Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projections démographiques : La population en âge de travailler s établira à 24,1 millions en 2050
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 09 - 2012

La transition démographique est en voie d'être achevée dans les pays d'Afrique du Nord avec une fécondité de 2,4 enfants par femme et un rythme d'accroissement démographique de 1,4%. Au Maroc, le taux de fécondité s'est élevé à 2,19 enfants par femme en 2010 et le taux de croissance démographique à 1,1%. Ce qui est loin d'être le cas des pays du sud du Sahara qui continuent d'enregistrer des indices synthétiques de fécondité dépassant la moyenne africaine de 4,5 enfants par femme et des taux d'accroissement de la population supérieurs à 2%.
C'est ce qu'a indiqué Ahmed Lahlimi, le haut-commissaire au Plan, lors de l'ouverture de l'atelier international sur les projections démographiques à Rabat. Toutefois, en raison de l'arrivée massive des générations issues d'époques passées à fécondité très élevée, le HCP prévoit une augmentation du nombre d'adultes en âge de travailler (15 à 59 ans). L'effectif de la population marocaine en âge d'activité qui se chiffrait à 21 millions en 2012 atteindra les 24,1 millions en 2050. Ce qui constituera un défi majeur pour l'emploi, en particulier celui des jeunes.
Par ailleurs, une accélération de la baisse de la fécondité en Afrique aura pour conséquence une chute des taux de dépendance (rapport inactifs/actifs) et pourrait favoriser l'épargne des ménages et un investissement dans le capital humain. Selon M. Lahlimi, ce changement pourrait constituer une opportunité historique pour la croissance économique de l'Afrique. Cependant, cette aubaine démographique n'engendre pas mécaniquement des gains économiques. «Des politiques structurelles appropriées, notamment en matière de santé, d'éducation et de gouvernance, à même d'assurer une valorisation de ce capital humain et de créer une dynamique économique créatrice d'opportunités d'emplois productifs et décents, sont nécessaires pour que les opportunités et les fenêtres que cette aubaine ouvre se traduisent en plus de richesses et de progrès social», a déclaré M. Lahlimi.
Lors de son discours, le haut-commissaire a mis en exergue l'importance des données des recensements en citant l'enquête démographique à passages répétés réalisée en 2009-2010.
Ciblant un échantillon de 105.000 ménages, cette enquête avait fourni des informations de taille sur la mortalité, la natalité, les migrations et leurs structures. Des écarts significatifs avaient été constatés en matière d'espérance de vie (74,8 ans contre 73,1 prévu) et des migrations internes (solde migratoire des villes de 127.000 au lieu de 97.000 prévu) et internationales (solde migratoire de -86.000 personnes au lieu de -83.000 prévu). M. Lahlimi n'a pas manqué de relever la faible production statistique dans les pays africains. Une situation qui s'explique par les besoins financiers et le manque de ressources humaines qualifiées, notamment de démographes.
Rappelons que le continent africain connaît l'évolution démographique la plus spectaculaire dans le monde. Selon les Nations Unies, il verra sa population doubler en 40 ans en passant de près d'un milliard d'habitants en 2012 à 2,2 milliards en 2050. Son poids démographique dans la population mondiale passera ainsi de 15 à 24% et constituera un véritable bouleversement démographique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.