Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Imalas N Tamazight : L'amazighe sur le Net : données générales
Publié dans Albayane le 07 - 11 - 2010


Préliminaires :
Ce travail porte sur la présence de l'amazighe (langue, identité, culture, civilisation, combat…) sur l'Internet. Il a pour objectif de donner un aperçu, le plus large possible, sans être exhaustif, sur l'exploitation qui est faite de cet outil de communication « universel » par les organisations,
les institutions, les chercheurs, les militants et les activistes amazighes d'Afrique du nord, de la Diaspora, des Iles Canaries et du Grand Sahara. Ce travail est le fruit d'une recherche quotidienne sur le moteur de recherche Google. Elle a duré plus de deux mois.
La consultation des sites demande du temps et de la patience. Les mots clefs qui ont été retenus pour la recherche des sites amazighes sont : Berbère et Amazighe. Et bien que le terme « berbère » soit le plus usité, le terme amazighe permet d'accéder à un ensemble d'informations importantes. Il semblerait que sa vulgarisation soit liée à la création des institutions officielles : l'IRCAM (Maroc) et le Haut Commissariat pour l'Amazighité (Algérie).
Les sites amazighes sont nombreux et couvrent la totalité des zones où des communautés amazighes existent. Exception faite de l'Oasis de Siwa en Egypte. Le contenu des sites n'est pas exhaustif. Cependant, il comporte les informations de base et les éléments essentiels relatifs à l'amazighe, à la civilisation amazighe et au combat identitaire amazighe dans sa globalité.
Outil de communication moderne et rapide qui abolit les frontières, contourne la censure, l'Internet offre la possibilité d'exercer un droit fondamentale : la liberté d'expression. Son existence permet d'inscrire Tamazight, identité, langue et culture, dans le processus de la mondialisation ainsi que sa diffusion la plus large. Avec le multimédia, l'Internet est le moyen le plus efficient pour la vulgarisation de la culture amazighe. En témoigne la présence quelques sites amazighes incontournables. Des adresses sont déjà connues et de nouveaux sites ont vu le jour.
Le Web amazigh est en plein essor. Les raisons de l'engouement amazighe pour Internet ne sont qu'un juste retour des choses après des années de déni culturel.
En ce qui concerne les motivations : l'existence d'un vide à combler. La culture amazighe, l'une des plus anciennes d'Afrique et du bassin méditerranéen, ne mérite-t-elle pas d'être connue et reconnue ?
Les sites existants sont Kabyle.com, Tamazgha.fr, Arifino.com, Souss.com, Leschleuhs.com et autres Mondeberbere.com, Afrique-du-nord.com.
La liste est longue, mais ce sont les plus fourni. Mais la nouveauté existe aussi : elle s'appelle Kabyles.com, Imyura.com (le site entièrement rédigé en kabyle). Autre nouveauté intéressante, les blogs avec des débuts timides mais encourageants.
Le contenu des sites est varié et englobe aussi bien des articles ; des analyses, des études sur la civilisation amazighe que l'actualité de la mouvance amazighe en Afrique du Nord et dans la Diaspora.
La présence de l'amazighe sur le Net remonte aux milieux des années 90. Le contenu des sites, au départ militant, s'est progressivement diversifié pour embrasser les multiples aspects de la revendication amazighe et constituer des archives sur la langue, la culture et la civilisation amazighes.
La cyber-résistance :
Les Imazighen investissent la toile pour résister aux discours officiels et au rouleau compresseur d'une idéologie « exclusiviste ». Un travail extraordinaire est mené sur la toile. La revendication amazighe a envahi les autoroutes de l'information.
Des dizaines de sites oeuvrent pour sensibiliser des milliers de personnes sur leur identité et leur culture autochtone.
On trouve des exceptions : l'Ircam (Institut Royal de la Culture Amazighe) et Brtv.fr, entre autres , sur lequel les visiteurs peuvent écouter gratuitement la radio. Par ailleurs cette radio émet essentiellement en kabyle. Dans Mondeberbere.com, la démarche est différente, les textes sont publiés à long terme.
Les sites amazighes
Le nombre des sites amazighes est important. La liste proposée est sélective et ne retient que les sites les plus documentés et les plus visités. Plusieurs langues sont utilisées.
Il s'agit de l'amazighe (avec toutes ses variantes) et des langues en usages dans les pays d'accueil des communautés amazighes. L'arabe est la langue la moins utilisée.
La formation des « gestionnaires » des sites et les problèmes techniques liés à l'arabe y sont pour beaucoup .L'amazigh est transcrit en caractère latin. L'usage du tifinaghe est limité aux logos et aux titres de certaines rubriques. Ces sites comportent une rubrique de liens qui permet aux visiteurs de naviguer vers d'autres sites amazighes. Certains sites réservent une rubrique à la « recherche » d'informations sur le site lui-même.
Il faudrait remarquer que les mots clefs pour lancer un programme de recherche sur un moteur (Google…) et portant sur l'amazighe doivent tenir en compte des termes consacrés par la recherche international (Berbère, Berbérité…) et ceux préconisés par la mouvance amazighe (Amazighe, amazighité…). L'utilisation des termes « touaregs » ou « kabyle » donne des résultats fructueux sur ces communautés amazighes du Grand Sahara et d'Algérie. Soulignons que la recherche qui a été réalisée s'est limitée, pour des raisons objectives, à la langue française. Il serait fructueux que des recherches soient lancées en néerlandais, en allemand, en italien, en suédois, en espagnole, en catalan…, d'autant plus que des sites utilisant ces langues existent sur la toile.
Langues utilisées par les sites
Les sites amazighes emploient plusieurs langues. Le choix est dicté par la formation des créateurs des sites et la langue du pays où la communauté amazighe s'active dans la Diaspora. Le souci étant de vulgariser le discours identitaire amazighe. La langue amazighe est utilisée, exclusivement en caractères latins. Des sites donnent des titres en amazighe à quelques rubriques. Il existe des sites, entièrement en amazighe (contenus et rubriques). L'utilisation de plusieurs langues s'inscrit dans la tradition d'ouverture des militants amazighes sur les autres cultures et répond à un objectif : parler à l'autre dans sa langue, de la langue et de la culture amazighes. Les langues utilisées :
* Amazighe, Arabe, Français, Anglais, Espagnole, Néerlandais, Suédois, Italien…
Régions couvertes :
La majorité des régions ou zones amazighes ont un ou des sites. Ce choix permet de faire connaître mieux les spécificités des communautés et valoriser le patrimoine local. Cependant, tous les sites réservent une place importante à toutes les contributions portant sur l'ensemble des communautés amazighes. Les sites se veulent transnationaux et considèrent que Tamazgha est l'espace historique des Imazighen et de leur civilisation. Les principales régions :
* Algérie, Libye, Maroc, Iles Canaries, Europe occidentale, USA, Canada, Niger, Mali
AU MAROC :
Les régions les plus représentées sont le Sud et le Nord. Cependant, les sites dédiés à l'amazighité du Maroc sont ouverts sur toutes les communautés amazighes.
- Le Nord, Le Sud, Le Centre (la région la moins représentée)
Les rubriques permanentes :
Les rubriques permanentes sont omniprésentes sur la majorité des sites.
La documentation publiée est, en partie, partagée.
Les sites amazighes, dans leur ensemble, sont des sites « militants », créé pour la revalorisation de l'identité amazighe, dans ses diverses expressions. Cependant, le schéma retenu (la rubrication) ressemble à celle des sites d'autres cultures et communautés :
Quelques adresses
- www.amazigh.nl : site de la communauté amazighe de Hollande. Site fourni et ouvert sur ce qui se passe ailleurs.
- berbere.com : site qui donne les adresse des sites associatifs ; des sites amazighes, des artistes amazighes…Il contient aussi des annonces publicitaires, offre la possibilité d'acheter un produit amazighe (CD, Livres…)
- www.brtv.fr: site de la chaîne BRTV (Paris)
- www.touareg-de-bagga.org: des de l'Association touarègue Tatit (Niger). Livre des informations sur la communauté touarègue amazighe du Niger et sur les touaregs en général (histoire, coutumes…)
- www.touaregs.online.fr: site sur les touaregs
- www.iquebec.com: communauté amazighe du Québec. Majoritairement kabyle.
- www.tamazgha.nl: communauté amazighe de Hollande
- www.tawalt.com: site sur les amazighes de Libye. Ouvert aux autres communautés amazighes (en arabe, anglais et français)
- www.berber.nu: site des amazighes du Suède
- www.amazigh-quebec.org
- www.tizihubel.ne: Association du village de M. Feraoun
- www.tamaynut.tk: site associatif
- www.sifax.nt: hollande
- www.imurig.net: musique amazighe
- www.ircam.ma: site institutionnel (Maroc)
- www.tazzla.org: site institutionnel (USA)
- www.membres.lycos.fr/temoust/: site de l'ARVRA « Survie Touaregue-Temoust » (Mali)
- www.imyura.com
- www.amazighworld.com: site militant (Maroc)
- www.arrif.com: site généraliste (Rif)
- www.imzadanzad.com: site touarègue
- www.tamazgha.fr : site « berbériste »
- www.asays.com: site associatif
- www.souss.com: site généraliste
- www.leschleuhs.com: site généraliste
- www.afriqueauxcanaries.org: site canariens
- www.tamazight.fr: site en amazighe
- www.goulmima.com: site locale (pour la diaspora de Goulmima)
- www.kabyle.com: site kabyle
- www.kabyles.com: site « kabyle »
- www.inalco.fr: site institutionnel
- www.inalco.fr/crb/: site institutionnel
- www.tamazight.biz: site généraliste
- www.Berberescope.com: toutes les communautés amazighes
- www.arifino.com: toutes les communautés amazighes
- www.awidaman.free.fr
- www.cyber-berbere.com: touristique
- www.esprit-berbere.com: touristique
- www.berbere-évasion.com: touristique
- www.aventure-berbere.com: touristique
- www.acb54.com: associatif
- www.acbparis.org: associatif
- www.berberemultimedia.com: documentation mise en ligne
- www.mugar.info: groupe de musiciens irlandais et berbères
- www.laberbere.com: soins du corps et de beauté
- ayamun.ifrance.com : revue de littérature amazighe
- www.elksiba.com: site du village d'El Ksiba
- www.tamurth.net: généraliste
- http://nkerxla.blogspot.com/: personnel
- www.mcb-algerie.org: associatif
- www.aceb.net: religieux
- http://takrouna.blog.expedia.fr/archive/2005/03/12/takrouna_village_berbere.html: village berbère de Tunisie
- http://membres.lycos.fr/tawizaneghmis/Tawiza76
- http://www.bgayet.net/berberes.html
- http://www.agawa-prod.com/: société militante
- http://berber.startkabel.nl/: Hollande
- http://www.acamazir-saint-denis.net/: associatif - kabyle
- http://www.azawan.com/:musique - Souss
- http://www.tazemurt.fr.fm/: site algérien
- http://www.amazigh-voice.com/: association
- http://www.chawinet.com/: chaoui - Algérie
- http://www.chez.com/aureschaouia/: chaoui - Algérie
- http://www.amazighmultimedia.de/index.html: multimédia - Kabyle
- http://www.kahena.tk/: atlas
- http://www.reseauamazigh.org/: associatif - Maroc
- http://www.mgouna.fr.st/: village
- http://www.afellah.com/: Nador
- http://www.irifien.com/modules/newbb/viewforum.php?forum: rif
- http://www.tifinagh.web.ma/: militant
- http://rifweb.free.fr/Fr/WebRifNewsAmaziGh/AmaziGh.htm:rif
- http://www.tifinaghe.net: en construction
- http://www.adrar.5u.com/imal.htm: Libye (tifinaghes IRCAM)
- http://aritifinagh.free.fr/clavier/index.php#rub: tifinaghes clavier
- http://livres-amazigh.over-blog.com/: livres amazighes
- http://www.amazigh.du-web.net/: site directeur adresses
- http://amawal.free.fr/amawal.html: lexique informatique
- http://www.adrum.com/french_info1.htm: musique : USA
L'IRCAM sur le NET :
L'IRCAM est présent sur le Net. La recherche lancée sur google, avec pour mots clef « Institut Royal de la Culture Amazighe » ; a donnée pour résultats 27 800 documents citant l'IRCAM, en langue française.
L'IRCAM est d'abord présent par son site qui fourni aux visiteurs un ensemble d'informations sur l'Institution : organisation et structures. Le site comporte aussi, en arabe et en français, les textes de référence : le Dahir Royal portant création et organisant l'IRCAM et le Discours Royal d'Ajdir (17 octobre 2001). Des rubriques dédiées à ses activités ainsi qu'un site éducatif sont intégré dans le schéma du site.
L'IRCAM est également présent sur le Net à travers les articles et les textes qui sont publiés par d'autres sites amazighes. Sur la majorité de ces derniers, on trouve son adresse. L'IRCAM étant une institution officielle, il constitue une référence sur l'amazighité au Maroc.
La recherche des informations sur l'IRCAM sur le Net nous permet d'accéder aux articles publiés sur cette institution dans la presse nationale, internationale et sur les sites amazighes.
Les articles traitent aussi bien des activités de l'Institut que des positions du tissu associatif amazighes vis-à-vis de l'IRCAM. L'Institut est cité soit à travers ses propres documents, soit à partir des textes publiés ailleurs :Discours du Souverain, entretiens du Recteur et des chercheurs, déclarations des personnalités politiques, commentaires relatifs aux événements liés à l'IRCAM (chois de la graphie, démissions, colloques…). L'IRCAM ne laisse personne indifférent. C'est une institution dont les activités, les projets et la stratégie sont discutés et critiqués.
C'est un signe de vitalité de cette organisme officiel qui participe à un projet de société moderniste : ancrer la diversité culturelle et linguistique dans la réalité en réhabilitant l'amazighité conçue comme composante fondamentale de l'identité nationale.
La documentation disponible sur les sites
Les sites internet amazighes jouent un rôle fondamentale au niveau de la sensibilisation des Imazighen et amenant ces derniers à « renouer » avec leur identité et leur histoire. Ils offrent un éventail large de textes et d'études portant sur l'histoire des Imazighen et les personnalités historiques amazighes (Apulée, Massinissa, Jugurtha, Dihya, Takfarinas, Juba, Saint Augustin, Abdelkrim El Khattabi…). Les textes publiés sont tirés d'ouvrages ou d'articles de spécialistes : Gabriel Camp, Robert Montagne, Emil Laoust…
Figurent également sur les sites amazighes des textes de littératures amazighes : contes, proverbes, poèmes…
Ces derniers couvrent un espace large qui va de la Libye aux Iles Canaries. Des rubriques sont dédiées à la littérature du mouvement amazighe en matière des droits humains : communiqués périodiques, rapports adressés à des ONG et aux instances internationales (ONU, UE…).
La présentation des artistes, chanteurs, romanciers, poètes… amazighes constitue une rubrique mise à jour de manière régulière. Quelques sites offrent la possibilité d'écouter des chansons amazighes.
Les sites amazighes publient la liste des prénoms « amazighes », des lexiques amazighes spécialisés (informatique…), des dossiers relatifs à un sujet précis : la politique d'arabisation, le Printemps berbère, l'enseignement de l'amazighe…Quelques sites offre une informations scientifique et académique.
Enfin, les sites amazighes suivent l'actualité informe sur l'évolution du combat amazighe : activités, interdictions, projets, publications…
En Guise de conclusion :
La communication a pris une nouvelle dimension avec l'éclosion de l'internet.
Dans les sociétés actuelles, principalement dans les pays développés, Internet est le symbole de l'idéologie technique.
Internet symbolise la performance, le progrès et la vitesse. C'est un formidable outil de développement et de solidarité.
C'est un moyen de démocratisation du savoir, à condition d'avoir accès à un ordinateur. Et l'IRCAM offre à ses chercheurs cette possibilité révolutionnaire.
Quant aux sites amazighes, ils permettent à l'amazighité d'accéder à l'universelle et pouvoir négocier sa survie et son devenir.
Mais l'Internet est aussi synonyme de pouvoir dans une société où le savoir est une arme.
Car l'Internet est le symbole prépondérant des sociétés basées sur l'idéologie technique. Un grand pan de l'humanité ne peut y accéder. L'Internet fait aussi figure de luxe, de futilité dans un monde où des centaines d'enfants meurent de faim chaque jour.
TIMIZART N TMURT IW Villages de mon pays
Par : Ouyoussi
Cette rubrique a pour objectif d'apporter aux lecteurs de cette page des explications sur la signification de certains toponymes amazighs du Maroc. Elle les aidera à mieux apprécier leur pays et ses villages, à comprendre les motifs de leurs dénominations. Le toponyme étant une trace linguistique, une indication qui nous informe sur la relation qu'entretient l'homme avec son environnement. Les lecteurs, évidemment, peuvent apporter leurs contributions et leurs propositions s'ils le souhaitent. Les explications données se base sur la tradition orale et sur des faits linguistiques. Mais la rubrique ne prétend pas apporter de vérité immuable. Les exemples :
Aghbalu, Aghbal, Taghbalut : ce toponyme au trois déclinaisons désigne la source en langue amazighe. Taghbalut étant le diminutif d'Aghbalu (source de moindre dimension). Quant à Aghbal, il s'agit d'une variante d'Aghbalu (dans le village d'Azrou existe une source qui porte cette dénomination en strates, l'amazighe étant à la base : Source, Aïn, Aghbal). Aghbalu désigne la source, mais il a des emplois métaphoriques, particulièrement en poésie. Dans le langage imagé, on dit d'une personne généreuse : son foyer est une source : Tga Txamt Nns Aghbalu. Ce qui signifie que c'est une personne accueillante, prête à recevoir, à faire du bien, à aider les nécessiteux.
Aghbalu peut signifier aussi les ressources en biens. On dit d'une personne qui cesse d'être généreuse : Iqqur Ughbalu Nns : sa source à tari.
L'aède, dans un vers poétique nous dit :
Swigh g ughbalu qqbel ad as yili ubrid i umata
Allig as addan inagamen iga ubrid nns alud
J'ai bu dans la source avant qu'elle ne soit découverte
A présent les porteurs d'eau sont nombreux, son sentier et boueux.
TIGNUT
Par : M.M
Imurag nnem tixat
Uddur nnem tiysas
Ghas annezbere ku ass
tayri nnem d rrsas
Tawengimt zarrem tedda
Ul inw nnigh am igma
Xf wudem nnem oghza
G wallen nnem iswa
Izri nem d lbarud
Ifettes ig amud
Issidiren afud
G wul inw irghud
Tawada nnem teddza
Amm tguri n usetta
Iwaliwen amm tfala
Ad cerregn tizza
Nek ad awigh azzaz
Amek itteg lbaz
Afad ad ikkes laz
Iggafi t id umdaz
Ittes ur illi
Tasa amm iselli
Izuran n tlelli
Swan s ulili
Tudert ghas tiqqad
Rrif yumez accad
Azaghar ingha t fad
Adrar hat isghuyya d
Han angi igulad
Usem g taqqat issudda d
I tarwa n zayd uhmad
Tafsut nnegh tedda d
TRADUCTION ORGAE
Tes nostalgies sont soupirs
Tressailles est ton honneur
Coliques de tous les jours
Ton amour est de plomb
Hantant mes pensées
Mon cœur est dressé
Gravé sur ton visage
S'abreuvant dans tes yeux
Ton regard est perçant
Eclaté en graines
Redonne force et courage
En mon cœur embaumé
Ta démarche rassurante
Un métier à tisser
Paroles percutantes
Transperçant les cols
Je foncerai à toute allure
Tel l'épervier
Aveuglé par sa faim
Cherche à se rassasier
Le sommeil s'évapore
Foi de pierre faite
Racines de liberté
Au goût du laurier
Vie lacérée
Le Rif malmené
Plaines assoiffées
La montagne qui crie
Mais que voici la crue
L'éclaire dissipe la nuit
Enfants de Zaid Ou Hmad
Le Printemps a giclé
Publications de l'IRCAM :
Contes
Ce recueil que nous devons à M. Mohamed RADI, rassemble neuf contes amazighes, collectés dans le village de Tazouda, province de Sefrou (Moyen Atlas). Les contes sont accompagnés de leurs traductions en langues arabe et française. Ce recueil constitue une contribution à la sauvegarde du patrimoine littéraire orale amazighe. Un lexique trilingue figurant à la fin du recueil permet au lecteur de surmonter les difficultés du sens du lexique utilisé.
Le Spleen de Paris
Cet ouvrage est la traduction en amazighe, par M. Larbi Moumouche, du recueil du poète français Charles Baudelaire « Le spleen de Paris, Petits poèmes en prose ». Ce travail ouvre la langue amazighe sur l'universel en lui permettant de cerner d'autres réalités socioculturelles. Un glossaire figurant à la fin du livre offre au lecteur, les équivalents, en français, des termes et concepts utilisés par l'auteur dans sa traduction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.