Chasse et pêche, le Maroc en force en Sologne    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 25 La naissance, le développement du christianisme, du vivant de Jésus et après sa mort    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Essaouira accueille les états généraux des entreprises citoyennes    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Le Onze national à pied d'œuvre au Caire    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Comité des 24 des Nations unies    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Mohammedia : Elle invente son kidnapping pour passer la nuit avec son ex-fiancé    OPV Maroc Telecom : Une vague bienvenue de liquidités pour la Bourse de Casablanca    Quand « L'Opinion » publiait les résultats du bac …    Les œuvres de Linda Bougherara à Dar Moulay Ali à Marrakech    «Valeurs humaines », exposition de Soly Cissé à la Galerie 38 de Casablanca    Jossour se produira à l'IF de Marrakech    Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    Maroc/FADES : Signature de deux accords de financement    Il fait l'actu : Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la Coopération africaine    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    CAN-2019. Les pays qui y participent pour la première fois    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    Succession de May : Boris Johnson en position de force    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    Un deuxième centre pour Intelcia au Sénégal    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    L'ASMEX: Une nouvelle feuille de route à horizon 2025    Femmes, l'éternel défi    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    Réguler le Net, un impératif    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir/domaine communal : La société civile s'insurge
Publié dans Albayane le 18 - 08 - 2010


Depuis déjà quelques moments, une vingtaine d'associations du quartier Anza, relevant de la commune urbaine d'Agadir s'oppose énergiquement contre la décision communale de céder le terrain du célèbre Bloc B à la Régie Autonome MultiServices d'Agadir (RAMSA). En effet, selon un communiqué rendu public par les signataires de la pétition émanant des structures associatives plaignantes, le conseil de la commune du mandat précédent avait approuvé, le 3 mars 2007, lors de sa session ordinaire du février, la cession d'un lot communal privé au titre foncier S/45996, suite à une demande de la RAMSA, en vue d'édifier une station de pré-traitement et de l'assainissement liquide provenant des quartiers de Talborjt, de la ville nouvelle, du port de pêche, du port commercial, de la zone industrielle d'Anza et des communes de Taghazout et d'Aourir... Cette décision a été couronnée, d'après le communiqué dont on dispose d'une copie, par l'adoption du procès verbal d'expertise du comité administratif d'évaluation, réuni à la Wilaya le 1 juin 2009 qui a arrêté le coût du m2 à 200 DH. Les membres de associations qui viennent de transmettre des requêtes aussi bien au Wali de la région Souss Massa Drâa qu'au président du conseil communal d'Agadir, estiment que le comité d'évaluation s'est basé sur des considérations selon lesquelles le lot de terrain, objet de demande de la RAMSA est dépourvu d'équipements, le projet en question vise à favoriser la dépollution au nord d'Agadir dans le cadre de la seconde tranche de l'assainissement liquide du Grand Agadir pour l'amélioration de l'état environnemental d'Anza, caractérisé par une série de déversements directs des eaux usées dans la mer sans traitement au préalable et enfin l'urgence que revêt la réalisation de ce projet prévu en été 2009. Toutes ces données soumises au conseil communal pour approbation, sont donc considérées par les plaignants comme une atteinte au plan directeur de l'assainissement liquide du Grand Agadir, en dépit de la mise en oeuvre des travaux de la deuxième tranche spécifique aux côtes d'Anza visant à la collecte des eaux ménagères et leur acheminement dans l'embouchure du quartier industriel d'Anza, à travers un canal de 3,5 kms, à proximité de l'usine Oued Souss de conserves, avec un montage financier à hauteur de 190 000 000 DH. Le marché de collecte et de pompage revenait à la société CEGELEC, alors celui des canaux de l'assainissement des quartiers de Tddart et de Hassania est destiné à la compagnie SOMATRAC. Pourquoi les travaux du canal ont-ils été interrompus, alors qu'ils devaient être achevés fin 2004 ?, s'étonnaient les signataires. Ces derniers interprètent ce comportement comme une volonté manifeste de la RAMSA de s'approprier une assiette foncière dans le but de s'octroyer la subvention de la banque européenne de l'investissement, à des fins «hégémoniques», loin du souci de lutte contre la pollution, d'autant plus qu'il est question d'annexer de la clientèle à Taghazout et Aourir du moment que le projet touristique prévu entre Tamraght et Taghazout a échoué et que le quartier industriel d'Anza est censé être déménagé à l'horizon 2012. Dans le même ordre d'idées, les plaignants affirment que le titre foncier S45996 est celui du lotissement Al Wahda, que la superficie du lot de terrain objet d'affectation P4 relevant du titre précité s'élève à 3h75a70ca et non pas 1,5ha, que le plan d'aménagement adopté a décidé que le lot est urbanisable, sachant que le conseil communal précédent avait réalisé un immeuble type destiné à caser les bidonvillois du quartier Bloc B (voir photo), que le plan directeur de l'assainissement liquide du Grand Agadir 1998/2010 est clair et ne souffre d'aucune ambiguïté, mais, il a été modifié par la RAMSA. Les plaignants qui comptent s'opposer à cette cession par tous les moyens estiment également que les études présentées par la Régie sont dépassées et n'ont pas été actualisées au vu des nouvelles donnes, tout en craignant que si l'objectif vise à déplacer l'embouchure des deux ports dont le débit atteint 260 litres/seconde en direction d'Anza, cette opération accentuerait la pollution des plages d'Anza et non son éradication. Les victimes réclament alors l'arrêt de la procédure d'exécution auprès des autorités compétentes afin de préserver ce terrain communal et d'éviter aux habitants du quartier davantage de frustrations et de malheurs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.