SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7577 au total, mardi 26 mai à 18h    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Campagne de solidarité avec les victimes des inondations à El Kelâa des Sraghna    La DGAPR rectifie le tir…    Réserves de change: BAM adopte les avoirs officiels de réserve    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 26 mai    Un masterpiece sublime!    Messaoud Bouhcine: le confinement sanitaire a mis à nu le secteur culturel et artistique    Une «violation» du droit international    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Les Marocaines ont pris part activement à l'élan mondial de lutte contre la pandémie    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Le tourisme sort de sa coquille!    Maroc, de quoi avons-nous peur?    Noussair Mazraoui toujours dans le viseur de la Lazio    Le géant indien SMG s'installe à Tanger Automotive City    Ces activités qui profitent de la crise    Coronavirus: L'OMS suspend les essais cliniques de l'hydroxychloroquine    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    Omar Elabdellaoui dans le viseur du Bétis et du Galatasaray    Amine Benchaib évoluera au Sporting de Charleroi    Officiel : La date du Aïd Al Fitr désormais connue    Aides alimentaires: Un agent d'autorité épinglé pour détournement    En pleine crise du Covid-19, les cerises marocaines se renforcent à l'export    Les partis interpellés par l'après-Covid-19    Justice: L'agenda de l'après- confinement    Espagne/Foot : reprise du championnat prochainement    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    La saison des best-sellers est ouverte    Sanaa Akroud: Dans "Myopia", j'ai donné la parole aux femmes    "Mon livre solidaire", une opération qui joint l'utile à l'agréable    Sans-abris et migrants subsahariens la main dans la main à Khouribga    Pour Sapress et Sochepress, les conditions d'une reprise de la publication des journaux en papier ne sont pas réunies    Les administrations publiques prochainement ouvertes au public    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    La FLDF appelle à la mise en place d'une approche genre du processus de soutien aux ménages    Bundesliga : L'apprenti Haaland défie le maître Lewandowski    Une carrière en Liga se précise pour Jawad El Yamiq    "El Mundo" salue les efforts du Maroc dans la lutte contre le Covid-19    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    238 ONG subventionnées par le programme Moucharaka Mouwatina    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    Webinaires sportifs : Raccourcir les distances et enrichir les compétences    Le Réseau des journalistes contre la peine de mort appelle le Maroc à abolir cette peine cruelle    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lotfi Bouchnak : Un style qui transcende les frontières
Publié dans Albayane le 01 - 11 - 2010

'origine tunisienne, Lotfi Bouchnak est un artiste connu pour son style qui transcende toutes les frontières pour s'imbiber de toutes les cultures et civilisations. Né le 18 janvier 1952 à Tunis d'une famille d'origine vraisemblablement bosniaque, est un chanteur, oudiste et compositeur
tunisien élève de La Rachidia. Il est également ambassadeur de la paix auprès de l'ONU depuis le 12 juillet 2004 et ambassadeur honorifique du Festival de la chanson orientale à Sarajevo depuis mars 2004. Dans les quartiers de la médina de Tunis, notamment de celui d'Halfaouine qui a produit nombre d'artistes et où se mêlait charmeurs de serpents, conteurs, musiciens de rue, et cafés chantants, Lotfi Bouchnak grandit dans un environnement qui associe l'enracinement aux principes de la famille arabo-musulmane, le rythme effervescent de son quartier et l'amour pour la musique traditionnelle tunisienne et orientale. Cette association a forgé sa forte personnalité, un sens de la perfection, une grande sensibilité et déterminé ultérieurement son parcours artistique.
Dès son jeune âge, il s'intéresse à la musique et reprend les chansons de la diva Oum Kalthoum et des maîtres de la chanson égyptienne. Il intègre ensuite la Jeunesse musicale tunisienne puis La Rachidia comme premier soliste. Il peut y pratiquer le chant, dont il améliore la technique avec le maître de la musique orientale et virtuose de l'oud, Ali Sriti. Cet apprentissage lui permet d'accéder très tôt à une maîtrise de la musique classique égyptienne et surtout d'élargir sa maîtrise des techniques vocales et instrumentales syro-andalouses et turques : muwashshahs, qasids, dawrs et maqâms irakien, chant mystique et même opéra. Ceci lui permet d'exceller dans l'interprétation du malouf et de développer un style d'interprétation particulier, avec une nette propension à l'improvisation (irtijel) — un genre de chant délaissé car difficile — sur des strophes classiques ou des poèmes en arabe dialectal ; ces derniers mettent en valeur ses qualités vocales.
Chanteur hors pair, ses possibilités vocales et sa technique lui permettent de toucher à la perfection avec ses envolées, ses variations, ses ornementations et ses pics inégalables selon Slaheddine Grichi ; il fait preuve selon lui d'intelligence et d'une extrême rigueur, ne craignant pas de bousculer l'ordre établi, d'innover et de varier son produit autant sur le fond que sur la forme.
Il a travaillé par ailleurs avec des artistes connus comme l'Egyptien Sayed Mekawi, l'Irakien Fathallah Ahmed et l'autre talent de la musique tunisienne, Anouar Brahem. En plus de ses talents d'interprète et d'oudiste, Lotfi Bouchnak commence vers le milieu des années 1980 une carrière de compositeur. Il écrit une chanson pour Cheb Khaled et des titres pour le groupe de rap marseillais IAM. Afin de veiller à la bonne exécution de ses arrangements musicaux, il a même mis en place son propre studio d'enregistrement : Midophone.
Répertoire
Par sa richesse et sa variété, Bouchnak a créé un répertoire unique en son genre dans la musique arabe, ce qui lui permet d'affirmer « qu'il ne cherche plus à trouver une place dans le monde artistique mais à laisser une empreinte dans l'histoire ». En effet, dans une complicité avec ses deux compagnons de route de longue date, le parolier de la majorité de ses chansons (Adem Fethi) et son arrangeur et ingénieur de son (Mohsen Matri), Bouchnak a interprété et composé tous les genres musicaux — malouf tunisien, andalou, égyptien, khaliji dont Leïla composée par le cheïkh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, symphonique, etc. — et une grande variété de thèmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.