Affaire Ghali: La justice espagnole "enterre" l'affaire après 1 an d'enquête    Météo Maroc: temps assez chaud à chaud ce vendredi 27 mai    L'acteur américain Ray Liotta, star des "Affranchis", décède à 67 ans    Hussein al-Cheikh, nouveau secrétaire général de l'OLP    [Vidéo] Jets d'oeufs et de tomates accueillent la visite de Tebboune en Italie, confronté à la diaspora du Hirak    Sénégal: Macky Sall limoge son ministre de la Santé après la mort de 11 bébés    Nayef Aguerd se rapproche de la Premier League    « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani à Cannes    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Un impératif et non une option pour le CESE    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Inflation : la facture de compensation s'alourdit de 15 milliards de dirhams    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Variole du singe: plus de 200 cas confirmés dans le monde    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Maroc: Les arrivées de touristes grimpent à 1,5 million à fin avril 2022    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une première rencontre vendredi à Moscou
Publié dans Albayane le 13 - 01 - 2022

La Turquie a confirmé mercredi une rencontre à Moscou entre son envoyé spécial et celui de l'Arménie en vue d'amorcer le dialogue entre les deux pays qui ont une longue histoire conflictuelle depuis le génocide de plus d'un million d'Arméniens en 1915.
La première rencontre entre Serdar Kilic, ancien ambassadeur de Turquie à Washington et Ruben Rubinyan, vice-président de l'Assemblée nationale d'Arménie, aura lieu vendredi à Moscou, selon le ministère turc des Affaires étrangères.
Les deux responsables ont été nommés par leurs pays respectifs, à la mi-décembre, en prélude à une normalisation et à l'établissement de relations diplomatiques entre Ankara et Erevan.
La Turquie avait aussi annoncé la reprise prochaine des vols directs entre les deux capitales, suspendus depuis 2020, mais sans donner de date précise.
De son côté, l'Arménie avait levé, dès le 1er janvier, son embargo sur les produits turcs en vigueur depuis un an.
Le 30 décembre dernier, le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, avait annoncé que la première réunion entre les représentants spéciaux aura lieu en janvier 2022.
Les deux envoyés échangeront « une feuille de route définissant les mesures à adopter », avait-il déclaré à la chaîne de télévision « 24 TV ».
L'espoir de renouer avec les voisins arméniens
Devant la petite gare en basalte noir d'Akyaka, dernier arrêt avant l'Arménie, les rails sont abandonnés aux oiseaux et aux chiens errants depuis près de 30 ans.
Dans ce recoin de l'extrême nord-est de la Turquie ceint de montagnes enneigées, à 10 kilomètres de la frontière arménienne, la reprise de contacts officiels entre Ankara et Erevan, près de 30 ans après leur rupture, attise l'espoir de la population qui attend beaucoup de la rencontre prévue vendredi à Moscou entre les envoyés spéciaux des deux pays.
« Depuis la fermeture de la frontière en 1993, notre région est l'angle mort du pays, verrouillée de toutes parts », résume Engin Yildirim, directeur de l'association des commerçants d'Akyaka. « La frontière, c'est notre seule porte vers l'extérieur ».
Deux ans après son indépendance en 1991, la frontière s'est refermée à cause du conflit du Nagorny Karabakh qui opposait l'ex-république soviétique d'Arménie à l'Azerbaïdjan, allié de la Turquie.
Depuis cette rupture, le trafic est suspendu et toute la région comme assoupie, avec une hémorragie de sa population.
Akyaka est devenue « la gare de la nostalgie » pour ses habitants. Tout le contraire de la fébrilité qui l'habitait avant, quand les convois s'y croisaient dans les deux sens.
« En 91, les gens se sont rués de part et d'autre de la frontière pour se retrouver. Pendant deux ans, c'était l'effervescence », se souvient Vedat Akçayoz, historien local et spécialiste des minorités.
Aujourd'hui, puisque le conflit du Karabakh est réglé grâce à l'accord signé sous les auspices de Moscou, après une résurgence du conflit en novembre 2020, « le dernier obstacle » a été levé, estime-t-il.
« Le gouvernement est pour la réouverture et je crois que l'Arménie aussi », renchérit M. Yildirim. « Les habitants ici suivent ce qui se passe avec sérénité. Nous, on a aucun problème avec les Arméniens, ni eux avec nous », assure ce quadragénaire.
Après la désignation des émissaires – Serdar Kilic pour la Turquie et Ruben Rubinyan pour l'Arménie -, Erevan a annoncé fin décembre la levée de l'embargo commercial sur les produits turcs décrété en 2020, lors de la dernière guerre du Karabakh.
« On faisait de bonnes affaires avec les Arméniens », se souvient Husseyin Kanik dans son échoppe à Kars (la capitale régionale à 50 km d'Akyaka), posant devant l'armoire réfrigérée où s'empilent ses fromages, la spécialité de Kars.
« Certains parlaient très bien turc, sans accent » reprend M. Kanik. Même du temps de l'URSS, « ils arrivaient avec des fourrures et des samovars et repartaient avec nos produits… On va revenir aux jours anciens », se réjouit-il.
Devant son hôtel, l'ancienne demeure de riches Russes, bâtie en 1896, Gaffar Demir aussi fait le pari de la paix. « Alors qu'on a une route, une voie ferrée, on n'a aucune relation avec les Arméniens! » s'insurge-t-il en espérant l'afflux prochain de touristes arméniens.
La présence du consulat d'Azerbaïdjan et d'un hôtel « Karabag » à proximité n'est pas un sujet.
« Pour tous, il est plus que temps que les gens vivent en paix », insiste Vedat Akçayoz en rappelant la dimension multiculturelle de la région, où se côtoient Turcs, Arméniens, Géorgiens, Azéris, Kurdes et de nombreuses minorités.
Personne n'évoque le point noir des relations turco-arméniennes, le génocide de plus d'un million de civils arméniens en 1915 qu'Ankara refuse de reconnaitre, évoquant des « massacres des deux côtés ». Un monument édifié sur la route entre Kars et Akyaka ne salue que la mémoire des « victimes turques ».
Mais le gouvernement arménien a de lui-même proposé de laisser « 1915 » de côté dans les discussions qui s'amorcent.
« Pendant la guerre froide, nous avons été élevés dans l'hostilité envers les Arméniens: pour les gens de Kars, 'Arméniens' était une insulte », rapporte l'ancien maire de la ville, Naif Alibeyoglu, très engagé pendant son mandat en faveur d'un rapprochement avec l'Arménie au milieu des années 2000.
« Il peut y avoir des éléments fanatiques, mais il n'y a aucune animosité entre les peuples » assure-t-il, se disant « très enthousiaste pour le processus de normalisation en cours ».
« On se ressemble tellement, on rit et on pleure des mêmes choses. Nous avons vécu ensemble pendant mille ans ici », appuie son frère, Alican Alibeyoglu, fondateur de la chaine de télé locale Serhat TV, impatient d'envoyer ses reporters « en Arménie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.