Le bitcoin ne passe pas au Maroc    Vivo Energy Maroc tend la main à Tibu Maroc    GPC inaugure deux unités à Kénitra    Perpétuité pour Ratko Mladic, le « Boucher des Balkans »    Des prières rogatoires seront accomplies vendredi dans l'ensemble des mosquées du Royaume    Qui est David T. Fischer, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Maroc ?    Ecole française internationale s'installe à Casablanca    «Inspirations Africaines» : Quand le design s'entremêle avec l'artisanat    Zagora : Rachid El Morabity remporte le Grand Trail de la vallée du Drâa    Singapore Airlines choisit Airbus pour le programme de réaménagement de ses A380    Syndicats : le projet de loi toujours sur l'agenda du ministère    Funérailles de feu le Général Abdelhak El Kadiri au cimetière Chouhada à Rabat    Le plaidoyer d'El Othmani lors du Forum économique islamique    ALD Automotive Maroc «Elu Service Client de l'Année 2018»    Cour des comptes/Administration: Les recommandations antisyndicales    Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations    Les enfants représenteraient 26,7% de la population en 2030    Conseil de gouvernement : Un ordre du jour chargé    2ème forum des avocats MRE: De nouvelles compétences au-delà des frontières se rassemblent à Agadir    Région de Casablanca-Settat : 1.228 demandes de subventions déposées par les ONG    PLF 2018: Les députés du PPS soulignent l'insuffisance du volet social du PLF 2018    Mondial 2018 : Les supporters marocains devront casquer    Botola Pro : L'IRT se sépare de Badou Zaki    Evénements d'Al Hoceima: renvoi au 28 novembre du procès des mis en cause    Mugabe, la fin !    Le Maroc lance la plus grande usine de dessalement d'eau de mer au monde    Arrestation à Salé de deux individus pour enlèvement, séquestration et demande de rançon    Nezha Bidouane ambassadrice de l'IAAF pour l'Afrique    Afrique du Rire: «franc succès» de la tournée marocaine    Vibrant hommage au recteur de l'IRCAM en ouverture de la Rencontre de M'diq du livre et de l'auteur    METEO: DECOUVREZ LE TEMPS DE CE MERCREDI    BOUSCULADE DE SIDI BOULAALAM: LES DERNIERS DEVELOPPEMENTS DE L'ENQUÊTE    LOSC : Marcelo Bielsa écarte Hamza Mendyl du groupe    L'IAAF confirme la suspension de cinq athlètes marocains    Appel à davantage de solidarité pour l'insertion des migrants    Le Forum Afrique développement à Libreville    Remue-ménage dans le foot italien    Plus de 4 millions de jeunes Américains sans-abri    Insolite : Mur abattu    Le département de tutelle adopte la tolérance zéro contre les actes de violence dans les établissements d'enseignement    Le recruteur de Dortmund passe à Arsenal    Une offre pour l'acquisition de Newcastle    News    Yann-Sin et Ngadi clôturent le Festival Idurar de Tahla    Nouvelle édition du Festival international de la diplomatie culturelle et la poésie humaine à Rabat et Salé    Bouillon de culture    C'est parti pour la saison 4    Une nouvelle adresse à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agressivité et impatience… les maîtres-mots du jeûneur : Ramadan, la mauvaise humeur au garde-à-vous
Publié dans Albayane le 12 - 08 - 2010

Nombreuses sont les personnes qui prennent le mois sacré du Ramadan comme excuse pour expliquer leur mauvaise humeur ou leurs fréquentes et subites colères. Les avis diffèrent quant à ce comportement qui prend beaucoup d'ampleur pendant la période du jeûne.
Le spectacle qui s'offre quotidiennement, dans les moindres recoins du royaume jusqu'à l'heure de la prière du Maghreb, n'est guère de nature à adoucir les mœurs.
L'on a beau assuré que les nerfs sont souvent à fleur de peau quand la faim et la soif tenaillent un individu, il n'en demeure pas moins qu'essayer d'expliquer la tendance générale à l'humeur massacrante pendant le ramadan n'est pas chose aisée. On ne déroge à cette sorte de « sinistrose ambiante » du moins jusqu'au coucher du soleil ; puisque pour un oui ou pour un non, pour une futilité, le ton monte à la vitesse grand V et il n'est pas rare que cela débouche sur des injures, des rixes, voire même plus, malheureusement.
Le mois de Ramadan sert notamment d'alibi aux chauffards qui hantent les routes. « Ventre vide n'a pas d'oreille », dit l'adage, mais cela peut-il constituer éternellement un prétexte à des actes d'incivilité dus à l'excès de vitesse et à l'inconscience de personnes qui se moquent du code de la route comme de l'an quarante ?
Selon les psychosociologues, il existe plusieurs catégories de coléreux. Il y'a d'abord les grands fumeurs et spécialement ceux qui fument plus de dix cigarettes par jour. On sait que la nicotine peut jouer sur le système nerveux du fumeur. Elle peut avoir un effet calmant ou excitant selon l'état d'esprit de ce dernier et selon la quantité de nicotine absorbée. Mais cela n'explique en rien, ni n'excuse le comportement fâcheux et coléreux de certains individus. Car tous les fumeurs ne sont pas des coléreux. Il existe aussi plusieurs cas de coléreux «occasionnels» et qui ne se manifestent que pendant le mois du ramadan et ils sont assez nombreux. Il y'a les personnes qui prennent la période du jeûne comme prétexte pour déverser leur rancœur sur les autres, profitant souvent de la candeur et de la tolérance de ces derniers. On rencontre aussi un autre ensemble de personnes que les psychosociologues rangent dans la catégorie des opportunistes. Ceux qui profitent des opportunités, ici du mois du ramadan, pour manifester leur colère. De ces deux cas précités, découle un phénomène social qui s'ancre dans toute la société et qui fait que les individus croient par ignorance que ces crises de colère souvent insensées, sont les pures conséquences du jeûne. Les signaux de la faim réelle sont des gargouillements dans l'estomac, la fatigue ou une mauvaise concentration mais jamais la colère.
Il y a plusieurs façons de gérer les émotions comme le stress et l'ennui. Etablissez une liste de 10 choses que vous pouvez faire lorsque vous êtes dans cet état. Lisez un livre, prenez un bain, promenez vous, écoutez ce qui vous apaise ou bien appelez un ami (mais ne vous énervez pas sur lui)
Le mois sacré du ramadan devrait permettre au corps de se débarrasser de beaucoup de toxines notamment pour les fumeurs.
C'est une période d'éducation pour promouvoir l'éthique et les bonnes manières. Les gens qui fument ou ceux qui font éclater leur colère prétextant que les autres en sont la raison, ceux-là contredisent l'esprit et la lettre d'une religion qui prône tolérance et pacifisme. Il faut cesser de dire : «pardonnez-lui son emportement car il jeûne». La colère pendant le mois du ramadan est une défaillance du comportement de la personne et rien d'autre.
L'avis du psy
Avec ramadan il y'a ce changement fondamental qui se produit au niveau individuel et qui concerne le rythme physiologique. Sachant que ce rythme commande largement les comportements et les activités des personnes dans la vie de tous les jours, une prédisposition psychologique s'installe chez certains individus dès les jours précédant le ramadan et non seulement à ses débuts. Cette prédisposition argue chez eux la «tgarnina» dont ils font usage. Dans ce cadre, la soif et surtout la faim, comme étant des motivations correspondant à des besoins fondamentaux, sont pour beaucoup dans l'explication de ce type d'état psychologique, mais sans pour autant le justifier. De même que le manque de sommeil auquel est relié un type de mauvaise humeur et d'animosité de certains, notamment par rapport à l'exercice d'une activité. Quant à la privation de consommation de café, de tabac, etc., qui entraînent un manque et un besoin de doses, se traduisent chez certains sujets par des états d'explosions qui deviennent comme la marque de tempérament de l'abstinence. Il est vrai que le manque de doses (nicotine, caféine…) est souvent avancé pour justifier les excès ou les états d'humeurs colorés d'irritation et d'agressivité. Alors, que les personnes qui en font l'objet, au lieu de reconnaître l'existence chez elles d'un problème ou d'une anormalité (bien entendu, pas au point de la pathologie mais qui peut le devenir), se résignent, bien au contraire, au fait que c'est dû à une sorte d'inadéquation avec le jeûne et que d'une certaine façon elles considèrent inconsciemment que c'est un fait qui leur procure une satisfaction, vu que la situation de jeûne leur permet de libérer cette impulsion qui les mouvemente.
Aussi, ces personnes s'attendent à ce que les autres comprennent et rapportent ces états comme justifiés par le jeûne. Il s'agit là d'une représentation sociale assez typique qui traverse la vie en société pendant cette période de ramadan.
La perception sociale de certains comportements caractéristiques se retrouve bien intégrée dans les habitudes et les usages quotidiens, alors qu'ils ne sont conformes ni aux normes sociales ni aux règles de conduite que la religion prescrit au jeûneur dans l'accomplissement de l'acte d'abstinence.
Sondage
Qu'est ce que vous avez le plus de mal à supporter pendant le ramadan ?
La faim 8,45%
La soif 23,16%
La fatigue 48,23%
La cigarette 5,99%
Autres 14,17%


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.