Le Japon réitère sa non-reconnaissance de la pseudo « rasd »    Bab Sebta: saisie de 92 kg de chira    Tiflet: un individu arrêté pour coups entraînant la mort de sa mère    La Corée du Nord annonce que Kim a supervisé le test d'un « lance-missiles multiple »    Vidéo. Amazonie : Des centaines de nouveaux feux, vive émotion planétaire    Jeux africains 2019 (6è journée): Le Maroc grimpe à la 3è place avec 40 médailles dont 13 d'or    Berkane : une plantation de 100 Ha de figuiers et la création d'une unité de valorisation du produit    L'Italie attend toujours une majorité et un Premier ministre    Al Hoceima: Distribution de bus de transport scolaire au profit de cinq communes rurales    Pour gérer la transition, le Soudan se dote d'un Conseil souverain…    SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan reçoit les enfants d'Al Qods    Compétence !    Groupe Total: la 1000e station-service solarisée sera inaugurée à Marrakech    Rommani: Une pétition contre les coupures fréquentes de l'eau et de l'électricité    Hong Kong : Des centaines de manifestants défilent à nouveau dans les rues    Les «Littératures itinérantes» débarquent à Jamaa El Fna    Ligue des champions d'Afrique : Le Raja valide son passage au deuxième tour    Fès: Un policier contraint de brandir son arme pour neutraliser un récidiviste    Ligue des champions: le Raja étrille Brikama United    Migration clandestine: l'Espagne octroie une aide de 32 millions d'euros au Maroc    Jeux Africains: le Maroc conserve sa 4e place avec 33 médailles    Rallye de yachts entre Gibraltar et Tanger pour la bonne cause    Jeux africains-Football : le Nigéria élimine les Lionceaux de l'Atlas    Fès : Arrestation de deux dealers de karkoubi    Santé : Le Levothyrox de nouveau disponible selon Anas Doukkali    Voix de Femmes à Tétouan, solidarité et développement au menu du festival    L'IPC ressort en baisse en juillet après trois mois de hausse ininterrompue    Le Raja bien parti pour franchir le tour de chauffe de la Ligue des champions    Tous à l'assaut de la nouvelle Juventus    L'Allemagne s'enflamme pour Coutinho    Divers Economie    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7    Macron et Johnson affichent un ton plus conciliant sur le Brexit    Valse diplomatique à l'algérienne : L'œuvre des militaires ou des intérimaires ?    Finalisation des plans de transfert des compétences de l'administration centrale vers les régions    Les femmes enceintes prennent encore trop de médicaments    La Guinée-Bissau réaffirme son soutien constant et inconditionnel à la marocanité du Sahara    Gouvernance et responsabilité dans le secteur public La complexité du concept    Insolite : Rituel cosmique    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Cinéma sur la Muraille : Le cinéma en fête à Essaouira    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    Démarrage de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Révolution du Roi et du Peuple: le discours royal    Sidi Kacem : Trois balles tirées pour neutraliser un individu qui mettait en danger la vie de citoyens    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    Féminicide à Sidi Slimane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lotfi Bouchnak : Un style qui transcende les frontières
Publié dans Albayane le 01 - 11 - 2010

'origine tunisienne, Lotfi Bouchnak est un artiste connu pour son style qui transcende toutes les frontières pour s'imbiber de toutes les cultures et civilisations. Né le 18 janvier 1952 à Tunis d'une famille d'origine vraisemblablement bosniaque, est un chanteur, oudiste et compositeur
tunisien élève de La Rachidia. Il est également ambassadeur de la paix auprès de l'ONU depuis le 12 juillet 2004 et ambassadeur honorifique du Festival de la chanson orientale à Sarajevo depuis mars 2004. Dans les quartiers de la médina de Tunis, notamment de celui d'Halfaouine qui a produit nombre d'artistes et où se mêlait charmeurs de serpents, conteurs, musiciens de rue, et cafés chantants, Lotfi Bouchnak grandit dans un environnement qui associe l'enracinement aux principes de la famille arabo-musulmane, le rythme effervescent de son quartier et l'amour pour la musique traditionnelle tunisienne et orientale. Cette association a forgé sa forte personnalité, un sens de la perfection, une grande sensibilité et déterminé ultérieurement son parcours artistique.
Dès son jeune âge, il s'intéresse à la musique et reprend les chansons de la diva Oum Kalthoum et des maîtres de la chanson égyptienne. Il intègre ensuite la Jeunesse musicale tunisienne puis La Rachidia comme premier soliste. Il peut y pratiquer le chant, dont il améliore la technique avec le maître de la musique orientale et virtuose de l'oud, Ali Sriti. Cet apprentissage lui permet d'accéder très tôt à une maîtrise de la musique classique égyptienne et surtout d'élargir sa maîtrise des techniques vocales et instrumentales syro-andalouses et turques : muwashshahs, qasids, dawrs et maqâms irakien, chant mystique et même opéra. Ceci lui permet d'exceller dans l'interprétation du malouf et de développer un style d'interprétation particulier, avec une nette propension à l'improvisation (irtijel) — un genre de chant délaissé car difficile — sur des strophes classiques ou des poèmes en arabe dialectal ; ces derniers mettent en valeur ses qualités vocales.
Chanteur hors pair, ses possibilités vocales et sa technique lui permettent de toucher à la perfection avec ses envolées, ses variations, ses ornementations et ses pics inégalables selon Slaheddine Grichi ; il fait preuve selon lui d'intelligence et d'une extrême rigueur, ne craignant pas de bousculer l'ordre établi, d'innover et de varier son produit autant sur le fond que sur la forme.
Il a travaillé par ailleurs avec des artistes connus comme l'Egyptien Sayed Mekawi, l'Irakien Fathallah Ahmed et l'autre talent de la musique tunisienne, Anouar Brahem. En plus de ses talents d'interprète et d'oudiste, Lotfi Bouchnak commence vers le milieu des années 1980 une carrière de compositeur. Il écrit une chanson pour Cheb Khaled et des titres pour le groupe de rap marseillais IAM. Afin de veiller à la bonne exécution de ses arrangements musicaux, il a même mis en place son propre studio d'enregistrement : Midophone.
Répertoire
Par sa richesse et sa variété, Bouchnak a créé un répertoire unique en son genre dans la musique arabe, ce qui lui permet d'affirmer « qu'il ne cherche plus à trouver une place dans le monde artistique mais à laisser une empreinte dans l'histoire ». En effet, dans une complicité avec ses deux compagnons de route de longue date, le parolier de la majorité de ses chansons (Adem Fethi) et son arrangeur et ingénieur de son (Mohsen Matri), Bouchnak a interprété et composé tous les genres musicaux — malouf tunisien, andalou, égyptien, khaliji dont Leïla composée par le cheïkh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, symphonique, etc. — et une grande variété de thèmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.