 27 - 10 - 2021

Découverte d'éléments de parure à la grotte de Bizmoune
La découverte à la grotte de Bizmoune, dans la province d'Essaouira, d'éléments de parure mettant en évidence le plus ancien comportement symbolique humain, a été sous les feux des projecteurs lors d'une journée d'information organisée, mardi, dans la Cité des Alizés.
Initiée par le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, l'Association Essaouira-Mogador et Essaouira Innovation Lab, cette rencontre, marquée par la participation d'un parterre de chercheurs et d'archéologues marocains et étrangers, ainsi que d'acteurs de divers horizons, a été l'occasion de jeter la lumière sur cette découverte majeure de 32 coquilles façonnées de gastéropodes marins dans un niveau datant de 142.000 à 150.000, par une équipe internationale de l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du patrimoine (INSAP), de l'Université d'Arizona (Tucson, USA) et du Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique (CNRS, LAMPEA, Aix-en-Provence, France).
S'exprimant à cette occasion, M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi et président-fondateur de l'Association Essaouira- Mogador, a déclaré « qu'il s'agit là des premiers indices de l'humanité faisant apparaître l'existence de relations structurées entre les membres d'un même groupe ou de groupes différents, cette parure illustrant pour la première fois et à sa façon l'existence d'une forme de langage, voire d'une langue, à l'époque de l'Homo-Sapiens », tout en mettant en relief la place qui est celle désormais du Maroc depuis Essaouira dans la « formidable histoire de la Terre et de l'Humanité ».
De son côté, le directeur du patrimoine culturel au ministère de la Culture, M. Youssef Khiara, a mis en exergue la portée et l'importance de cette découverte particulière, faisant savoir que le département de tutelle se penche sur l'élaboration du dossier de candidature du site de Bizmoune aux côtés d'autres à travers le Royaume, pour leur inscription sur la liste des sites préhistoriques de l'UNESCO.
Présentant cette étude, M. Abdelajalil Bouzouggar, professeur à l'INSAP, a indiqué qu'Essaouira constitue un territoire densément peuplé depuis des milliers d'années, mettant en avant le gisement important que recèle cette partie du territoire national en termes de patrimoine et d'informations cruciales sur l'origine du comportement symbolique humain.
M. Bouzouggar, qui co-dirigeait les recherches au niveau de la grotte de Bizmoune, a passé en revue les principales conclusions de cette découverte et ses implications, expliquant que cette étude a démontré que la région dispose d'une flore variée datant de 150.000 ans et d'une faune fossile très riche.
« En utilisant et en diffusant des objets de parure, l'Homo sapiens à Bizmoune a écrit pour la première fois il y a 150.000 ans, une grande partie de l'histoire du comportement symbolique de toute l'humanité », a-t-il dit.
Pour Philippe Fernandez, chercheur au CNRS en France, « le contexte paléo-écologique des niveaux de Bizmoune joue un rôle extrêmement important dans l'évolution animale et l'occupation de la grotte ».
Pour sa part, Steve Kuhn, professeur à l'Université d'Arizona, a affirmé que « ces découvertes nous montrent que les mots à caractère social de ces humains étaient en train de se développer. Ils apprenaient sûrement à interagir et même à coopérer avec des peuples différents », notant qu'Essaouira est « connue comme un lieu où divers peuples vivaient en paix et les preuves de Bizmoune nous disent que cela a vraisemblablement été le cas il y a 150.000 ans ».
A l'issue de cette rencontre, une visite guidée a été organisée à la grotte de Bizmoune, située à Jbel Hdid, où les recherches et les fouilles se poursuivent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.