Mais que veulent les caporaux généraux algériens ?    Le spectre d'une scission plane sur le parti d'Abderrahim Bouabid    Mort de l'ex-président algérien par intérim Abdelkader Bensalah : les condoléances du roi Mohammed VI    Le président de la FMPS appelle à l'ouverture urgente de salles de sport    Affaire Abdelwahab Belfkih : la thèse du suicide confirmée par une expertise    Eruptions volcaniques aux Canaries : Vrai ou faux risque Tsunamique sur le littoral Atlantique ?    Botola Pro D1 / MAS-FUS (1-1) : Un nul qui ne satisfait aucune partie    La faillite d'Evergrande fait planer l'ombre d'une nouvelle crise financière systémique    Nucléaire : Le Maroc pour des réponses efficaces aux menaces mondiales de la prolifération    Archéologie. Une nouvelle espèce de dinosaure découverte au Maroc    Rentrée culturelle de la FNM : la photographie artistique à l'honneur    Les Forces Royales Air s'entraînent sur des hélicoptères APACHE    Mohamed El Bouhmadi et Lamia Tazi élus à tête de la FMIIP    Covid-18 au Maroc : 1 620 nouveaux cas et 26 morts    Semaine de la Francophonie Scientifique: le Maroc participe à la 1ère édition    Guerre mondiale économique. Les Etats adoptent de nouvelles postures [Par Mehdi Hijaouy]    Sécurité alimentaire: défi majeur pour les dirigeants des entreprises agroalimentaires    Abdelouafi Laftit appelle au contrôle du compte administratif des collectivités territoriales avant la passation des pouvoirs    Quelque 800 migrants morts en route pour les Canaries en huit mois    World Benchmarking Alliance. Le Groupe OCP classé 4ème mondial    Le Maroc et l'Espagne évitent une tentative d'entrée de 400 immigrés    Promotion du sport : la MDJS innove    Festival : Ciné-Université fait son grand retour !    Sinopharm : Quatre millions de doses reçues ce vendredi    Soutenir les pme pour créer plus d'emplois    Le département d'etat Américain reçoit à Washington une délégation Marocaine de haut niveau    Sara Daif, vice-championne de l'arab reading challenge 2020    La Banque soutient la 2ème édition de l'appel à projets dédié à la création et la production du spectacle vivant    Mondiaux de cyclisme sur route: L'édition 2025 au Rwanda    Usage légal du cannabis : l'Agence nationale sur les rails    Botola Pro D1 : Ce vendredi, MAS-FUS mais surtout RCA-JSS en ouverture de la troisième journée    Une première africaine et arabe : Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de futsal    Raja de Casablanca-Jeunesse sportive Salmi, attraction de la 3ème journée    L'OMS recommande officiellement un troisième traitement contre le Covid-19    Agadir. Aziz Akhannouch élu président du conseil communal    Auto Hall. Un résultat net consolidé en forte hausse au premier semestre    Tramway Rabat-Salé: partenariat pour la mise en œuvre de solutions de performance énergétique    Rabat. Asmae Rhlalou élue à la tête du Conseil de la ville    Algérie: Quatre ans de prison pour atteinte au moral de l'armée !    Internet fixe : Orange, le plus "speed" au Maroc !    Projet d'attentat d'un groupe néonazi en France : cinq personnes en garde à vue    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mustapha Aboumalek : «Les Marocains sont devenus nerveux tout au long de l'année»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 08 - 2011

Selon le sociologue Mustapha Aboumalek, croire qu'il y a des gens au tempérament ramadanesque irrités est une idée reçue. La vérité est que les Marocains sont devenus de plus en plus en nerveux tout au long de l'année à cause de la pression sociale.
ALM : Est –il vrai que les gens sont plus irrités pendant le Ramadan?
Mustapha Aboumalek : Croire qu'il y a des gens au tempérament ramadanesque irrités, Chauffés à blanc, coléreux, grincheux, face fermée pendant la période de jeûne devient une idée reçue. Voici des clichés qui ont la peau dure dans la société marocaine. Selon moi, c'est bien le contraire que je constate : Les Marocains sont beaucoup plus sereins en ce mois sacré dominé avant tout par une religiosité hors pair. Sinon, il y a d'autres qui focalisent sur leurs sensations de faim et de soif et se replient fébriles sur eux-mêmes. Puis ceux qui dans l'attente du ftour font toutes sortes d'activités pour oublier ces sensations. C'est vrai que les gens peuvent aussi être irrités à cause de la faim... Mais là on est face un des effets physiologiques logiquement gérables. Mais on ne peut pas tout mettre sur le dos de Ramadan. La vérité est que les Marocains sont devenus de plus en plus irrités et nerveux tout au long de l'année qui y ait Ramadan ou pas.
Pourquoi les Marocains sont devenus nerveux tout au long de l'année ?
Même hors de Ramadan, tout au long de l'année, les Marocains sont «Mramdnin», devenu de plus en plus coléreux pour d'autres raisons que le jeûne, essentiellement la pression sociale, les difficultés de la vie quotidienne, la difficulté de gérer les perspectives d'avenir, de quoi sera fait demain. Ainsi pour ces raisons psycho-sociales, les Marocains surtout dans les zones très urbanisées sont devenus foncièrement irrités ayant de plus en plus du mal à entretenir des relations saines et sereines. Preuve en est leur comportement sur la route et le non-respect du code et du droit au respect d'autrui. Aussi la route marocaine est des plus meurtrières. Phénomène qui pourrait s'amplifier pendant le Ramadan.
Ramadan exacerbe donc ce malaise latent chez certains ?
Ainsi Ramadan exacerbe cette irritation latente chez ceux qui en pâtissent. Et il n'est en aucun cas la principale cause. Se cacher derrière Ramadan offre un élément explicatif trompeur, un prétexte pour masquer les contradictions sociales. C'est un cliché qu'on amplifie et auquel on donne une importance qu'il ne mérite pas. Un cliché révélateur d'un malaise d'individus. On n'a pas à mettre sur le dos de Ramadan des choses qu'on a du mal à gérer individuellement. Donc je dirais que ce phénomène n'est pas social mais individuel.
Y a-t-il d'autres facteurs responsables de ce tempérament belliqueux pendant le Ramadan?
Il y a bien sûr des effets dus aux jeûnes, mais ils restent physiologiques. On les rencontres chez des individus dépendant de toutes sortes de substances. Des fumeurs, buveurs de cafés et autres, habitués à un comportement déterminé et ce durant 11 mois. La rupture avec ces habitudes peut générer ses effets irritants, mais il ne faut pas se cacher exclusivement derrière ces arguments. L'homme doit laisser primer la raison et être maître de soi-même, c'est aussi une des leçons du mois sacré de Ramadan.
Comment faire face à ce phénomène ?
L'éducation, l'abnégation religieuse doivent favoriser le respect de l'autre. Aussi, il faut que les gens deviennent plus rationnels. La sensibilisation entre autres par le biais des médias particulièrement la télévision, regardée par la majorité des foyers marocains, aurait son effet favorable. Mais malheureusement celle-ci nous bombarde par toutes sortes de programmes mercantiles et publicitaires. Des programmes que j'ose même qualifier de frustrateurs eux-mêmes amplifiant ce malaise d'impuissance face à la vie de tous les jours présent et profond chez certains. Il faut développer un modèle de programmes plus intelligents plus humains où sont mises en avant les valeurs de civisme et de respect de l'autre.
Troubles du sommeil au Ramadan : Facteur catalyseur de l'irritabilité
Pendant le mois sacré de Ramadan, un déficit de sommeil risque de se développer, mettant souvent les nerfs à rude épreuve, surtout vers la fin de ce mois. Même durant le mois de Ramadan il faut bien dormir. Selon les psychiatres, le manque de sommeil entraîne automatiquement une baisse de la vigilance.
D'où le risque de l'irritabilité au cours du jeûne. En plus des problèmes d'ordre nutritionniste, c'est souvent le manque de sommeil qui est la cause principale du changement du comportement et l'agressivité chez beaucoup de personnes durant le mois sacré.
Veiller jusqu'à une des heures très tardives est une situation lourde de conséquences et qui finit toujours par avoir des répercussions sur la santé des individus du fait du manque de sommeil. Voici quelques conseils pratiques et faciles à mettre en application, afin d'atténuer les effets du manque de sommeil et la lassitude et la fatigue qui peuvent en résulter.
- Ne pas se coucher trop tard le soir
- Essayer de mieux s'organiser dans son travail, le jour.
- Ne pas se lever trop tot avant l'aube pour prendre le «shour»: se lever juste à temps pour un repas léger.
- Eviter les longues expositions au soleil.
- A moins d'être un sportif aguerri, éviter les prouesses physiques et les activités sportives exigeantes.
- Opter plutot pour une activité physique revigorante, pour le corps comme pour l'esprit, tels des marches ou des balades dans la nature ou au bord de la mer, la bicyclette, un sport aquatique, etc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.