Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Installation du nouveau premier président de la Cour d'appel de Rabat    Bank Al-Maghrib: Légère hausse du résultat net en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Message de félicitations de SM le Roi au champion olympique Soufiane El Bakkali    Covid-19 : Nouvelles mesures restrictives à partir de mardi    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Fès : l'USMBA accueille le premier Hackathon "Serious Games"    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Virus : face à la pénurie d'oxygène, l'Algérie lance un appel à la diaspora et à la société civile    RDC : 33 morts dans la collision d'un camion et un bus    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    JO 2020. Abdelati El Guesse et Nabil Oussama éliminés en demi-finales du 800 m    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Violées et séquestrées durant trois jours
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 03 - 2002

Derb Soltane, Casablanca. Deux jeunes garçons séquestrent trois filles dont une mineure et les violent trois jours durant avant de prendre la poudre d'escampette. Un mois plus tard, ils sont arrêtés. Récit d'un fait divers qui a tendance à se banaliser.
«Salut !». Hamid et Driss sont ébahis. Ils n'en croient pas leurs yeux. Ils échangent des regards, fixent leur ami Ahmed et les trois filles qui l'accompagnent.
Hamid et Driss, dix-huit et vingt ans, étaient en ce vendredi 1er février, au seuil d'une maison qui donne sur le boulevard Mohammed VI, dans la préfecture de Derb Soltan-El Fida, à Casablanca. Ils s'enivraient depuis treize heures.
«Driss, je veux te parler...»
Driss se lève comme s'il n'avait pas bu la moindre goutte de vin, prend Ahmed à part. «Vous voulez prendre un verre avec nous, toi et les filles qui t'accompagnent ?»
«Non, non, parmi ces trois belles filles, seule Salma est ma copine et je veux faire l'amour avec elle maintenant…».
«Avec un grand plaisir mon ami…On peut boire un verre ensemble et tu pourras venir tranquillement chez moi avec ta copine».
Ahmed appelle les trois filles. Hamid et Driss prennent leurs bouteilles de vin rouge. Ils se dirigent, tous les six, vers la chambre de Driss. Elle est située au premier étage d'une maison à Derb El Kébir, au quartier derb Soltane. Driss est un jeune bagarreur, qui ne craint personne et à qui personne ne peut chercher noise. Si quelqu'un s'avisait de le faire, c'est exactement comme si on jetait de l'huile sur le feu. Ses voisins, qui le craignent, n'osent pas s'adresser à la police pour dénoncer ses agissements. Ils entrent dans la chambre. Driss ferme la porte, commence à s'enivrer avec Ahmed et Hamid, converse avec l'une des trois filles. Celle-ci lui explique qu'elle habite avec ses amies dans l'ancienne Médina, que Salma est la copine d'Ahmed, et que elle et son amie, âgée de quinze ans, l'ont accompagnée.
Driss se lève, appelle Ahmed, lui donne quelques dirhams, et lui demande d'aller leur acheter des sandwichs. Ahmed sort. Il revient quelques minutes plus tard, frappe la porte, appelle Driss, lui demande de lui ouvrir, crie. Mais personne ne lui répond.
Quelques secondes plus tard, Driss rouvre la porte, et frappe Ahmed avec une bouteille. Ce dernier retourne chez lui, laissant derrière lui les trois filles.
«Soyez les bienvenues, mes chéries !» Les trois filles sanglotent. Driss gifle l'une d'elles, leur demandant de se taire:
«Si vous ne taisez pas, je vais vous poignarder l'une après l'autre !».
Les trois filles se taisent, seules leurs larmes coulent en cascade. Les heures passent et Driss, le maître des lieux, et Hamid les séquestrent sans leur faire quoi que ce soit. L'une d'elles supplie Driss de les relâcher : «Nos mères ne sont pas au courant qu'on a accompagné quelqu'un… On a dit à nos parents qu'on allait seulement faire un tour au centre ville...».
«Ferme ta g…, sale p… !», aboie Driss.
«Allez, déshabillez-vous !», leur intime Hamid. Les trois filles enlèvent leurs vêtements. Hamid et Driss violent les deux majeures, durant toute la nuit.
La mineure est restée nue devant leurs yeux.. Et tétanisées, aucune des trois filles n'a osé pleurer, ni demander à partir. Le lendemain, l'une des trois filles s'adresse à Driss, lui demande de les laisser partir.
«Tu partiras, lorsque, moi, je le voudrai. Alors, va à ta place et reste nue !» Lundi 4 février, quelqu'un avise la police. Les limiers de la police judiciaire de derb Soltane-El Fida se dépêchent sur les lieux, interviennent. Seulement, les deux malfrats prennent la poudre d'escampette en s'échappant par les toits. Les filles sont libérées et ont été remises à leurs parents.
Mercredi 20 février, les deux voyous errent dans l'ancienne Médina, s'arrêtent devant une voiture en stationnement. Ils en ouvrent la portière à l'aide d'un tournevis, puis s'en emparent pour la conduire jusque dans les environs de l'hôpital Sidi Soufi, avant de l'abandonner. Le même jour, ils agressent un passant en le menaçant avec un coutelas. Ils lui ont subtilisé deux cents dirhams.
Vendredi 1er mars.
Driss et Hamid retournent dans la chambre de Derb Kebir. La police est alertée. Elle se dépêche sur les lieux, les encercle. Le duo escalade une fois encore les murs des terrasses. Mais la police de Derb Soltan-El Fida ne s'est pas laissée avoir une deuxième fois et cette fois-ci elle a arrêté les deux criminels, qui attendent d'être déférés devant la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.