Covid-19 au Maroc: le dernier bilan par région    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Covid-19: le point sur la situation aux Etats-Unis, nouvel épicentre de la pandémie    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    Fonds spécial: la contribution du groupe Centrale Automobile Chérifienne    El Youbi: “On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie, à condition…”    OCP: Un Chiffre d'affaires de plus de 54 MMDH en 2019    Coronavirus : Le vrai du faux sur l'épidémie au Maroc ce mercredi 1 avril 2020    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    La musique: Ce langage universel qui a sorti le monde de sa boule!    Assurances automobiles : La FMSAR s'organise pour garantir le renouvellement    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Les éboueurs en première ligne à Fès    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projections démographiques : La population en âge de travailler s'établira à 24,1 millions en 2050
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 09 - 2012

La transition démographique est en voie d'être achevée dans les pays d'Afrique du Nord avec une fécondité de 2,4 enfants par femme et un rythme d'accroissement démographique de 1,4%. Au Maroc, le taux de fécondité s'est élevé à 2,19 enfants par femme en 2010 et le taux de croissance démographique à 1,1%. Ce qui est loin d'être le cas des pays du sud du Sahara qui continuent d'enregistrer des indices synthétiques de fécondité dépassant la moyenne africaine de 4,5 enfants par femme et des taux d'accroissement de la population supérieurs à 2%.
C'est ce qu'a indiqué Ahmed Lahlimi, le haut-commissaire au Plan, lors de l'ouverture de l'atelier international sur les projections démographiques à Rabat. Toutefois, en raison de l'arrivée massive des générations issues d'époques passées à fécondité très élevée, le HCP prévoit une augmentation du nombre d'adultes en âge de travailler (15 à 59 ans). L'effectif de la population marocaine en âge d'activité qui se chiffrait à 21 millions en 2012 atteindra les 24,1 millions en 2050. Ce qui constituera un défi majeur pour l'emploi, en particulier celui des jeunes.
Par ailleurs, une accélération de la baisse de la fécondité en Afrique aura pour conséquence une chute des taux de dépendance (rapport inactifs/actifs) et pourrait favoriser l'épargne des ménages et un investissement dans le capital humain. Selon M. Lahlimi, ce changement pourrait constituer une opportunité historique pour la croissance économique de l'Afrique. Cependant, cette aubaine démographique n'engendre pas mécaniquement des gains économiques. «Des politiques structurelles appropriées, notamment en matière de santé, d'éducation et de gouvernance, à même d'assurer une valorisation de ce capital humain et de créer une dynamique économique créatrice d'opportunités d'emplois productifs et décents, sont nécessaires pour que les opportunités et les fenêtres que cette aubaine ouvre se traduisent en plus de richesses et de progrès social», a déclaré M. Lahlimi.
Lors de son discours, le haut-commissaire a mis en exergue l'importance des données des recensements en citant l'enquête démographique à passages répétés réalisée en 2009-2010.
Ciblant un échantillon de 105.000 ménages, cette enquête avait fourni des informations de taille sur la mortalité, la natalité, les migrations et leurs structures. Des écarts significatifs avaient été constatés en matière d'espérance de vie (74,8 ans contre 73,1 prévu) et des migrations internes (solde migratoire des villes de 127.000 au lieu de 97.000 prévu) et internationales (solde migratoire de -86.000 personnes au lieu de -83.000 prévu). M. Lahlimi n'a pas manqué de relever la faible production statistique dans les pays africains. Une situation qui s'explique par les besoins financiers et le manque de ressources humaines qualifiées, notamment de démographes.
Rappelons que le continent africain connaît l'évolution démographique la plus spectaculaire dans le monde. Selon les Nations Unies, il verra sa population doubler en 40 ans en passant de près d'un milliard d'habitants en 2012 à 2,2 milliards en 2050. Son poids démographique dans la population mondiale passera ainsi de 15 à 24% et constituera un véritable bouleversement démographique.
Cet atelier est l'occasion pour les participants de s'informer sur les logiciels disponibles pour la mise en œuvre des projections démographiques.
Le Haut-Commissariat au Plan ( HCP) et la Division de statistique des Nations Unies organisent du 10 au 14 septembre 2012 un atelier international sur les projections démographiques. Les représentants de 13 pays africains francophones, des experts internationaux ainsi que des représentants de la Division de statistique des Nations Unies prennent part aux travaux de cette rencontre. Cet atelier vise plusieurs objectifs. Il est question de renforcer les capacités techniques des représentants des pays participants en matière d'élaboration des projections de population aussi bien sectorielles qu'au niveau des différentes unités territoriales. Cet atelier sera également l'occasion pour les participants de prendre connaissance des pratiques nationales, d'échanger leurs expériences dans ce domaine et de s'informer sur les logiciels disponibles pour la mise en œuvre des projections démographiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.