Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Alerte météo: Temps chaud vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    La Russie lance un satellite iranien en orbite    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    Le PLF-2023 fixe quatre grandes priorités    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Ligue des Champions de la CAF: le Wydad et le Raja fixés sur leurs adversaires    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    COVID-19 : Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    23 marins pêcheurs secourus par la Marine royale au large de Casablanca    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Vraies chances» de désescalade
Publié dans Albayane le 10 - 02 - 2022

L'espoir d'éviter une guerre en Ukraine grandissait mercredi après l'intense activité diplomatique de ces derniers jours, qui offre de « vraies chances » de désescalade selon Kiev, le Kremlin comme les Occidentaux relevant de premiers signaux positifs.
« Aujourd'hui, il existe de vraies chances pour un règlement diplomatique », s'est félicité à Kiev le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba, pour qui la situation reste « tendue, mais sous contrôle ».
Les menaces de sanctions « sans précédent » en cas d'attaque de l'Ukraine par la Russie, ainsi que les pourparlers de ces derniers jours pourraient éloigner le spectre d'une guerre en Europe, veut croire le gouvernement ukrainien.
Le chancelier allemand Olaf Scholz a fait lui aussi montre d'optimisme, saluant mercredi à les « progrès » nés de la reprise d'intenses échanges diplomatiques entre la Russie et les Occidentaux. « La mission est d'assurer la sécurité en Europe et je crois que nous y parviendrons », a-t-il ajouté.
La présidence française s'est également félicitée mercredi du fait que la tournée d'Emmanuel Macron à Moscou, Kiev et Berlin ait atteint son « objectif » en permettant d' »avancer » pour apaiser la situation.
Il s'agit désormais de « permettre à chacun de faire une pause et d'envisager les moyens de la désescalade (…) dans un moment de tensions croissantes » à la frontière russo-ukrainienne, selon la même source.
« Il y a eu des signaux positifs quant à la décision de l'Ukraine d'agir uniquement sur la base des accords de Minsk, c'est un plus », a de son côté estimé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, évoquant les accords signés en 2014 et 2015 par Kiev et les séparatistes sous l'égide de Paris, Berlin et Moscou, qui visaient à mettre fin au conflit dans l'est du territoire ukrainien.
« Mais nous n'avons pas entendu le président (ukrainien Volodymyr) Zelensky dire qu'il était prêt à s'en occuper rapidement », a-t-il poursuivi.
Washington a néanmoins continué à accuser Moscou de mobiliser.
« Nous avons continué à observer, y compris ces dernières 24 heures, des capacités supplémentaires affluer d'autres régions de la Russie vers la frontière avec l'Ukraine et le Belarus », a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby, au cours d'un point de presse mercredi en fin de journée.
« Nous ne donnerons pas de chiffres spécifiques mais ils continuent d'augmenter », a-t-il ajouté, faisant état d'un total de de « plus de 100.000″ hommes désormais présents ».
Après un long face-à-face lundi au Kremlin, Emmanuel Macron avait assuré avoir reçu de Vladimir Poutine des gages pour qu'il n'y ait pas d' »escalade » supplémentaire.
Mercredi, le chef de l'Etat français a informé au téléphone Joe Biden de « ses récentes rencontres » avec ses homologues russe et ukrainien, a annoncé la Maison blanche.
« Ils ont aussi parlé des efforts diplomatiques et de dissuasion en cours, entrepris en coordination étroite avec nos alliés et partenaires, en réponse au déploiement militaire persistant de la Russie aux frontières de l'Ukraine », a-t-elle ajouté.
La Russie s'apprête à recevoir la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss, pour un voyage de deux jours. Le Premier ministre Boris Johnson se rend quant à lui en Pologne, où le Royaume-Uni entend déployer des soldats supplémentaires.
C'est dans ce contexte qu'Olaf Scholz accroît son implication, en réponse aux critiques ces dernières semaines sur sa discrétion et une supposée complaisance envers Moscou.
Après avoir accueilli mercredi la cheffe du gouvernement danois Mette Frederiksen, le successeur d'Angela Merkel recevra jeudi les dirigeants des pays baltes, voisins d'une Russie qui inquiète.
Malgré l'annonce de l'envoi de 350 soldats allemands de plus en Lituanie dans le cadre d'une mission de l'Otan, les réticences de Berlin à la livraison par l'Estonie d'armes allemandes à Kiev ont créé des crispations ces dernières semaines.
Après sa visite à Washington lundi, destinée à rassurer les Américains, puis la réunion mardi dans la capitale allemande du Triangle de Weimar, formé avec la France et la Pologne, M. Scholz avance sur un fil, entre les attentes de ses partenaires occidentaux et la dépendance de de son pays au gaz russe.
Les réserves de cet hydrocarbure en Allemagne sont d'ailleurs tombées à un niveau « inquiétant », sous le seuil critique de 40%, a annoncé mercredi le gouvernement.
Point d'orgue de cette activité diplomatique : la visite très attendue que rendra le 15 février Olaf Scholz à Vladimir Poutine, la première depuis son élection à la chancellerie début décembre.
L'ombre du gazoduc Nord Stream 2, qui relie la Russie à l'Allemagne et attend toujours sa certification, continue de planer sur les relations entre ces deux pays.
Le chancelier allemand a ainsi assuré à un groupe de sénateurs américains que le gazoduc « n'irait pas de l'avant » si la Russie envahissait l'Ukraine, a dit un élu après la rencontre.
Une inconnue subsiste cependant quant aux réelles intentions de M. Poutine, qui n'a dit mot lundi des dizaines de milliers de soldats russes déployés aux frontières de l'Ukraine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.