Drame migratoire : Accusé par l'Algérie et le Polisario, le Maroc communique avec des ambassades africaines    À Manama, Nasser Bourita prend part à un remake de la réunion tenue dans le désert du Néguev    Affaire Jacques Bouthier, affaire Toufik Bouachrine : Aïcha Guellaa, présidente de l'AMDV, s'épanche franchement    TPME: Plus de 2.500 projets appuyés par Maroc PME en 2021    African Lion : les militaires américains dancent au rythme du Jazz à Agadir    Botola Pro : Le RCOZ s'impose face à la RSB    Barça : Ilias Akhomach fera la pré-saison avec le groupe de Xavi    Les autorités engagent la procédure d'évacuation forcée d'un appartement occupé illégalement par Mohamed Ziane    Des milliers de personnes contre l'Otan à Madrid, ville hôte de son prochain sommet    Le pôle DGSN/DGST poursuit le démantèlement des réseaux criminels de l'émigration, arrête 57 subsahariens et reçoit l'hommage officiel de Pedro Sanchez    Promulgation de la charte révisée: vers une levée de l'embargo contre le Mali    Bac: 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude et autres affaires (DGSN)    Une tentative de passage en force qui a coûté la vie à 23 Subsahariens    Un militant politique et des droits humains attaché à ses valeurs et idéaux    L'Opinion : Selon nos voisins de l'Est, tout Marocain est un espion !    Exploration spatiale : A cause d'un problème de logiciel, la Nasa reporte le lancement de la mission Psyche    Maroc. Le canadien Tenaz Energy Corp s'offre la junior britannique SDX Energy    La situation épidémiologique au 26 juin 2022    Covid-19 au Maroc : 2 117 nouvelles infections et 3 morts ce dimanche    Diaspo #245 : Mahmoud Chouki, un Marocain amoureux de la musique et de la Nouvelle-Orléans    Hôtellerie. Les filiales marocaines du groupe Fram bientôt en liquidation    Le Roi Mohammed VI félicite le président de Madagascar à l'occasion de la fête nationale de son pays    Economie marocaine : l'essentiel de la note de conjoncture du DEPF    Cinquante-neuf migrants d'origine africaine interpellés entre Tétouan et Fnideq    Juventus Academy Maroc et Ariston Maroc lance «Action Foot»    Botola Pro D1 : La 29e journée se joue dans sa totalité mercredi prochain    Bourita: «la coopération entre le Maroc et les Nations Unies est forte»    La commission nationale préparatoire tient sa première réunion    Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    OMS: la variole du singe n'est pas actuellement une urgence sanitaire mondiale    Sidi Kacem / Zegota : Les valeurs de la bonne éducation au centre d'un colloque    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    La grogne des festivals de cinéma!    L'IRCAM célèbre le 18è anniversaire de l'homologation ISO    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Cartier Saada : un déficit de 25,5 MDH    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»
Publié dans Albayane le 15 - 05 - 2022

Rapport annuel du CNDH sur la situation des droits de l'Homme au Maroc au titre de l'année 2021
M'Barek TAFSI
Le Conseil national des droits de l'homme (CNDH) a indiqué dans son rapport annuel sur la situation des droits de l'Homme au Maroc au titre de l'année 2021 intitulé « les répercussions de la Covid-19 sur les catégories vulnérables et les voies de l'effectivité », que ses commissions régionales ont reçu 3018 plaintes et protestations contre 2536 en 2020.
Malheureusement, cette augmentation n'a pas été accompagnée par une amélioration au niveau des réactions des secteurs gouvernementaux saisis, dont les réponses revêtent souvent un aspect général et justificatif et ne sont guère convaincantes, a déploré la présidente du CNDH Amina Bouayach, qui présentait vendredi 13 mai ce rapport, lors d'une conférence de presse à Rabat.
Elle a également fait savoir que le CNDH enregistre que ces services gouvernementaux ne respectent pas la plupart du temps les délais prescrits dans la loi 76.15.
Elle a déploré de même que la peine de mort est toujours applicable du point de vue juridique au Maroc, en dépit du fait que la Constitution a consacré le droit à la vie et interdit de porter atteinte à l'intégrité physique ou morale de toute personne.
Réagissant aux cas de torture et de maltraitance dont seraient victimes d'aucuns, le CNDH a mené ses propres enquêtes et ses investigations qui ont montré que ces accusations sont sans fondement et que leurs auteurs ne cherchent en fait qu'à obtenir des droits ou des services supplémentaires, a-t-elle affirmé.
Elle a par ailleurs déploré que certaines catégories sociales ne bénéficient d'aucune protection juridique comme c'est le cas des personnes âgées. Il en est aussi du sort réservé aux personnes atteintes de maladies mentales ou victimes de réseaux de traite humaine dans les politiques publiques, qui ne leur accordent aucun intérêt, a-t-elle dit, notant par ailleurs que le surpeuplement empêche la population carcérale de jouir pleinement de ses droits.
Elle a indiqué de même que parallèlement à l'augmentation du nombre des manifestations (13.441 en 2021 contre 8.844 en 2020) pacifiques surtout, suite à des appels lancés sur les réseaux sociaux, le CNDH a sollicité dans une recommandation à ce que l'utilisation de la force publique lors de ces manifestations soit soumise au contrôle du parquet général.
L'année 2021 a été également marquée par l'arrestation ou la condamnation à des peines d'emprisonnement de personnes pour des publications sur le social media, a-t-elle poursuivi, notant que de telles publications ne bénéficient malheureusement d'aucune protection de la part du législateur à l'instar de ce qui est prévu pour les journalistes professionnels.
Après avoir fait état des handicaps qui continuent d'entraver l'action des associations en raison notamment de certaines pratiques administratives et bureaucratiques, elle a souligné la nécessité d'œuvrer pour renforcer la protection juridique des droits sur le numérique et relever les défis concernant notamment les procès à distance, la diffusion des fake news, l'incitation à la violence numérique et à la haine à travers le net, le droit à la vie privée et l'exploitation des données à caractère personnel.
Elle a par ailleurs estimé qu'un effort supplémentaire est également nécessaire pour faire face aux effets des changements climatiques et préserver notamment le droit d'accès à l'eau (boisson, breuvage, irrigation, industrie, développement et autres...), notant que les nouvelles contraintes dans ce domaine affectent en même temps une série d'autres droits fondamentaux comme le droit à la vie, le droit à la santé, le droit à la sécurité alimentaire, la paix, la sécurité et le droit au développement.
Le rapport du CNDH au titre de 2021, qui se veut être global et à caractère transversal, et qui tient compte de la persistance sur le long terme des répercussions de la pandémie de la Covid-19, attire également l'attention sur le rôle capital que la culture est à même de jouer dans l'œuvre du développement global du pays à la lumière notamment de la place qui lui réservée dans le programme gouvernemental.
Ce rapport, d'environ 300 pages, traite de sept axes ayant trait à la situation thématique et catégorielle des droits de l'homme, à l'adaptation des législations et au renforcement des compétences et des médias dans le domaine des droits de l'homme, à l'observation des élections, aux relations de coopération aux niveaux national et international, au suivi de la mise en œuvre des recommandations de l'IER et aux nouveautés d'ordre administratif et de planification.
Au terme de ses analyses, le rapport émet quelque 250 recommandations thématiques, dont 70 relatives aux trois mécanismes nationaux de prévention de la torture, de protection des droits des personnes en situation de handicap et de recours pour les enfants victimes de violation de leurs droits et 50 recommandations structurantes destinées aux secteurs gouvernementaux.
Le rapport, qui s'étale sur plus de 300 pages, indique que l'état des droits de l'Homme en 2021 a été confronté à un certain nombre de défis dont les plus saillants ont trait à la persistance des répercussions économiques de la pandémie sur le long terme, à la rapidité des changements climatiques accompagnés de la fréquence de périodes de sécheresse plus sévères et plus longues et à l'acheminement vers l'apparition d'un nouvel ordre mondial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.